SteFamille-600x200

Ce weekend là, des célébrations tournées vers chacun, personnels de santé ou souffrants. Notre artiste du SEM avait fait, comme chaque année, une belle affiche sur le thème 2019 : « Témoin d'une Bonne Nouvelle »

Ta Parole est une lampe sur ma route
elle me réjouit de jour comme de nuit
elle me réchauffe et me rassure.

Ta Parole est une source vivifiante
elle étanche ma soif au cœur de mes souffrances
elle me pénètre et me libère.

Seigneur, donne-moi la force de partager cette Vie,
de la faire grandir et de ne pas la garder pour moi.

 

(Prières de ce jour très bientôt)

Premier témoignage, celui du samedi :

Le thème de cette année pur le dimanche de la santé est « Témoin d'une Bonne Nouvelle », c'est en tant que témoin de cette Bonne Nouvelle que je suis là, devant vous ce soir.
Je m'appelle Caroline et je travaille au CHP de Pau, c'est-à-dire l'hôpital psychiatrique, anciennement l'asile Saint Luc.

Je suis permanente d'aumônerie et, à ce titre, je me rends dans les différents pavillons de l’établissement à la rencontre des patients, patients là depuis un jour voire des années suivant les cas.

La Bonne Nouvelle est cette rencontre avec l'autre, avec la différence, l'exclu, le plus petit que soi. Cette rencontre avec la personne malade se fait discrète, elle peut être juste un simple bonjour, un geste de la main qui apaise, un sourire bienveillant ou bien un partage plus long d'écoute et de prière. Quelques fois, il m'arrive de porter la communion à l'un d'entre eux.

En tant que permanente d'aumônerie, je sais que Dieu m'accompagne à chaque instant lors de ces visites, il guide mes pas, mes gestes et mes paroles pour apaiser, pour libérer, pour rendre témoignage.
Le soir, j'anime un temps de prière à la chapelle. Il me permet de déposer ces vies cabossées dans les mains du Seigneur.
Je sais que ce qui préoccupe Dieu, c'est des libérer les Hommes de tout ce qui les déshumanise et les fait souffrir.
Comme Isaïe qui a marqué son entière disponibilité à Dieu, je fais mienne cette citation :

« Me voici, envoi-moi »

Deuxième témoignage, celui du dimanche à 10h30 :

Tout d'abord, en tant qu'aidant d'une personne malade pendant 8 ans je tiens à remercier tout le personnel de la santé (médecins, infirmières, aides-soignantes, etc) qui, au milieu des difficultés quotidiennes, nous donnent la force pour tenir devant les épreuves de la maladie et la lumière qui éclaire les familles quand elles se sentent abandonnées de tous.
Nous apprécions leur savoir faire, leurs compétences, leur professionnalisme que nous voyons et leur humanité que nous ressentons, attentifs à la santé physique et à la santé morale - car les deux sont entièrement liées - avec discrétion en respectant, sans intrusion, la personnalité de chacun.

Quand ils sont avec nous, ils oublient leur vie, leur famille pour vivre avec nous quelques moments de don, de générosité. Ils sont la voix de malades avec qui ils partagent les sentiments les plus profonds en jouant tous les rôles : famille, proches, amis et parfois conseiller, voir confident. Les auxiliaires de vie et autres métiers de santé ont acquit un sens de l'humain du fait de leurs expériences personnelles.

Dans ces temps troublés ils portent le poids d'une société violente, en souffrance, prêts à écouter les solitudes des sans voix et de comprendre les faiblesses des laissés pour compte.

Pour notre santé à tous, il est urgent de prendre en compte leurs revendications (difficultés) en leur donnant les outils pour exercer correctement leur métier qu'ils font avec foi et dévouement, palliant aux insuffisances des moyens.
« Tous-Ensemble on va moins vite mais on va plus loin » (Orwell)

Merci encore pour ce dont vous n'avez jamais été remerciés : votre empathie, tendresse, AMOUR.
Vous êtes des passeurs d'espérance.

Rosario