Le CCFD-Terre Solidaire a accueilli pendant le Carême un partenaire du Togo dans plusieurs villes du Béarn, ce qui a permis de riches échanges et des projets.
Puis, le 20 avril, c'est un magnifique concert « Camino latino » qui nous a rassemblés pour aider à la réalisation de quelques projets.

Retrouvons tous ces temps forts ainsi qu'une présentation originale et ludique du CCFD-Terre Solidaire.

 

Présentation du CCFD-Terre Solidaire (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement)

 Site du Comité : https://ccfd-terresolidaire.org/

 


 

Programme

Le CCFD-Terre Solidaire a accueilli en Béarn un partenaire du Togo, Mr Boudéma KANAKATOM, qui travaille en tant que gestionnaire dans l’organisme agricole MAPTO (Mouvement Alliance Paysanne du Togo).

Il est venu témoigner en Béarn du 20 au 24 mars 2018 auprès du public jeune et adulte, du travail accompli pour permettre aux paysans togolais de mieux vivre de leur travail. (Il est intervenu auprès de jeunes d’établissements scolaires et auprès des publics adultes en soirées).
Plusieurs thématiques ont été abordées notamment le développement des pratiques agro-écologiques et l’amélioration du système de commercialisation par la mise en place du bol MAPTO.

20 mars 18h30 : accueil à Pau, au presbytère St Vincent de Paul, bd Tourasse, suivi d’un repas partagé.
21 mars 20h30 : soirée tout public à Soumoulou, espace Brusset.
22 mars 20h00 : soirée tout public à Oloron, salle Barthou (Mairie).
23 mars 20h00 : soirée tout public à Nay, salle multiservices.
24 mars 14h00-15h00 : témoignage à Orthez dans le cadre du Festisol - Salle Francis Planté. Découverte, échanges avec les acteurs du Festisol.

MAPTO et CCFD

MAPTO est un mouvement à caractère syndical créé en 2004, pour rassembler les petits producteurs et les rendre acteurs de leur propre développement, afin d’améliorer leurs conditions de vie, par la professionnalisation et l’organisation des filières agricoles.
MAPTO accompagne aujourd’hui près de 23000 petits paysans, structurés en 200 coopératives de producteurs, vers un modèle agro-écologique adapté aux évolutions climatiques à venir, dans le respect des enjeux de souveraineté alimentaire et de développement du pays. Les prix planchers des céréales ont bien augmenté, leur commercialisation s’est améliorée et par voie de conséquence les revenus des paysans se sont améliorés aussi.

Dès 2000, le CCFD a mis en œuvre un partenariat innovant avec le CNJR (Carrefour National des Jeunes Ruraux), pour favoriser, dans la région Bénin-Togo, l’émergence de véritables dynamiques paysannes, visant à permettre à de nombreux jeunes producteurs d’acquérir les formations et les expériences nécessaires pour créer des mouvements paysans. Ainsi sont nés l’un au Bénin, Synergie Paysanne et l’autre, MAPTO, au Togo.

Après deux années d’études, MAPTO concevait un programme triennal de soutien aux filières céréalières et maraîchères, sur la base du système coopératif.
L’introduction plus récente de la filière élevage, axée sur les femmes, donne également des résultats encourageants.

Le suivi du partenariat CCFD/MAPTO est régulièrement effectué par le chargé de mission CCFD/Afrique et de nombreux appuis institutionnels ont été mis en place au fur et à mesure de la croissance de MAPTO : consultants bénévoles pour la gestion/finances, la communication, la formation des cadres, les politique agricoles, les techniques de plaidoyer etc… De nouvelles conventions sont mises en place tous les 3,4 ans.

Les pouvoirs publics togolais considèrent MAPTO comme un mouvement crédible et non politisé, principale centrale syndicale paysanne du pays.

Accueil de M. Boudéma en Béarn

  • Accueil à Pau


  • Témoignage à Soumoulou

Un jeune berger explique à Boudéma son activité d’élevage d’ovins ici pour d’éventuelles transpositions au Togo.

  • Témoignage à Oloron

Lors de l'accueil du Partenaire du Togo à Oloron,on notera ce moment très particulier que fut la visite de la ferme.
La visite chez ce couple de paysans, éleveurs de vaches et brebis et producteurs de lait et de viande vendue sur place, a permis à Boudéma de découvrir des pratiques agricoles exploitables chez lui notamment la possibilité d'installer une pompe solaire.

Des questions pertinentes (gestion comptable de l'exploitation, circuit de vente des produits, surveillance des troupeaux en estives....) et des réponses précises et détaillées ont rendu cet échange riche et d'intérêt grandissant au fur et à mesure que le temps passait.

Boudéma, soucieux d'améliorer les conditions de vie de ses villageois, exprime le souhait d'envoyer un jeune de son association en stage et le couple de paysans de répondre : « Et pourquoi pas? ». Un vrai PARTENARIAT est compris.
Par ailleurs,on peut dire que  ce couple paysans a aussi beaucoup appris sur le fonctionnement du CCFD-TS.

Le 2ème temps fort de la journée a été une conférence débat axée sur l'agriculture, l'élevage, le commerce de proximité, avec des acteurs locaux et le partenaire du Togo, trésorier de l'association MAPTO.

P.S. pour sourire : Boudéma a découvert la neige!...

  • Témoignage dans la Plaine de Nay

Visite du CLAB (Conservatoire des légumes anciens du Béarn) à Assat.

Le CCFD-Terre solidaire ( Comité Catholique Contre la faim et pour le Développement ) lutte durablement contre la faim en s’attaquant aux causes de la pauvreté et des conflits dans le monde. Ils soutiennent des solutions durables portées par des acteurs locaux.
Parmi les très nombreuses  actions,  il y a le soutien au MAPTO ( Mouvement Alliance Paysanne du Togo).
Ce mouvement rassemble  plus de 23000 petits paysans qui ont fait le  choix d’entamer une transition vers l’agroécologie et de faire la promotion de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement.

Le CCFD a reçu Monsieur Boudéma Kanakatom un des membres fondateurs du MAPTO pour un séjour d’étude.

Le Conservatoire des Légumes Anciens du Béarn faisait partie des visites programmées pour témoigner de son expérience et échanger.
Nous avons pu  nous rendre compte que nous avions la même approche sur les méthodes de culture,  adaptées bien sûr au climat et au rythme des saisons propres à chaque pays.
Il faut savoir que chez ces petits paysans Togolais que  ce soit le maïs , le sorgho, les ignames et autres tomates ou piments, sont cultivés à la main et  sans traction animale car trop onéreuse.
La fumure après les récoltes est apportée par les caprins et les ovins. Tiens donc, n’avions nous pas connu cela en Béarn ?

Les échanges ont été fructueux et cordiaux, si bien que la CLAB est prêt à s‘engager auprès du CCFD pour apporter notre expertise à ce mouvement au Togo.

Témoignage à Orthez

avec Nicolas Langlade, chevrier à Morlanne, Clément Chomeau, animateur du collectif fermier 64.

Bilan : ce qui nous parait important de rappeler, c’est l’intérêt manifesté par ce partenaire
pour que des jeunes togolais viennent en formation dans le milieu agricole ici en Béarn.


C'est avec des chants traditionnels que le concert a commencé

De Atahualpa Yupanqui : Camino del indio

Caminito del indio,                            Petit chemin de l'indien,
sendero coya sembra’o de piedras.    sentier semé de pierres.
Caminito del indio,                            Petit chemin de l'indien,
que junta el valle con las estrellas.     qui unit la vallée aux étoiles.

Caminito que anduvo                        Petit chemin depuis toujours 
de sur a norte mi raza vieja              du sud au nord ma race t'a parcouru.  
antes que en la montaña                   Avant que sur la montagne
la pachamama se ensombreciera.      la Pachanama ne se fut obscurcie.

Cantando en el cerro,                       En chantant sur le mont,
llorando en el río,                             pleurant au bord de l'eau,
se agranda en la noche                     dans la nuit s'accroît
la pena del indio.                              la peine de l'indien.

El sol y la luna                                  Le soleil et la lune
y este canto mío                               et ce chant qui est le mien,
besaron tus piedras,                         ont caressé tes pierres,
camino del indio.                              chemin de l'indien !

Noémie Roig à la guitare, au charango,
au chant et aux percussions.Jean-Philippe Pinchon à l’accordéon.
         Elisabeth Soulas au chant, guitare et direction des choeurs,
dont les 20 choristes de Vocales.

Pajarillo verde (Petit oiseau vert) de Soledad Bravo

Pajarillo verde, cómo no quieres que llore, 
¿pajarillo verde, cómo no voy a llorar?
ay, ay, ay, si una sola vida tengo,
pajarillo verde, y me la quieren quitar
Petit oiseau vert, comment ne veux-tu pas que je pleure
petit oiseau vert, comment ne pas pleurer ? 
Ay, ay, ay, ay, si j'ai une seule vie 
petit oiseau vert, et ils veulent me l'enlever


Gacela del amor desesperado
(Gazelle de l'amour désespéré) de Frederico Garcia Lorca

La noche no quiere venir para que tú no vengas   
ni yo pueda ir.

Pero yo iré, pero tú vendrás
con la lengua quemada por la lluvia de sal.

El día no quiere venir para que tú no vengas
ni yo pueda ir.

Pero yo iré, pero tú vendrás
por las turbias cloacas de la oscuridad.

Ni la noche ni el día quieren venir
para que por ti muera y tú mueras por mí.

La nuit ne veut pas venir pour ne pas venir
Je ne peux pas y aller.

Mais j'irai, mais tu viendras
avec la langue brûlée par la pluie de sel.

Le jour ne veut pas venir pour ne pas venir
Je ne peux pas y aller.

Mais j'irai, mais tu viendras
à travers les égouts obscurs de l'obscurité.

Ni la nuit ni le jour ne veulent venir
pour que tu meures et tu meurs pour moi.

 

Dos palomitas suivi d'un solo d'accordéon

Dos palomitas se lamentaban llorando,
Y una a la otra se consolaban, diciendo :
¿Quién te ha cortado tus bellas alas, paloma?
¿O algún falsario ha sorprendido tu vuelo?
Ay, ay, ay... paloma...
¿O algun falsario ha sorprendido tu vuelo?

Deux petites colombes se lamentaient en pleurant
Et l'une et l'autre se consolaient en disant :
Qui a coupé tes belles ailes, ma colombe ?
Est-ce qu'un brigand t'aurait surprise en train de voler ?
Oh la la, ma colombe...
Est-ce qu'un brigand t'aurait surprise en train de voler ?

Canto de las ñustas (légende inca)

(ñustas : nom quechua des princesses de l'empire inca)

Quelques textes « sacrés » font aussi partie de ce répertoire Latino
comme : A la Huella (Sur la route... avec Marie et Joseph...)

A la huella, a la huella,
José y María,
por las pampas heladas
nardos y ortigas.

A la huella, a la huella,
cortando campo,
no hay cobijo ni fonda
sigan andando.

...

A la huella, a la huella,
José y María
con un Dios escondido,
nadie sabía.

A la huella, a la huella,
los peregrinos,
préstenme una tapera
para mi Niño.

...

Sur la route, la route,
Joseph et Marie,
Sur les plaines glacées
chardons et orties.

Sur la route, la route,
coupant à travers champs,
il n'y a ni abri, ni auberge,
la marche continue.

...

Sur la route, la route,
Joseph et Marie,
avec un Dieu caché,
personne ne savait.

Sur la route, la route,
les pèlerins :
prêtez-moi une cabane
pour l'enfant.

...

Prière à Marie : A vuestros pies madre

A vuestros pies, madre, llega un infeliz.
Cercado de angustia y de penas mil (Bis)...

A quien, dulce madre, podrán acudir.
Estos pobres hijos, a quien si no a ti. (bis)

A vos pieds, mère, un malheureux arrive
Rempli d'angoisse et de mille douleurs (Bis)...

A qui, douce mère, peuvent-ils aller. (Bis).
Ces pauvres enfants, à qui sinon vous. (bis)

Un "Agnus Dei" Latino

Festejo de Navidad... pour fêter Noël avec beaucoup d'entrain !

Dans cette deuxième partie le voyage en Amérique Latine avec "Camino Latino" continue.
“Camino  Latino” invite son public à redécouvrir un répertoire très en vogue  dans les années 70,     porté par des groupes et chanteurs latino américains comme les Quilapayun, la famille Parra, Mercedes Sosa, Victor Jara, Atahualpa Yupanqui, et bien d’autres….
Dans ces chansons colorées et émouvantes, aux rythmiques typiques, la mélodie tient une grande place. Elles ont souvent été des succès internationaux.

Créées dans un contexte social et politique marqué par des dictatures sanglantes et une misère lancinante, elles n’ont rien de désespéré, au contraire. Elles sont le témoignage de la foi et de l’élan de tous ceux qui n'ont pas voulu attendre que vienne du ciel "le règne de la Justice et de l’Égalité",
de ceux qui suivent avec obstination “le petit chemin de l’indien” qui peut gravir les plus  hautes montagnes,
de ceux qui rassemblent leurs pauvres trésors pour les offrir à un enfant porteur d’espoir,
de ceux qui pensent qu’une chanson peut “défendre la paix” et, à côté de la torture et de l’exil, disent avec force “Gracias a la vida”

 

 La misère, la violence, l'injustice mais aussi l'espoir
avec ceux qui, ensemble, essaient de construire un monde meilleur

  

(Hélas, les extraits s'arrêtent là alors qu'il y a eu probablement d'autres très beaux moments)

Un immense merci à chacun pour ce magnifique concert et à ceux qui se dépensent
au sein de l'association pour que les choses bougent et que l'espoir renaisse...

 

Merci aussi pour l'aide financière apportée pour aider des populations
à mettre en place des projets afin de se construire un bel avenir plein d'espérance.