SteFamille-600x200

 (Article presque terminé, il ne manque que le 2ème texte complet (en PDF) d'Isabelle)

28 janvier à la Maison Saint Michel, toujours heureuse d'accueillir des mouvements (MEJ...),
des formations, des temps forts... comme nous l'a expliqué frère Émile.
Accueil aussi très sympathique avec thé, café, gâteaux...par les membres de la Diaconie

Mais avant tout, prions. Psaume 148.

La Parole de Dieu (Marc 10, 17-21)
Jésus se mettait en route quand un homme accourut et, tombant à ses genoux, lui demanda : «Bon Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? »
Jésus lui dit : « Pourquoi dire que je suis bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul.
Tu connais les commandements : Ne commets pas de meurtre, ne commets pas d’adultère, ne commets pas de vol, ne porte pas de faux témoignage, ne fais de tort à personne, honore ton père
et ta mère. »
L’homme répondit : « Maître, tout cela, je l’ai observé depuis ma jeunesse. »
Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. Il lui dit : « Une seule chose te manque : va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alors tu auras un trésor au ciel. Puis viens, suis-moi. »

N'aie pas peur, laisse-toi regarder par le Christ,
laisse-toi regarder, car il t'aime
(bis)

1. Il a posé sur moi son regard, un regard plein de tendresse.
Il a posé sur moi son regard, un regard long de promesse.

2. Il a posé sur moi son regard et m'a dit : « Viens et suis-moi ».
Il a posé sur moi son regard et m'a dit : « Viens, ne crains pas ».


Prière d’intercession :

« Donne-nous, Seigneur, ton regard de tendresse, pour regarder nos frères : ton regard qui pardonne, qui rencontre et fait vivre.
Donne-nous ton regard qui délivre, qui relève et guérit - regard de patience et d’émerveillement.
Donne-nous ton regard qui va loin, car l’essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu’avec le cœur : avec ton Cœur, Seigneur.
Donne-nous ton regard qui comprend, qui devine et bénit.
Donne-nous ton regard pour ne plus voir qu’avec tes yeux, pour tout regarder par ton Cœur, et nous vivrons enfin ta ressemblance, Seigneur notre Dieu »

Donne-moi ton regard, Ô seigneur ! Apprends-moi à te voir !
Montre-Toi dans le frère, Ô Seigneur ! Donne-moi ton regard !

1. Un regard qui pardonne et qui ouvre nos cœurs à la vie.
Un amour qui se donne et qui fait du prochain un ami.

2. Un regard qui libère et qui brise les liens du malheur
Une envie d’être frères et d’aller vers un monde meilleur.

3. Un regard de confiance qui renforce la foi des petits.
Un élan d’espérance et de paix sur le monde d’aujourd’hui.

Prions,
Seigneur nous sommes rassemblés aujourd’hui sous ton regard  et celui de Marie notre Mère. Donne-nous de comprendre encore davantage combien tu veilles sur nous et combien tu comptes sur nous, pour que parvienne à tous ceux que nous rencontrons ton message d’amour. Que dans le visage de nos frères, nous apprenions à te reconnaître.
Toi qui vis et règnes pour les siècles des siècles, Amen !

 

Présentation et témoignages

Présentation, par l'abbé Joachim Jaureguy, délégué diocésain de la Diaconie,
de la Diaconie et de l’importance du regard :

Extraits : « La Diaconie est la reprise d'un terme grec très ancien, Diaconia, très utilisé dans les premières communautés chrétiennes. En français il a donné le mot Diacre (il y a ici deux diacres permanents : Bertrand et Michel) ce mot signifie Serviteur. La Diaconie, c'est le service des pauvres à la suite de Jésus, qui est venu, non pour être servi mais pour servir.
Vivre la Diaconie, c'est vouloir partager, se mettre à l'écoute, remettre debout les personnes éprouvées, être solidaire de celles et ceux qui souffrent ;  vivre la Diaconie, c'est aussi demander à son prochain, démuni et fragile, comme Jésus l'a demandé à la Samaritaine "Donne-moi à boire". En résumé, vivre la Diaconie, c'est un état d'esprit, une attitude qui consiste à se laisser animer par ce que le Christ a vécu en permanence, l'Amour de Dieu le Père, Fils et Esprit Saint. Vivre la Diaconie, c'est vivre comme le Christ, du moins essayer de vivre comme Lui, grâce à Lui et par Lui.
Le pape Benoît XVI nous rappelait que la nature profonde de l’Église s'exprime dans une triple tâche : l’annonce de la Parole de Dieu, la célébration des sacrements et le service de la charité, la Diaconie... trois tâches qui ne peuvent être séparées l'une de l'autre... Tout chrétien est concerné s'il veut sincèrement pratiquer l’Évangile, au nom de son baptême. Tout chrétien est invité à donner de ses biens, de son temps, de son savoir, de son écoute, de ses compétences : personne n'est trop pauvre pour n'avoir rien à apporter aux autres... personne n'est trop riche pour n'avoir rien à recevoir...
Le Congrès national 2013 à Lourdes a été une mise en commun des toutes les initiatives prises dans l’Église de France pour que les démunis, les fragiles soient non seulement reconnus mais prennent la première place et c'est ce qui a été vécu lors du Congrès...

L'importance du regard : ... dans un livre intitulé "Le goût de l'autre", Elena Lasida, uruguayenne qui enseigne à Paris, parle de son expérience assez marquante dans le Chiapas, au sud-est du Mexique, dans un village, loin de notre civilisation et divisé en deux communautés, l'une pour les militaires et l'autre zapatistes, du nom d'un révolutionnaire. Elle se trouvait au milieu des communautés indiennes du village, avec de jeunes étrangers, pour contribuer à leur défense, elle faisait partie d'une brigade d'observateurs de la paix, avec pour mission : être là, et leur seule présence avait un rôle dissuasif vis à vis des militaires. Elle écrit : « Je suis arrivée avec la mission d'observer la paix, mais , fait, ces hommes et ces femmes ont transfiguré mon regard sur le monde. Je venais pour observer, protéger et ce sont eux qui ont percé mon regard et brisé les murailles. Ils communiquent plus par le regard que par la parole et, au lieu de se dire entre eux "Ça va ?", ils se disent "Comment va ton regard ?" »... Elle raconte aussi l'histoire de Bélia qui voulait mourir et s'était abandonnée à la folie, folie qui l'a désarmée : « Quand j'ai cru que Bélia était définitivement perdue et que je n'y pouvais rien, je l'ai vue ressusciter... sûrement grâce à l'amour gratuit de ses voisins qui ont pris soin d'elle au quotidien... ». Je vais conclure sur cette deuxième partie et notre manière de regarder. »

Texte complet à écouter (9 min) :


Diaconie 2017-1 Joaquim Jaureguy par Chr-Sa-64