SteFamille-600x200

Ce samedi 6 février, en l'église Sainte Thérèse, ceux qui accompagnent les malades et les personnes handicapées étaient là pour aider toute la communauté à prier pour eux. A côté de l'autel, un grand panneau donnait le thème « Qui entendra nos cris ? »

Voici tout simplement quelques prières pour continuer de prier et les paroles de notre pape.

Père Jean-François (pensons et prions aussi pour lui car lui aussi vit cette épreuve de la maladie) :
« ... Il y a les malades, les personnes isolées, les prisonniers, les personnes touchées par la détresse morale et matérielle ; mais il y a aussi les soignants, les visiteurs, les bénévoles, qui accompagnent, aident, soutiennent ; et le dimanche de la Santé est l’occasion de rendre présentes à notre cœur et à notre prière toutes ces personnes qui par leur savoir-faire et leur générosité veulent faire échec à ce que la maladie, la pauvreté, la détresse morale et spirituelle, l’exclusion, portent en elles de mort et de destruction.
Dans la paroisse, ces personnes se retrouvent dans divers services et associations : la Conférence Saint Vincent de Paul, le Service Évangélique des Malades, le secteur palois de l’Hospitalité Basco-Béarnaise, l’Aumônerie catholique des prisons… En ce dimanche de la Santé, rejoignons-les : pour elles et avec elles prions. »

Une première prière pour demander pardon :

Caroline : Seigneur, la maladie, le handicap, le grand âge, les soucis de tous ordres nous fragilisent. Ils peuvent nous rendre exigeants, égoïstes, aigris…Nous te demandons pardon pour tout ce qui, en nous séparant des autres, nous sépare de Toi.
Ghislaine : Des cris de toutes sortes nous parviennent, parfois nous nous bouchons les oreilles pour ne pas les entendre, Seigneur, nous te demandons pardon.
Colette : Très souvent nous crions, nous récriminons, nous nous plaignons de notre situation et très souvent nous oublions de dire merci pour les bonnes choses qui nous arrivent, les belles rencontres que nous faisons. Pour cela Seigneur nous te demandons pardon.

Prière universelle :

Colette: Seigneur, nous te rendons grâce, entends le cri de tous les malades qui ne comprennent pas ce qui leur arrive et apprends nous à être pour les autres ce que Toi Tu es pour nous et pour les hommes !
Pierre : Merci Seigneur, aide les malades à rayonner de ta présence même au cœur de la souffrance. Nous te confions les malades de notre paroisse qui n’ont pas pu nous rejoindre aujourd’hui.
Donne-nous l’audace d’être de vrais témoins et apprends-nous à être pour les hommes et les femmes source d’espérance !
Ghislaine : Merci Seigneur pour Ta Présence à nos côtés et donne nous à l’occasion du Carême un temps de redécouverte de la Foi, de l’Espérance et de la Charité !
Jocelyne : Seigneur, aide le personnel soignant, aide toutes les personnes qui accompagnent les malades à croire en Ta bonté et en Ta tendresse quotidienne ! Ils sont porteurs de réconfort, mains ouvertes oreilles attentives et regard aimant.

Prière d'Action de Grâce :

Message de notre pape François :

Se confier à Jésus miséricordieux comme Marie :
“Tout ce qu’il vous dira, faites-le” (Jn 2,5)

(Extraits. Pour le texte complet, cliquer sur la photo ci-dessous)

« Chers frères et sœurs,

La XXIVe Journée Mondiale du Malade m’offre l’occasion d’être particulièrement proche de vous et de ceux qui vous entourent de leurs soins...

La maladie, surtout lorsqu’elle est grave, met toujours l’existence humaine à l’épreuve et apporte avec elle des interrogations qui creusent en profondeur. Parfois, le premier moment peut être de révolte : pourquoi est-ce que cela m’est arrivé ? On se sent désemparé, la tentation devient grande de penser que tout est perdu, que désormais rien n’a plus de sens.
Dans ces situations, la foi en Dieu est, d’une part, mise à l’épreuve et, d’autre part, révèle en même temps toute sa puissance positive. Non parce que la foi fait disparaître la maladie, la douleur ou les problèmes qui en dérivent, mais parce qu’elle offre une clé avec laquelle nous pouvons découvrir le sens le plus profond de ce que nous sommes en train de vivre; une clé qui nous aide à voir que la maladie peut être la voie pour arriver à une proximité plus étroite avec Jésus, qui chemine à nos côtés, chargé de la croix. Et cette clé c’est sa Mère, Marie, experte de cette voie, qui nous la remet...

Chaque hôpital et chaque maison de soin peuvent être un signe visible et un lieu pour promouvoir la culture de la rencontre et de la paix où l’expérience de la maladie et de la souffrance, ainsi que l’aide professionnelle et fraternelle, contribuent à dépasser toute limite et toute division...

À tous ceux qui sont au service des malades et des personnes qui souffrent, je souhaite d’être animés par l’esprit de Marie, Mère de la Miséricorde. « Que la douceur de son regard nous accompagne en cette Année sainte, afin que tous puissent redécouvrir la joie de la tendresse de Dieu » (idem, 24) et la garder imprimée dans nos cœurs et dans nos gestes. Confions à l’intercession de la Vierge les angoisses et les tribulations, ainsi que les joies et les consolations et adressons-lui notre prière afin qu’elle tourne vers nous ses yeux miséricordieux, surtout dans les moments de douleur, et qu’elle nous rende dignes de contempler aujourd’hui et à jamais le Visage de la Miséricorde, son Fils Jésus. »