Une semaine, sommet de la Foi de tous les chrétiens, triomphe de la vie sur la mort grâce au don total du Christ par amour pour nous.

L’Église Catholique de France avec la CEF (Conférence des évêques de France) nous invite à renouveler notre profession de foi baptismale. Elle propose aussi, pour ceux qui le désirent, d'éclairer toutes les questions que l'on peut se poser autour de Pâques ainsi que des prières.

Revivons tous les temps forts de cette Semaine Sainte dans la paroisse, avec certaines prières (pour ceux qui n'ont pu se déplacer).

 


 

Samedi soir à l'église Sainte Thérèse

Récit de l'entrée de Jésus à Jérusalem et bénédiction des rameaux.

En entrant dans l'église, tous les regards se sont portés sur cette grande et belle croix.
Un immense merci à ceux qui ornent nos deux églises pour bien servir la liturgie et nous aider à prier.

Lecture de la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Marc.

Extraits de l'homélie :

En ce matin du vendredi où Jésus était crucifié, hors des murs de Jérusalem, nombreux étaient ceux qui assistaient en spectateurs. Certains, comme les femmes du groupe qui suivaient Jésus étaient maintenues à l'écart. D'autres, simples badauds ou étrangers étaient plus ou moins indifférents.
Et nous aujourd'hui, sommes-nous seulement spectateurs, regardant de loin ?

L'acteur principal de la Passion, c'est indéniablement Jésus. Trahi, renié, innocent condamné, torturé, crucifié, il ne manifeste à aucun moment haine ou colère. Il pardonne. Le Christ en croix, nous ne pouvons pas le regarder de loin, parce qu'il est en solidarité profonde avec nous.
Jésus souffrant sa Passion représente tous ceux qui, dans notre humanité d'hier et d'aujourd'hui, sont crucifiés d'une manière ou d'une autre par l'épreuve, la maladie, la faiblesse morale, la brutalité, la solitude et l'injustice. Tous ceux qui ont été victimes de trahison, d'abandon, de calomnie ou de jugement inique, de torture physique ou morale peuvent se reconnaitre en lui.
C'est pourquoi, en regardant la croix, nous comprenons que nous sommes aimés et jamais seuls sur nos chemins de croix. Et le combat du Christ contre le mal et le péché nous fait prendre conscience des luttes que nous avons à mener, nous aussi.

Quant aux autres acteurs du drame, il est difficile aussi de les regarder de loin, comme si nous n'avions rien de commun avec eux.
Judas nous rappelle nos trahisons de l'amitié, de l'amour, de la parole donnée.
Pierre nous renvoie à nos reniements et à nos abandons de la foi.
Les disciples endormis, puis en fuite, ne sont-ils pas le reflet de nos assoupissements et de nos manques de courage quand il s'agit de témoigner ?
Pilate n'évoque-t-il pas nos propres lâchetés devant Dieu et devant les hommes quand nos intérêts personnels passent avant la justice et la vérité ?

D'autres acteurs de la Passion ont éclairé « l'heure des ténèbres » de leur courage et de leur foi.
Simon de Cyrène incarne nos accompagnements fraternels de ceux qui souffrent et tombent. Il nous invite à cette présence bienveillante auprès de ceux qui sont exclus.
Nous rejoignons le centurion romain qui a rendu hommage au crucifié lorsque nous nous tournons vers le Christ avec foi et courage.

La Passion du Christ se poursuit encore aujourd'hui, quel rôlr y jouons-nous ? Revenons au Christ qui nous pardonne comme à Pierre et au larron.


La chorale, de nombreux servants et servantes, un simple mais magnifique reposoir et une église archi-pleine où règne un très grand recueillement pour que chacun puisse revivre les derniers gestes et les dernières Paroles de Jésus au milieu de ses disciples... quelle belle célébration du Jeudi Saint présidée par M. l'abbé François Bisch !

 

 

Extraits : quatre vies offertes en sacrifice.

Jésus se fait serviteur à genou devant ses amis, Jésus serviteur qui offre le don de lui-même dans un unique sacrifice parfait, sacrifice de la croix annoncé par ce geste hautement symbolique ; Jésus, le serviteur qui accepte librement, par pur amour de son Père et de l'humanité, d'offrir sa vie en un sacrifice rédempteur, il est le Messie, il est le Sauveur.

Le colonel Arnaud Beltrame a donné sa vie en sacrifice, il a offert sa propre vie en échange de celle d'un autre innocent. Est-ce que ce geste était pure folie, le fruit d'un coup d'adrénaline dans un évènement qui le dépassait ? Sûrement pas. D'ailleurs ses plus proches exprimaient qu'ils n'étaient pas étonnés de cette attitude qui lui ressemblait ; il avait construit toute son existence, et donc tout son être autour d'un véritable engagement, engagé pour servir, pour servir la France, pour servir ses concitoyens jusqu'à donner sa vie. Lorsqu'on entend le Père Jean-Baptiste, chanoine de Lagrasse qui le préparait au mariage, comment ne pas comprendre que ce chemin spirituel qu'il a parcouru n'a pas eu, au combien, quelque chose à dire dans cette offrande de lui-même, pas à pas, peu à peu, laissant au temps de Dieu la possibilité d'être dans des grâces qui se faisaient jour, les unes après les autres, qu'il a pu signifier dans l'Esprit Saint et rendre le témoignage le plus beau qui soit : celui de l'offrande de sa vie pour un innocent. Par son simple geste, la haine est vaincue par l'amour...

Saint Maximilien Kolbe avait vécu quelque chose de similaire au camp d'Auschwitz. Ce frère franciscain avait offert sa vie pour ce père de famille qui avait crié lorsque le SS l'appelait parce qu'il devait mourir de la faim ou être fusillé. Il donne sa vie, est-ce le fruit du hasard ? Est-ce là encore simplement l'expression d'un héroïsme, fruit du dépassement de soi, selon simplement l'ordre humain des choses ? Non, bien sûr que non. C'est l'expression de ce que Maximilien a construit dans sa vie, de ce qu'il a vécu de l'ordre de la foi, de l'amour de Dieu, de l'amour de la Sainte Vierge, l'Immaculée Conception. Il a vécu dans cette union totale au Seigneur, identifiant au Christ qui offre sa vie en sacrifice, et d'ailleurs cela se manifeste lorsque, enfermé avec d'autre dans le bunker de la faim jusqu'à ce que mort s'en suive, ce sont des chants des psaumes qui vont monter vers Dieu, interloquant le geôliers. Ils avaient rejoint au plus profond d'eux-même la paix, la confiance en Dieu alors que tout semblait ne parler que de mort, de violence, de rejet. Saint Maximilien Kolbe a construit son être pas à pas, peu à peu, laissant à Dieu la possibilité de lui offrir les grâces nécessaires pour grandir, signifier, se sanctifier, offrir sa vie en sacrifice.

Notre Dame, la Vierge Marie, au jour de l'Annonciation, a répondu à l'archange, messager du Seigneur : « voici la servante du Seigneur ». Était-ce le fruit du hasard ? Bien sûr que non. La Sainte Vierge était pétrie de la Parole de Dieu, elle vivait une intimité profonde avec son Seigneur, elle se nourrissait de sa Parole et de sa volonté, et, avec le peuple d'Israël, elle attendait le Messie, alors, si grande fut la surprise de découvrir qu'elle était choisie par Dieu pour être la mère du Messie, sa réponse éclairée l'appelait à se donner si généreusement parce qu'elle vivait de Dieu, et elle savait que pour ce Sauveur qui viendrait, il lui faudrait donner le tout d'elle-même ; elle offre sa vie en sacrifice « Je suis la servante du Seigneur » et Jésus va lui permettre de vivre ce sacrifice totalement par une union toute particulière qu'elle va vivre avec lui au moment de la Passion (au chemin de croix). Ce cœur à cœur, si important, ardent d'amour, brûlant de charité avec sa maman, le désir profond dans l'Esprit Saint de vivre la volonté de Dieu qui n'est autre que de sauver l'humanité.

Tous ces exemples et tant d'autres dans l'histoire de l’Église et de l'humanité sont ordonnés à celui qui par excellence est le serviteur des serviteurs, Jésus, Dieu fait homme, c'est en lui la plénitude de la vérité du sens du sacrifice du don de soi. Ce n'est pas par hasard que Jésus accueille la Passion et la Croix, l'annonçant par ce geste du lavement des pieds, ce n'est pas par hasard, il est dans une communion d'intimité parfaite avec son Père [...] Ce sacrifice librement consenti de la croix est le lieu suprême de notre libération du péché, de notre délivrance de la mort... La Résurrection va donner son plein sens à ce sacrifice.

Je voudrais ce soir que chacun d'entre nous puisse entendre et comprendre qu'il n'y a pas de hasard dans les attitudes que les uns et les autres peuvent adopter, mais qu'elles sont le fruit de ce que l'on vit au plus intime de soi-même, et l'on devrait loyalement se poser la question de savoir : est-ce que nous prenons les moyens, en vérité, de nous édifier selon le Seigneur ? Est-ce que nous les prenons ces moyens pour que notre vie intérieure soit nourrie ? Est-ce que nous prenons les moyens de contempler Jésus dans son sacrifice parfait et de nous unir à lui ? En vérité, est-ce que, au lieu de ne rechercher que des satisfactions immédiates, est-ce que nous disons au Seigneur notre confiance en recherchant ce qui a valeur d'éternité ? Autrement dit est-ce que nous prenons les moyens de nous sanctifier ? [...]

Les gestes du serviteur

Extraits de la prière universelle

En cette commémoration de l'institution de l'Eucharistie,
ceux qui le désiraient ont pu communier sous les deux espèces

Le Saint Sacrement, le Corps du Christ, est ensuite porté au reposoir, où il est resté toute la nuit
afin d'être veillé, en souvenir de Jésus qui avait demandé à ses apôtres de veiller avec lui et de prier
avant de vivre sa Passion. L'autel est alors dépouillé.

Le plaisir de se retrouver après une si belle célébration

Puis, u milieu de la nuit, dans la pénombre, la prière est toujours aussi fervente


 

Le chemin de la croix

dans le très agréable parc de Sainte Ursule et avec des petits du primaire... très heureux de pouvoir porter la croix et de fleurir celle de l'église Sainte Thérèse.

Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique ! (Jn 3, 16)

1ère station : Jésus est condamné à mort.

Pilate dit : « Vous le voyez, cet homme n'a rien fait qui mérite la mort. Je le relâcherai donc après l'avoir fouetté » Mais le peuple criait : « Crucifie-le ! Crucifie-le ! » (Lc 23, 18...20)

Jésus, la foule hurle et te condamne. Les hommes te livrent à une mort terrible, celle que l'on réserve aux brigands... Toi, tu te tais. Apprends-moi à aimer ceux qui me font du mal.

Seigneur, nous te prions pour ceux qui, comme toi sont condamnés injustement. Nous aussi, parfois, il nous arrive de rejeter les autres, de les condamner à tord.
Prends pitié de nous Seigneur.

2ème station : Jésus est chargé de sa croix.

« Ils prirent donc Jésus, qui portant lui-même sa croix, sortit de la ville... » (Jn 18, 16)

Jésus, ta croix de bois est lourde. Pourtant tu l'as prise dans tes bras avec amour, comme pour me dire : « Repose-toi sur moi. Chaque fois que tu souffres, je souffre avec toi »

Seigneur, nous te prions pour ceux qui sont écrasés par les difficultés de la vie. Pour ceux qui sont dans l'épreuve, accablés par les charges financières et morales. Nous aussi parfois, nous sommes tentés de baisser les bras.
Prends pitié de nous Seigneur.

3ème station : Jésus tombe pour la première fois.

« C'était nos souffrances qu'il supportait, nos douleurs dont il était accablé » (Isaïe 53, 4)

Jésus, les soldats et la foule te regardent. Devant eux, tu tombes à terre. Comme c'est humiliant ! Moi aussi, je tombe dans le péché. Apprends-moi à te faire confiance : c'est toi qui me relèves.

Seigneur, je te prie pour ceux qui sont tombés après une épreuve et qui n'ont pas la force de se relever. Je te prie pour tous ceux qui sont malades et tous ceux qui souffrent.

4ème station : Jésus rencontre sa mère.

« Vois ! dit Simon à Marie, une épée te transpercera le cœur ! » (Lc 2, 34... 35)

Jésus, sur ton chemin, tu croises le regard douloureux de ta mère. « C'est mon fils bien aimé, pourquoi tout ce mal contre lui ? » Sur son chemin de souffrance, Jésus rencontre le visage d'amour de sa mère, « Merci à toi, ma mère » se dit-il. Dans les moments difficiles, fais que je me souvienne de regarder Marie. Ô Marie, apprends-moi, dans la joie ou dans la peine, à vivre en cœur à cœur avec Jésus.

Seigneur, je te prie pour tous les pères et mères qui sont désespérés par la souffrance ou la mort d'un enfant.

Les enfants s'entraident pour porter la croix :  de petits Simon De Cyrène !

5ème station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix.

« Comme les soldats l'emmenaient, ils mirent la main sur un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus » (Lc 23,  26)

Jésus, tu as accepté qu'un passant t'aide à porter ta croix. A deux, la croix est moins lourde. Moi aussi, tu veux m'encourager à t'aimer et à faire le bien. Tu me dis sans cesse : « J'ai besoin de ton amour ! »

Seigneur,je te prie pour ceux qui qui souffrent dans la solitude, sans le réconfort d'un ami ; pour ceux qui sont isolés et attendent que quelqu'un vienne les aider.

6ème station : Véronique essuie le visage de Jésus.

« Il était si défiguré qu'il ne ressemblait plus à un homme » (Isaïe 52, 14)

Jésus, ton visage est meurtri, sali par la poussière et les crachats... N'y aura-t-il personne pour l'essuyer ? Jésus, apprends-moi à te reconnaitre et à te consoler lorsque je vois des visages humiliés ou malheureux. Apprends-moi à te prouver mon amour par de petits gestes simples.

Seigneur, je te prie pour ceux qui vont mourir dans l'indifférence générale, mais aussi pour ceux qui veillent sur les malades et les accidentés de la vie, et les aident dans leurs épreuves quotidiennes.

 

7ème station : Jésus tombe pour deuxième fois.

« Toi, Seigneur, ne sois pas loin, ô ma force, viens à mon aide » (Ps 21, 20)

Jésus, à nouveau tu tombes écrasé parle poids de la croix. Tu pries ton Père de te donner la force de te relever... Et à nouveau, tu te relèves. Quand malgré mes efforts, je retombe dans mes péchés, fais grandir en moi l'espérance.

En silence, nous repensons à Jésus tombant une deuxième fois sous le poids de la croix qu'il porte pour nous sauver, et nous prions pour ceux qui retombent dans le péché malgré leurs bonnes résolutions.

8ème station : Jésus parle aux femmes qui le suivent.

Le peuple, en grande foule le suivait, ainsi que des femmes qui se lamentaient sur lui.Se retournant vers elles, Jésus leur dit : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez plutôt sur vous-même et sur vos enfants » (Lc 23, 27-28)

 

Jésus, tu veux nous faire comprendre que ce qui est grave, c'est ce qui tue l'amour dans nos cœurs. Ce qui te fait mal, ce sont les péchés des hommes ! Donne-moi la grâce de ne plus t'offenser.

Seigneur, je te prie pour ceux dont le cœur est devenu dur à cause du péché, et je te prie pour toutes les femmes de la terre.

9ème station : Jésus tombe pour la troisième fois.

« Brisé, écrasé, à bout de force, le cœur me bat, ma force m'abandonne. Ne m'abandonne pas, Seigneur ! Mon Dieu, ne sois pas loin de moi, vite à mon aide, Seigneur de mon salut ! »

Jésus, cette fois tu es à bout de force. Tu t'écroules, mais tu veux accomplir la Volonté du Père jusqu'au bout... Alors, tu te relèves et tu reprends la route. Jésus, aide-moi à être courageux et à accomplir la mission que tu me confies. 

Seigneur, je te prie pour ceux qui t'abandonnent quand viennent  les difficultés.

10ème station : Jésus est dépouillé de ses vêtements.

« Ils partagent entre eux mes habits et tirent au sort mon vêtement » (Ps 21, 19)

Jésus, tu n'as plus rien. Tu vas mourir dépouillé de tout, toi, le Fils de Dieu ! Apprends-moi à ne pas vouloir tout posséder.

Seigneur, je te prie pour ceux qui vivent dans la misère et le dénuement, et je teprie aussi pour ceux qui sont riches, qu'ils apprennent à partager et à garder leur cœur ouvert aux autres.

11ème station : Jésus est Cloué sur la croix.

« Ils me percent les mains et les pieds, je peux compter tous mes os » (Ps 21, 17...18)

Jésus, sur la croix, tes bras sont grands ouverts. Ils nous offrent l'amour infini du Père. Pardon, Jésus, d'oublier parfois que tu m'aimes ; d'oublier qu'il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime.

Seigneur, je te prie pour tous les malades cloués sur leur lit de souffrance. Je te prie aussi pour tous les pécheurs et pour nous-mêmes. J'implore ton pardon.

12ème station : Jésus meurt sur la croix.

Jésus dit en un grand cri : « Père, je remets mon esprit entre tes mains » Et ce disant, il expira. (Lc 23, 46) et (Ps 31, 6)

Jésus, attaché sur la croix, tu pardonnes aux hommes, tu leur donnes ta mère, tu regardes avec amour le bon larron qui te prie... En mourant, tu remets ta vie entre les mains de ton Père. Donne-moi d'aimer comme toi tu nous aimes.

Seigneur, je te prie pour ceux qui meurent sans savoir que tu les aimes et que tu leur donnes ta vie. Faisons silence en pensant à ce don extraordinaire que Dieu nous fait : la vie de son Fils pour nous sauver.

13ème station : Jésus est descendu de la croix.

« Joseph d'Arimathie alla trouver Pilate et demanda le corps de Jésus. Puis il le descendit de la croix » (Lc 23, 52-53)

 

Jésus, au pied de la croix, la Vierge Marie te reçoit dans ses bras. Son cœur de mère déborde de douleur. Mais en même temps, il est rempli d'amour. Merci Jésus, de nous avoir donné Marie. Pour toujours la croix, de son bois en largeur et en hauteur est le signe des bras du Christ étendus offrant l'amour de Dieu aux habitants de la terre.

Seigneur, je te prie pour nos parents et amis défunts et pour ceux qui ne savent pas que Marie est notre mère à tous et qu'elle veille sur nous.

Des fleurs pour la croix de Jésus !

14ème station : Jésus est mis au tombeau.

« Joseph et Nicodème prirent le corps de Jésus et l'entourèrent de bandelettes avec les aromates... Près de là, un jardin et dans ce jardin, un tombeau neuf... C'est là qu'ils déposèrent Jésus » (Jn 19, 41... 42)

Jésus, ton corps sans vie est déposé à l'intérieur du tombeau fermé par une énorme pierre. Les ténèbres ont recouvert la terre, comme elles ont envahi le cœur des apôtres. Jésus, quand il fait nuit dans mon cœur, reste près de moi !

Seigneur, je te prie pour que tous les hommes de la terre que tu as accompagnés dans la mort, soient vivants avec toi dans ton Royaume.

Pâques : le Christ est ressuscité des morts !

« Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? Il n'est pas ici, Il est ressuscité ! »

Jésus, au matin de Pâques, tu es ressuscité d'entre les morts. Mon coeur peut chanter de joie : le péché et la mort sont vaincus. Ton amour pour tous les hommes a été le plus fort. Merci Jésus pour la vie que tu me donnes !

Seigneur, je te prie pour tous ceux qui m'annoncent cette Bonne Nouvelle et pour ceux qui ne la connaissent pas encore.

Et que de jeunes ont entendu la Bonne Nouvelle grâce aux sœurs
et en particulier Sœur Marie-Vianney avec le MEJ !


Une célébration (et non une messe) très sobre avec trois grands moments : la lecture de la Passion,
la grande prière pour le monde et l'adoration de la croix

 

Récit de la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ

La grande prière du Vendredi Saint pour le monde

1. Pour l'Église

Prions, frères bien-aimés, pour la sainte Église de Dieu : que le Père tout puissant lui donne la paix et l'unité, qu'il la protège dans tout l'univers ; et qu'il nous accorde une vie calme et paisible pour que nous rendions grâce à Dieu.

Dieu éternel et tout puissant, dans le Christ, tu as révélé ta gloire à tous les peuples ; protège l'œuvre de ton amour : afin que ton Église répandue par tout l'univers demeure inébranlable dans la foi pour proclamer ton nom. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

2. Pour le pape

Prions pour notre saint Père le pape, François, élevé par Dieu notre Seigneur à l'ordre épiscopal : qu'il le garde sain et sauf à son Église pour gouverner le peuple de Dieu.

Dieu éternel et tout puissant dont la sagesse organise toutes choses, daigne écouter notre prière : protège avec amour le pape que tu as choisi, afin que, sous la conduite de ce pasteur, le peuple chrétien que tu gouvernes progresse toujours dans la foi. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

3. Pour le clergé et le peuple fidèle

Prions pour notre évêque, N., pour tous les évêques, les prêtres, les diacres, pour tous ceux qui remplissent des ministères dans l'Église et pour l'ensemble du peuple des croyants.

Dieu éternel et tout puissant dont l'Esprit sanctifie et gouverne le corps entier de l'Église, exauce les prières que nous t'adressons pour tous les ordres de fidèles qui la composent : que chacun d'eux, par le don de ta grâce, te serve avec fidélité. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

4. Pour les catéchumènes

Prions pour les (nos) catéchumènes : que Dieu notre Seigneur ouvre leur intelligence et leur cœur, et les accueille dans sa miséricorde ; après avoir reçu le pardon de tous leurs péchés par le bain de la naissance nouvelle, qu'ils soient incorporés à notre Seigneur Jésus-Christ.

Dieu éternel et tout puissant, toi qui assures toujours la fécondité de ton Église, augmente en nos catéchumènes l'intelligence et la foi : qu'ils renaissent à la source du baptême et prennent place parmi tes enfants d'adoption. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

5. Pour l'unité des chrétiens

Prions pour tous nos frères qui croient en Jésus Christ et s'efforcent de conformer leur vie à la vérité : demandons au Seigneur notre Dieu de les rassembler et de les garder dans l'unité de son Église.

Dieu éternel et tout-puissant, toi qui rassembles ce qui est dispersé et qui fais l'unité de ce que tu rassembles, regarde avec amour l'Église de ton Fils : nous te prions d'unir dans la totalité de la foi et par le lien de la charité tous les hommes qu'un seul baptême a consacrés. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

6. Pour le peuple juif

Prions pour les Juifs à qui Dieu a parlé, en premier : qu'ils progressent dans l'amour de son Nom et la fidélité de son Alliance.

Dieu éternel et Tout-Puissant, toi qui as choisi Abraham et sa descendance pour en faire les fils de ta promesse, conduis à la plénitude de la rédemption le premier peuple de l'Alliance, comme ton Église t'en supplie. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur. Amen.

Suite de la prière : 7 à 10

7. Pour les autres croyants

Prions pour ceux qui ne croient pas en Jésus Christ : demandons qu'à la lumière de l'Esprit Saint, ils soient capables eux aussi de s'engager pleinement sur le chemin du salut.

Dieu éternel et tout puissant, donne à ceux qui ne croient pas au Christ d'aller sous ton regard avec un cœur sincère, afin de parvenir à la connaissance de la vérité ; et donne-nous de mieux nous aimer les uns les autres et d'ouvrir davantage notre vie à la tienne, pour être dans le monde de meilleurs témoins de ton amour. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

8. Pour ceux qui ne connaissent pas Dieu

Prions pour ceux qui ne connaissent pas Dieu : demandons qu'en obéissant à leur conscience ils parviennent à le reconnaître.

Dieu éternel et tout puissant, toi qui as créé les hommes pour qu'ils te cherchent de tout leur cœur et que leur cœur s'apaise en te trouvant, fais qu'au milieu des difficultés de ce monde, tous puissent discerner les signes de ta bonté et rencontrer des témoins de ton amour : qu'ils aient le bonheur de te reconnaître, toi, le seul vrai Dieu et le Père de tous les hommes. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

9. Pour les pouvoirs publics

Prions pour les chefs d'État et tous les responsables des affaires publiques : que le Seigneur notre Dieu dirige leur esprit et leur cœur selon sa volonté pour la paix et la liberté de tous.

Dieu éternel et tout puissant, toi qui tiens en ta main le cœur des hommes, et garantis les droits des peuples, viens en aide à ceux qui exercent le pouvoir ; que partout sur la terre s'affermissent avec ta grâce la sécurité et la paix, la prospérité des nations, et la liberté religieuse. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

10. Pour nos frères dans l'épreuve

Frères bien aimés, prions Dieu le Père tout puissant d'avoir pitié des hommes dans l'épreuve : qu'il débarrasse le monde de toute erreur, qu'il chasse les épidémies et repousse la famine, qu'il vide les prisons et délivre les captifs, qu'il protège ceux qui voyagent, qu'il ramène chez eux les exilés, qu'il donne la force aux malades, et accorde le salut aux mourants.

Dieu éternel et tout puissant, consolation des affligés, force de ceux qui peinent, entends les prières des hommes qui t'appellent, quelles que soient leurs souffrances : qu'ils aient la joie de trouver dans leurs détresses le secours de ta miséricorde. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Adoration de la croix


C'est avec les hosties consacrées le soir du Jeudi Saint, que ceux qui le désiraient ont communié.


 

(bientôt)

 


 

  • La CEF s'est aussi associée à l'hommage national rendu au colonel Arnaud Beltrame :

Le sacrifice du colonel Arnaud Beltrame portera des fruits pour notre société.

Cet acte d’héroïsme marque légitimement l’ensemble de nos concitoyens.
Donner ainsi sa vie pour en sauver d’autres constitue un exemple éminent et aura certainement une fécondité dans notre société tentée par la violence et le repli sur soi.
Les catholiques, au cours de cette semaine sainte, prieront pour toutes les victimes des attentats et spécialement celles de Trèbes et Carcassonne.  Ils porteront aussi dans leurs prières ceux qui assurent notre sécurité au quotidien.

  • La CEF s'était aussi associée à la marche blanche, du 28 mars, initiée par le Conseil Représentatif des institutions juives de France :

Vendredi 23 mars Madame Mireille Knoll était assassinée chez elle. La Conférence des évêques de France exprime sa profonde tristesse devant l’horreur de ce geste. Elle assure de son soutien et de sa prière sa famille et toute la communauté juive, encore une fois touchée, en raison de sa religion.
En ce moment de douleur, les catholiques veulent manifester leur fraternité à leurs amis juifs et leur redire avec Saint Jean Paul II : « Vous êtes nos frères préférés et, d’une certaine manière, on pourrait dire nos frères aînés » (visite à la Synagogue de Rome, 1986).
L’antisémitisme, comme toute forme de racisme, reste un fléau dont le meilleur rempart sera la cohésion nationale.

  • Éclairage sur les questions autour de Pâques

Que fête-t-on à Pâques ?
Qu’est-ce que le Dimanche des rameaux ?
Qu’est-ce que la messe chrismale ?
Qu’est-ce que le Jeudi Saint ?
Qu’est-ce que le Vendredi Saint ?
Qu’est-ce que le Triduum pascal ?
Qu’est-ce que la Vigile pascale ?
Quel est le sens du Chemin de croix ?
Quelles sont les stations du Chemin de croix ?
D’où vient la coutume des œufs de Pâques ?
Pourquoi parle-t-on des cloches de Pâques ?
Que dit la Bible sur Pâques ?
Pourquoi la date de Pâques change-t-elle tous les ans ?
Qui sont les catéchumènes ?