SteFamille-600x200

Vendredi 8 juin, après la célébration du matin, en cette fête du Sacré Cœur de Jésus, nombreux étaient ceux qui ce sont rassemblés dans l'église Sainte Thérèse pour la messe ; il y avait les fidèles adorateurs du Saint Sacrement, mais aussi les nombreux bénévoles de la paroisse de la Sainte Famille, car c'était l'occasion de les remercier et de rendre grâce au Seigneur pour ce qu'ils ont été pendant ces 8 ans où l'abbé Pucheu a été curé.

Parmi les bénévoles engagés dans la liturgie, il y a, entre autres, les animateurs, les choristes,
les musiciens, Robert a eu droit à une véritable ovation,
mais n'oublions pas ceux que l'on ne voit que par le résultat de leur travail :
ceux des équipes liturgiques et ceux qui préparent les prières universelles, les fleuristes,
ceux qui s'occupent de tout préparer à la sacristie, ceux qui rendent les églises propres et accueillantes

Il y a aussi de jeunes bénévoles : les servants et les servantes et ceux qui les forment.

« ... Cette fête nous montre le cœur du Christ ouvert par un coup de lance. Ceci est un rappel de l'Amour fou du Christ. Il ne s'est pas contenté de porter à l'homme une gentille attention, il s'est engagé et il l'a payé de sa personne.
Et, pour nous faire comprendre son Amour, le Christ s'est ingénié à trouver des images symboles d'amour :
- il s'était dit l'ami, il ne traite pas ceux qu'il aime en simple serviteur,
- il s'était dit le berger attentif à chaque brebis, il se met en quatre pour retrouver la brebis égarée,
- il s'était dit l'époux passionné capable de pardonner les infidélités,
- et voilà qu'aujourd'hui il se dit le cœur aimant, il s'est fait cœur de chair capable de se vider jusqu'à la dernière goutte de son sang. Il n'a qu'un seul souci, celui de nous procurer le repos, la paix, la sérénité, puisque justement il se dit « doux et humble de cœur »

Face à cet amour démesuré, force est de reconnaitre que l'homme ne répond pas toujours de la même manière, peut-être même avec une certaine indifférence. Quelle place le Christ a-t-il dans notre coeur ? Combien de temps de prière lui accordons-nous dans la journée, dans la semaine ? Jésus est-il le dernier servi ? Si pour une fois - et cette fête nous y invite - si pour une fois nous croyions vraiment à l'amour du Christ pour nous !
Une religieuse disait : « Voici le coeur qui a tant aimé les hommes et qui ne reçoit qu'ingratitude ».
Nous, ce soir, Seigneur, donne-nous un coeur nouveau et ne restons pas le coeur fermé devant le coeur grand ouvert du Christ. Amen »

 

Il y a bien d'autres bénévoles :
ceux de l'accueil, ceux du service des malades et de la pastorale du deuil,
ceux du Conseil Économique, du Conseil Pastoral et ceux de l'E.A.P.
les catéchistes, secrétaires...
et il y en a aussi beaucoup d'autres de la paroisse
qui sont bénévoles au-delà de la paroisse dans des mouvements ou des services.

En résumé, une paroisse bien dynamique et accueillante à tous les niveaux,
mais il restera toujours de la place pour ceux qui veulent grossir les rangs des bénévoles !

1. Sous ton voile de tendresse, nous nous réfugions.
Prends-nous dans ton cœur de mère où nous revivons.
Marie, mère du Sauveur, nous te bénissons.

R/ Marie notre mère, garde-nous dans la paix.
Refuge des pécheurs, protège tes enfants.

2. Quand nous sommes dans l´épreuve, viens nous visiter.
De tous les dangers du monde, viens nous délivrer.
Marie, mère du Sauveur, prends-nous en pitié.

3. Marie, vierge immaculée, apprends-nous à prier.
Que demeurent dans nos cœurs, le silence et la paix.
Marie, mère du Sauveur, veille à nos côtés.

Après toujours ce plaisir de se rencontrer à la sortie de la messe,
ce moment de partage et de convivialité a continué autour du pique-nique partagé.