SteFamille-600x200
PAROISSE SAINTE FAMILLE de PAU

 

La doctrine sociale de L’Église

♦ 5ème et dernière semaine

10. Pour une finance responsable (1er juin)

On peut tous changer le monde avec notre argent, qu’on en ait beaucoup ou qu’on n’en ait pas beaucoup. Quand on achète ou quand on met de côté, notre argent travaille à des choses différentes ! Alors, à mon niveau personnel, comme chrétien et comme épargnant, que puis-je faire avec mon argent ? Comme le dit Jean Paul II dans l’encyclique Centesimus Annus :« Il est “nécessaire de s'employer à modeler un style de vie dans lequel les éléments qui déterminent les choix de consommation, d'épargne et d'investissement soient la recherche du vrai, du beau et du bon, ainsi que la communion avec les autres hommes pour une croissance commune. » (Centesimus Annus, §36)

Comme chrétien et comme épargnant, que puis-je faire avec mon argent ? Est-ce que je vais financer des œuvres de mort ou de vie ? Vais-je rechercher le seul profit ou un tout petit peu améliorer le monde avec mes économies ? 
Voilà des sujets bien concrets ! Le pape lui-même incite les financiers à être toujours plus responsables et l’Église catholique en France a beaucoup réfléchi à l'utilisation de l'épargne. 
Frère Pierre Januard, enseignant et chercheur en théologie et en économie, nous introduit à la

Que faire de son épargne ?

Texte complet

Quizz final

9. La sainteté est-elle allergique à l'argent ? (29 mai)

Jésus a souvent évoqué, avec ses contemporains, le sujet de l'usage de l'argent. Dans les actes des apôtres, la première communauté chrétienne mettait tout en commun. S'en inspirant, beaucoup de saints choisissent radicalement la pauvreté. Cela fait d'ailleurs partie des vœux religieux. Si l'argent n'a pas d'odeur, est-il toujours anti-évangélique ?

« Tous les croyants ensemble mettaient tout en commun ; ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et en partageaient le prix entre tous selon les besoins de chacun » (Actes 4, 44-45)
Les premières communautés chrétiennes ont mis la barre un peu haute, mais ce n’est pas un peu utopique ? Ou communiste ? Soyons un peu plus réalistes mais demandons-nous si c’est possible, aujourd’hui, d’avoir des biens et de vivre aussi de partage et de gratuité ?
L’argent est nécessaire pour vivre et ce thème revient d’ailleurs souvent dans l’Évangile. Par exemple Jésus nous met en garde en ce qui concerne l’argent et les richesses.

Dans cette vidéo, sœur Christine Gautier n'hésite pas à bousculer nos principes. L'argent peut se mettre au service de l'amour. Jésus le traduit en récit dans la parabole du Bon Samaritain.
En 2022, sœur Christine Gautier est moniale contemplative au monastère de Dax. Elle a enseigné la théologie à Rome, à l'Université Pontificale Saint Thomas d'Aquin. Sa thèse avait été remarquée et a reçu le prestigieux prix Henri de Lubac, en 2016 : Collaborateurs de Dieu, Providence et travail humain chez saint Thomas d'Aquin (Cerf, 2015)

La sainteté, allergique à l'argent ?

Texte complet

Quizz

♦ 4ème semaine

8. Entreprise : concilier bien commun et bénéfices (25 mai)

Nous avons déjà défini les enjeux d'une spiritualité du travail au plan individuel, mais s'autorise-t-on à l'étendre au niveau de l'entreprise ? L'entreprise doit répondre à certains objectifs (rentabilité, respect des conditions de travail et de l'environnement ...) mais plus largement sa vocation est de se mettre au service du bien commun.

On entend souvent que le but de l’entreprise, c’est le profit ; ou que l’argent, c’est le nerf de la guerre. Tout ça n’est pas très motivant quand on se réveille le matin pour aller travailler… Pourtant nous sommes nombreux à travailler en entreprise et à y être heureux. On apprécie les relations, on sent que notre travail est utile, on progresse soi-même… Bref, une autre force que l’argent est en jeu… Sans doute bien plus forte !
Quand on vous demande ce que vous faites comme travail, répondez-vous que vous produisez de l’argent ? Sans doute pas ! Composer  de belles compositions fleuries permet de témoigner de l’amour ou de l’amitié. Au restaurant, bien nourrir ses clients. A l’hôpital,  prodiguer les meilleurs soins aux patients. Au tribunal,  participer à la juste défense de ses clients. En ville, assurer la sécurité, etc. C’est là la contribution de chacun au bien commun...

Dans cette vidéo, Thomas Ailleret, auteur de Vivre en chrétien, quésaco ?, une introduction à la Doctrine sociale de l’Église, livre sa vision positive de l'entreprise. Cadre dans l'industrie, il nous montre que l'entreprise peut vraiment participer à l’œuvre de Dieu.

« J’aime vraiment voir la doctrine sociale comme un jaillissement d’amour, un débordement d’amour. »

Comment être heureux au travail ?

Texte complet

Quizz

7. Devenir saint au boulot... (22 mai)

L’Évangile interroge notre vision de la société et nos grands choix politiques, mais il inspire aussi notre vie de tous les jours. Chaque matin, nous sommes invités à vivre une nouvelle journée à la suite du Christ et nous en passons une bonne partie à travailler. Est-ce pour gagner de l'argent, s'occuper ou pour rencontrer des collègues ? L'écriture et la tradition de l'Église voient dans l'expérience du travail un moyen de se sanctifier.

Dans cette vidéo, sœur Christine Gautier nous fait découvrir une vraie spiritualité du travail, à l'écoute de saint Paul, de saint Thomas d'Aquin et de grands papes du XXe siècle. L'Église encourage une collaboration des différents groupes humains en favorisant la participation et l'expression des dons de chacun. Ainsi le travail pourra nous rendre meilleurs ensemble !

Sœur Christine Gautier : en 2022, elle est moniale contemplative au monastère de Dax. Elle a enseigné la théologie à Rome, à l'Université Pontificale Saint Thomas d'Aquin. Sa thèse avait été remarquée et a reçu le prestigieux prix Henri de Lubac, en 2016 : Collaborateurs de Dieu, Providence et travail humain chez saint Thomas d'Aquin (Cerf, 2015)

Le travail, une mission ? Devenir saint au boulot ?

Texte complet

Quizz

♦ 3ème semaine

6. Accueillir l'étranger, une évidence ? (19 mai)

L'accueil de l'étranger est une question importante dans nos élections. Certains se demandent si on doit accueillir tout le monde, alors que d'autres s'engagent pour donner aux migrants un minimum de dignité.
Dans le monde, il y a toujours plus de migrants. Aujourd’hui, les migrants internationaux, ceux qui ne vivent pas dans leur pays d’origine, représentent un humain sur 30 : 280 millions de personnes en 2020 contre 173 en 2000. Pas étonnant que ça préoccupe le pape François ! Pourtant, certains se demandent un peu de quoi il se mêle quand il nous demande de les accueillir ! Mais au fond, que disent la Bible et la tradition chrétienne sur cette question ?

Dans cette vidéo, sans angélisme ni cynisme, mais avec réalisme et générosité, frère Jacques-Benoît Rauscher nous explique comment la Bible et la tradition de l'Église peuvent nous aider à nous forger une opinion sur la question, même si on peut trouver dans la Bible dans la tradition chrétienne deux éléments a priori opposés sur cette question.

Frère Jacques-Benoît Rauscher enseigne la théologie morale et l'éthique sociale à l'Université de Fribourg en Suisse. Avant d'entrer dans l'Ordre dominicain, il était professeur de Sciences Économiques et Sociales et participait à une équipe de recherche en sociologique (Sciences Po/ CNRS). Il a récemment publié quelques ouvrages : L’Église catholique est-elle anticapitaliste ? (Presses de Sciences Po, 2019) - Des enseignants d'élite ? Sociologie des professeurs de classes préparatoires (Cerf, 2019) - Découvrez la doctrine sociale de l’Église avant d'aller voter (Cerf, 2022).

Texte complet

Quizz

5. Des critères non négociables, une utopie ? (15 mai)

Voter est une chance mais ce n'est pas facile quand on a des critères de foi et d'éthique ! 
Alors comment choisir ? Nous avons personnellement des critères non-négociables, qui peuvent être différents de ceux de notre voisin à l'église. Mais existe-t-il une liste de thèmes fondamentaux sur laquelle l’Église s'est prononcée ?

Dans cette vidéo, sœur Christine Gautier, dominicaine et Thomas Ailleret échangent librement sur ce sujet. Ils nous aident à mettre en perspective ces "critères non-négociables" de choix dans l'engagement du citoyen chrétien.
Thomas Ailleret travaille dans l'industrie, en Vendée, d'où il est bien placé pour s'interroger sur la manière dont notre foi peut nous aider à vivre dans la société. Membre de la communauté de l'Emmanuel, il fait connaître la doctrine sociale de l’Église, par exemple en publiant : "Vivre en chrétien, quésaco ?" (Cerf, 2020).

Vivre dans la société...

Texte complet

Quizz

♦ 2ème semaine

4. Tous dignes ! Un peu de respect SVP (11 mai)

S'il y a bien une cause qui fait l'unanimité, c'est la dignité de la personne.

Cela ne va pas de soi, il nous faut en permanence être vigilant, voire nous battre, pour que chacun soit respecté. 
C'est ce qu'ont fait en leur temps deux grands chrétiens : frère Antonio de Montesinos, ce dominicain qui prêchait contre l'esclavage au XVIe siècle, et Dorothy Day, cette mystique qui défendait la cause des ouvriers et la paix aux États-Unis. Découvrez ces deux figures originales qui peuvent nous inspirer aujourd'hui !

Au cœur de l'engagement politique, il y a la reconnaissance de la valeur humaine.
Pourtant, tout le monde ne l'entend pas de la même manière. Dans cette vidéo, frère Jacques-Benoît Rauscher nous explique les fondements théologiques et les conséquences de la dignité infinie de chaque personne, créée à l'image de Dieu et appelée à la sainteté.

Préserver la dignité humaine… tout le monde est d’accord avec le principe. Mais en pratique c’est beaucoup plus compliqué. Regardez : certains vont parler du « droit de mourir dans la dignité » pour légitimer le suicide assisté ou l’euthanasie. D’autres vont vous dire que de telles pratiques sont contraires à la dignité de l’homme qui implique que la vie soit préservée jusqu’au bout. Alors qu’entend-on par « dignité humaine » ? Le chrétien a-t-il une vision spécifique de cette dignité ?

D'où vient la dignité humaine ?

Texte complet

Quizz

3. S'engager en politique, par amour ! (8 mai)

Entre deux périodes d'élections, il n'est pas superflu pour des chrétiens de s'intéresser aux critères de l'engagement politique.
Par le passé, l'Église a formé de grands hommes d'État. Pourtant aujourd'hui, en s'engageant en politique, on risque de compromettre notre idéal. Et puis, il y a déjà tant à faire dans nos familles, nos associations et nos paroisses ! Alors, faut-il encore s'engager en politique ?
Ouiiii ! Dans cette vidéo, frère Jacques-Benoît Rauscher nous exhorte à ne pas nous dérober devant l'état de la politique actuelle, mais à prendre nos responsabilités. A l'école de saint Thomas d'Aquin, il nous encourage à développer notre intelligence pratique pour mieux saisir les opportunités et pour servir le bien commun.
D'ailleurs, la doctrine sociale de l'Église est-elle de droite ou de gauche ?

Vous connaissez Ponce Pilate ? Ce procureur romain qui a reçu Jésus au moment de son procès. Voyant que Jésus était condamné de façon injuste, Ponce Pilate a eu cette phrase célèbre : « je m’en lave les mains ». Il voulait dire par là : « je ne vais pas m’engager davantage pour cet homme ». Il ne se rendait sans doute pas compte que cet homme, c’était le Fils de Dieu que, par son manque d’engagement, il contribuait à condamner.
Et nous, quand on refuse de faire un pas, de s’engager pour d’autres, n’est-ce pas pour le Christ qu’on reste indifférent ?

Une forme élevée de charité : la politique

Texte complet

Quizz

♦ 1ère semaine

2. L’Église milite pour les femmes (4 mai)

L'égalité homme/femme est un enjeu de société urgent et polémique, sur lequel le Vatican semble en retrait, voire en retard. Voyons de plus près ce qu'il en est !  
Cette égalité est déjà proclamée par saint Paul, dans la lettre aux Galates. Alors comment se fait-il que les catholiques ne soient pas en pointe sur ce sujet de société ?

Sœur Christine Gautier s'est attaquée à cette question épineuse. Elle nous fait découvrir les prises de position des papes depuis 150 ans, leurs évolutions, les progrès qu'ils souhaitent pour les femmes et ceux auxquels ils contribuent.
La doctrine sociale de l’Église, c'est aussi se mettre à l'écoute du monde pour vivre toujours plus proche du Christ.

Honneur aux femmes

Texte complet

Quizz

1. Vivre la doctrine sociale de l’Église (1er mai)

La « doctrine sociale de l’Église » (DSE), une expression archaïque guère séduisante. Pourtant elle répond à une urgence : nous avons besoin, comme croyant, de réfléchir à la manière dont nous voulons vivre en société. Nous rêvons de transformer le monde !

Avec cette première vidéo, nous entrons au cœur du sujet, guidé par un trio ultra-compétent. Sœur Christine Gautier nous explique, en partant de la Bible que nous ne pouvons vivre avec Dieu sans avoir le souci des autres, en particulier les plus vulnérables.
Cet engagement s'est adapté aux défits de chaque époque. Frère Jacques-Benoît Rauscher récapitule les intuitions géniales des papes depuis la révolution industrielle. 
Thomas Ailleret, jeune manager, nous montre avec des exemples concrets, comment les principes qui structurent la pensée sociale de l’Église peuvent être vécus au quotidien, en famille ou dans la vie professionnelle.

Alors, si vous voulez révolutionner votre style au travail, regardez vite cette première vidéo :

Texte complet

Quizz

Introduction

Une doctrine... sociale... de l’Église...

https://www.theodom.org/video/doctrine-sociale-eglise/  avec quizz pour vérifier

Plongés dans le temps pascal, nous fêtons la résurrection du Christ, l'avènement d'un monde nouveau. Évidemment ce nouveau monde de justice et d'amour ne se construit pas sans nous ! Comment vivre en chrétien dans la société ? Les chrétiens ont-ils quelque chose à dire à la société lorsqu’elle fait des choix ? C’est ce que nous croyons. En cette période d'élections, comment l’Église nous aide à poser les choix justes ?

Avoir la foi, ça change les choses, ça change notre regard sur les autres, sur le travail, sur l’argent, sur la personne humaine… Depuis que notre société actuelle est apparue, façonnée par la démocratie et l’économie d’entreprise, l’Église a développé toute une réflexion riche et profonde pour discerner, à l’écoute de chaque époque, la manière dont la Bible peut aider les chrétiens à œuvrer à un monde plus juste. C’est ce qu’on appelle la doctrine sociale de l’Église...

Pour cette série, vous rencontrerez de nouveaux visages : frère Jacques-Benoît Rauscher, qui enseigne l’éthique à Fribourg, sœur Christine Gautier, de Dax, qui a travaillé sur la théologie du travail, Thomas Ailleret, de la Communauté de l’Emmanuel, en Vendée, et frère Pierre Januard, spécialiste des questions de finance responsable.

Présentation et programme

10 vidéos sur la pensée sociale de l'Église





1. Vivre la doctrine sociale de l’Église

2. L’Église milite pour les femmes !

3. S'engager en politique, par amour !

4. Un peu de respect svp !

5. Des critères non négociables, une utopie ?

6. Accueillir l'étranger, une évidence ?

7. Devenir saint au boulot...

8. Entreprise : concilier bien commun et bénéfices

9. La sainteté est-elle allergique à l'argent ?

10. Pour une finance responsable