SteFamille-600x200
PAROISSE SAINTE FAMILLE de PAU

Avec KTO, entretien exceptionnel avec Mgr de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, à son retour de Nice où il s'est rendu à la basilique Notre-Dame de Nice aux côtés du président de la République Emmanuel Macron.

Mgr Eric de Moulins-Beaufort invite à faire face à la colère, la haine, la peur ou le désespoir... Le président de la Conférence des évêques de France adresse un message aux catholiques, mais aussi aux musulmans.
Il confie également sa prière au soir de l’attentat qui a coûté la vie à 3 catholiques dans la Basilique Notre-Dame de l’Assomption.

Entretien exceptionnel animé par Philippine de Saint Pierre.

« Il faut que la peur et la colère se transforment

en une énergie pour le plus grand bien »

« ... La colère, c'est une énergie, une réaction face à un évènement, il y a de quoi être en colère, mais il faut la transformer. Alors que le désespoir, c'est autre chose, c'est la peur qui l'emporte... Notre rôle de chrétien, de prêtre, c'est d'aider à ne pas perdre l'espérance... quelqu'un des forces de sécurité m'a dit : "Il faut nous aider à croire car c'est dur dans ce contexte" pour tous, car moi aussi je suis atteint. Comment est-ce que nous faisons monter notre cri vers Dieu ? Comment est-ce que nous invoquons cette protection de Dieu dans un monde de violence ? Est-ce que nous faisons confiance, est-ce que nous pouvons grandir dans l'espérance dans ce monde de violence ?... »

A la fin de l'interview, Mgr de Moulins-Beaufort parle aussi du confinement et dit un message à la communauté musulmane en laquelle il a confiance.

« Les catholiques en France ont un rôle capital à jouer car, que nous le voulions ou non, nous incarnons quelque chose de l'âme de notre pays... nous sommes en quelque sorte comptable de la longue histoire de notre Pays, parce que notre foi vivante fait que nous nous rattachons de manière vivante à tous ceux qui nous ont précédés... Nous avons un immense service à rendre à la société française, et la dignité des catholiques français avait été admirée après l'assassinat du Père Amel, et je pense que cela a contribué, d'une manière plus ou moins visible, plus ou moins insensible mais réelle, à transformer le regard d'un certain nombre de gens sur ce qu'est le catholicisme. Nous devons rendre ce service encore et je pense que dans les messes qui seront célébrées le jour de la Toussaint, quelque chose de très important pour notre pays peut se jouer, peut se vivre et que cela apportera beaucoup de lumière et de force pour la suite... »

La Conférence des évêques de France (CEF)
a appelé à sonner le glas des églises, jeudi 29 octobre à 15h,
à la suite de l’attaque au couteau survenue ce matin à Nice
dans la Basilique Notre-Dame. Les catholiques ont été invités à prier pour les victimes.


A Notre-Dame de la Garde

 Prière proposée par la Conférence des Évêques de France(CEF)

Seigneur,

Nous te confions notre pays alors qu’il vient de connaitre un nouvel événement dramatique
à travers l’assassinat de plusieurs personnes dans la basilique Notre Dame de Nice.

Ton Fils, sur la Croix, a crié le désespoir de notre humanité. Entends notre cri.
Il nous entraine aussi dans sa résurrection.
Qu’il nous enracine dans une authentique espérance.

Nous te prions pour les défunts et leur famille. Nous te confions leur douleur.

Nous te prions pour la communauté chrétienne et tous les habitants de la ville de Nice.
Donne tout particulièrement aux catholiques d’être confortés et renouvelés
dans leur témoignage évangélique.

A la veille de la Toussaint, que l’Esprit Saint fasse plus que jamais
de nous des artisans de paix, dans la justice et la vérité.

Par l’intercession de Notre Dame, nous te prions.

 

Message du pape François sur sa page Twitter

Je suis proche de la communauté catholique de Nice, en deuil après l'attaque qui a semé la mort dans un lieu de prière et de consolation. Je prie pour les victimes, pour leurs familles et pour le bien-aimé peuple français, afin qu'il puisse réagir au mal par le bien.

Rencontre du curé de l'église Notre Dame de l'Assomption

à Nice pour le journal « Le Pèlerin »

Texte complet ici

Extraits : Nous refusons de nous soumettre à la violence, à la peur, à la barbarie. Je ne les laisserai pas gagner. Nous, chrétiens, avons déjà fait l’expérience du Christ mort sur la croix, comme un agneau conduit à l’abattoir. « À cause de toi, nous risquons sans arrêt la mort. On nous traite comme des moutons de boucherie » (Romains 8, 36-39). Jésus a ouvert le tombeau, il ne l’a pas fermé. Les chrétiens ne fermeront donc pas les églises, qui sont des lieux de résurrection. Je sais que certains trouvent cela dangereux ou irresponsable. Mais si l’on pense que vivre, ce n’est pas prendre de risques, alors on ne vit pas. On subit.
Mère Teresa disait dans une très belle prière : « la vie est un combat, accepte-le. La vie est une tragédie, lutte avec elle. La vie est la vie, défends-là. La vie est bonheur, mérite-le ». Dans le Veni creator, nous demandons à l’Esprit saint de nous consoler. Ce n’est pas seulement une jolie chanson ; c’est dans ces moments-là, plus que jamais, que nous devons demander la force de l’Esprit saint.


Autres témoignages

« C'est un moment de douleur dans une période de confusion. Le terrorisme et la violence ne peuvent jamais être acceptés », a réagi quant à lui le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni.

Dans un communiqué, l’évêque de Nice Mgr André Marceau a qualifié l’attaque « d’abominable acte terroriste », en exprimant sa « tristesse est infinie en temps qu’humain devant ce que d’autres êtres, dits humains, peuvent commettre ». Il a également appelé à ce que « l’esprit de pardon du Christ prévale face à ces actes barbares ».

La lettre de nos amis Musulmans de Pau : Texte

 

Messe du jeudi 29 octobre pour les victimes de l'attentat