SteFamille-600x200
PAROISSE SAINTE FAMILLE de PAU

 

Du mardi 2 au lundi 8 novembre, les évêques de France se sont réunis en assemblée plénière à Lourdes.

Le programme de l’assemblée a été modifié avec une journée supplémentaire. Et près d’une centaine de personnes ont été invitées pour participer à ce travail, des victimes, des membres de la CORREF et de différents mouvements ecclésiaux, comme Promesses d'Église, ainsi que des personnes membres de cellules d'écoute, de jeunes adultes, des responsables dans l'enseignement catholique, des prêtres, des diacres et des directeurs des services nationaux de la CEF.
Cette assemblée a été rythmée par la prière, l’écoute et l’échange.

Ils ont été encouragés par le Pape à « prendre soin du peuple chrétien blessé et scandalisé » et à « prendre toutes les mesures nécessaires pour que l'Église soit une maison sûre pour tous » (KTO, Jour du Seigneur 10h30 le 7)

Texte du pape François

Présentation du travail sur le rapport de la CIASE
introduit par Mgr de Moulins-Beaufort

Temps mémoriel et temps pénitentiel
avec les évêques de France à Lourdes

Et la semaine a été marquée ce samedi 6 novembre à 10h30 par ces deux temps

Texte de Mgr Eric de Moulins-Beaufort
Tous les autres textes très forts aussi sont à écouter dans la vidéo

Témoignages
de Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen,
et Mgr Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille.

Arrivés à Lourdes inquiets et divisés, deux évêques témoignent de l’expérience spirituelle vécue durant leur assemblée plénière largement consacrée à l’élaboration des mesures pour lutter contre les abus sexuels dans l’Église, après la publication du rapport de la CIASE. Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, et Mgr Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille, ont répondu à Étienne Loraillère, envoyé spécial de KTO à Lourdes.


Documentaire et messe du Jour du Seigneur
dimanche 7 novembre à Lourdes

Le Jour du Seigneur consacre son émission à l’assemblée annuelle des évêques de France à Lourdes.

10h30 : Documentaire
Sur ce plateau en direct, David Milliat reçoit Mgr Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la Conférence des évêques de France (CEF). Ils reviennent sur le séisme provoqué par la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église. Comment les évêques ont-ils accueilli ce rapport ? Quelles propositions l’Église peut-elle mettre en place pour appliquer ces préconisations ?

11h : Messe 
Célébrée en direct en direct de la basilique Notre-Dame-du-Rosaire à Lourdes (Hautes-Pyrénées)
Cette messe est célébrée en présence de tous les évêques de France.
Président : Mgr Eric de Moulins-Beaufort, archevêque et président de la Conférence des évêques de France
Prédicateur : Mgr André Dupuy, Chapelain au sanctuaire de Lourdes.

Documentaire + messe

Texte de l'homélie

Clôture de l'assemblée plénière
par le discours de Mgr Éric de Moulins-Beaufort,
président de la Conférence des évêques de France, le lundi 8 novembre à 10h30.


Sous la photo de la plaque révélée de « L'enfant qui pleure »

Texte du discours

 L'essentiel des mesures expliqué ce lundi soir par Mgr Eric de Moulins-Beaufort

 

Texte complet transmis par la CEF

Documentaire du Jour du Seigneur
dimanche 14 novembre

Missionnée par l’Église de France, la CIASE - Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Église - présidée par Jean-Marc Sauvé, a étudié pendant deux ans et demi les faits de pédocriminalité perpétrés par des prêtres, religieux et religieuses dans l’Église depuis 1950.
Après un premier film consacré à l'écoute des victimes, un deuxième à la délicate question de la réparation, ce troisième volet documentaire donne la parole aux membres de cette commission sans précédent durant leur dernière année d’enquête.
Professionnels de tous horizons (philosophe, magistrat, professeur de droit canon, théologien ...), les commissaires de la CIASE ne comptent aucun clerc ou victime parmi eux. Jean-Marc Sauvé a dès le départ conçu que le travail de la commission ne pouvait se faire sans l'écoute des victimes. Pour cela, il fallait les aider à parler et aller à leur rencontre dans plusieurs villes de France. 
La parole des victimes a révélé la douleur qui les a ravagées, l'absence de proportionnalité entre les gestes et le ressenti, le mécanisme d'abus de pouvoir et d'emprise lié au sacerdoce, le "paradoxe qu'une institution censée apporter le salut sème la mort." Ainsi, en parallèle de l'effondrement des victimes répond l'effondrement de l’Église.
Pour élaborer ses recommandations, la commission a travaillé en collaboration avec les victimes et les associations de victimes pour que l’Église soit une maison "sûre pour tous". Remise en cause du droit canon, vraie reconnaissance de la part de l’Église du mal qu'elle a fait, et "justice réparatrice" ou "réparative" sont les trois éléments clés de ce processus qui a déjà permis aux victimes de ne plus se définir comme telles mais comme témoins.
Avec, par ordre d'apparition :
Antoine Garapon, magistrat ; Astrid Katijn, professeur universitaire droit canonique ; Christine Lazerges, présidente émérite de la CNC des droits de l'homme ; Joël Molinaro, théologien.

Deuxième volet : la question de la réparation

Premier volet : l'écoute des victimes