Communier à la souffrance du monde...

Du dimanche des Rameaux à la fête de Pâques, dans la paroisse, une semaine riche en évènements qui a accueilli beaucoup de monde pour prier et célébrer l'amour de Dieu qui se donne et qui donne la vie éternelle. Revivons l'un de ces moments forts, le Chemin de Croix dans le parc de Sainte Ursule, véritable prière pour le monde d'aujourd'hui pour tous ceux qui souffrent, malades, réfugiés, victimes de la guerre... car écrit pour un pèlerinage d'anciens déportés.

Merci et bravo aux fleuristes qui ont toujours le souci d'adapter leur art à la liturgie.

« Il ne peut y avoir de vrai pèlerinage sans chemin de croix. Au cours des siècles, des pèlerins de toutes parts affluèrent vers Jérusalem, cherchant à mettre leurs pas dans les pas de Jésus. Mais qui est-ce qui nous a appris la première à faire le chemin de croix ? C'est la Vierge Marie, dont on torturait le Fils au nom de la Loi... Réfléchissant à son amour suprême, essayons de méditer la Passion de Dieu qui nous aime. En prenant conscience de nos fautes, marchons vers la résurrection, sans grands effets, à notre humble façon. »

1ère station : Jésus est condamné à mort

Jésus, te voilà condamné par un étranger qui occupait par la force ton pays ! Nous nous souvenons d'hier, des situations, des lois, qui ont fait tant de nous des victimes des camps nazis... Nous pensons qu'aujourd'hui nombreux sont les condamnés, les déportés de toutes sortes à travers le monde. L'injustice, la torture sont à nos portes. Que de malheureux dans les camps ! Et souvent la foule laisse faire, comme Pilate, beaucoup se lavent les mains du sang de leurs frères.
Seigneur, donne-nous le courage de nous intéresser à ceux qui sont persécutés, opprimés, à tous ceux qui souffrent de haine et de violences. Aide-nous à être la voix de ceux qui ne peuvent plus parler.

 2ème station : Jésus est chargé de sa croix

C'est librement que Jésus tend les bras vers la croix pour la recevoir. C'est librement qu'il va s'offrir et faire don de sa vie.
Seigneur, nous te suivons de loin. Nous souffrons du poids de l'âge, de la maladie, des peines de la vie. Il y a parmi nous des veufs, des veuves, des divorcés, des solitaires, des plus ou moins abandonnés par leurs enfants, négligés par leurs proches. Aide-nous à porter courageusement nos croix de tous les jours, que nous trouvons tellement lourdes et harassantes. Nous te prions pour tant d'êtres humains écrasés sous le fardeau de la souffrance ; donne-leur de mettre en toi leur espoir.

3ème station : Jésus tombe pour la première fois

Cette scène de l'homme qui tombe et n'en peut plus, nous l'avons vécue ou nous en avons été les témoins : tous les camarades qui sont tombés à nos côtés, une bombe, des coups, des mauvais traitements, un accident du travail, un lit d'hôpital ; ils sont tombés sur la dure terre d'exil ; nous nous sommes sentis tellement faibles, vulnérables. Aujourd'hui nous souffrons avec tous ceux qui tombent auprès de nous, des sans-travail, des sans-amour, des désespérés.
Seigneur, donne-nous la force et la grâce d'aider nos frères à se relever, avec amitié, avec délicatesse.

4ème station : Jésus rencontre sa mère

Seigneur, tu as voulu nous ressembler en ayant sur terre une maman, une femme qui aime tendrement son enfant.
La Vierge Marie accompagne son Fils jusqu’au bout. La femme porte souvent la douleur ; elle est forte pour soutenir l'homme dans l'épreuve... Très rares parmi nous ceux qui ont encore une mère, mais chacun ne peut oublier sans doute le baiser d'adieu sur un quai de gare, des lettres, des photos, la joie des retours, des retrouvailles, des peines et des deuils partagés aussi. Maintenant, il y a celle qui est devenue la mère de nos enfants que nous avons vu naître, grandir, partir fonder un foyer. Du bonheur, mais également des soucis, la tristesse de la séparation, et parfois d'autres épreuves que l'on porte silencieusement.
Seigneur, qu'à l'exemple de Marie, il y ait toujours des mamans capables de soutenir l'effort de ceux qui s'usent à la tâche. Enfin, que se retrouvent auprès de toi dans le ciel tous ceux qu'un amour filial a unis sur la terre.

 5ème station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix

Chacun d'entre nous garde dans son cœur le souvenir d'un frère humain, de n'importe quel pays ou race, qui lui a, un jour de fatigue ou  de besoin, tendu la main pour le secourir. Il est des gestes, des actes de dévouement, que nous n'oublierons jamais. C'est souvent le malheur qui nous oblige de nous arrêter et de nous occuper des autres. Ce sont parfois des évènements qui nous y forcent. Et c'est ainsi que Dieu fait notre éducation dans la charité, il brise nos égoïsmes par des coups durs inattendus, il nous dérange par l'accident rencontré le long de la route, il nous amène à transformer une corvée en véritable service.
Seigneur, pardonne-nous tous les services que nous avons refusés, et ceux que nous avons rendus de mauvaise volonté...

6ème station : une sainte femme essuie le visage de Jésus

Il est bien difficile de croire à la bonté de Dieu pendant une guerre, des déportations, des tortures, des massacres. Il faut comprendre ceux qui ne peuvent reconnaître Dieu dans ce visage tuméfié, dégoûtant de sang qui coule, de crachats qui glissent, de poussière qui colle... Et pourtant une femme, que la tradition appelle Véronique, affronte la foule et la haine, la bousculade et la moquerie, pour essuyer le visage de Jésus. De quel regard silencieux et profond il a dû la remercier, puisque ce regard s'est imprimé sur le linge qui a gardé les traces de la Sainte Face.
Donne-nous, Seigneur, un peu du courage de Véronique pour aider nos frères à découvrir ton vrai visage empreint d'une infinie bonté.Nous te prions surtout pour tant et tant de femmes attentives à la souffrance, et compétentes pour la soigner, pour consoler, pour réconforter.

Les enfants sont heureux de pouvoir porter la croix.

7ème station : Jésus tombe pour la deuxième fois

Tu as connu, Jésus, la longueur du chemin de la croix, comme nous avons connu la longueur du chemin de l'exil en terre ennemie : les mois qui passent, des Noëls loin de la famille, des nuits qui grondent, des moteurs d'avion et des bombes qui éclatent... des journées épuisantes. Dans la sombre attente d'un avenir meilleur, combien de fois sont tombés nos espoirs ! Et voilà que maintenant c'est le poids des années qui s'ajoutent, qui nous courbe et nous fait trébucher ; c'est le poids des désillusions que la vie nous apporte en bouleversant tant de situations ; c'est le poids de l'indifférence d'une époque qui nous dépasse et semble parfois nous rejeter... A notre âge, il faut si peu de choses pour tomber !
Mais tu es toujours là, Seigneur. Avec toi et entre nous, sachons tisser des chaînes d'amitié solides afin, qu'en des temps de détresse, chacun puisse s'y raccrocher.

8ème station : Jésus s'adresse aux femmes de Jérusalem

Si quelques femmes étaient sincères, d'autres sans doute étaient venues se joindre au cortège pour gémir et pleurer à la manière des Orientaux. Jésus est sensible aux marques d'amitié, de compassion des unes, et agacé par les cris, les larmes inutiles des autres. Il n'est pas facile d'être des témoins de la vérité. Et puis, à quoi bon nous apitoyer si nous n'avons pas le courage de nous montrer solidaires.
Aide-nous, Seigneur, à être généreux et lucide.

9ème station : Jésus tombe pour la troisième fois

Jésus a connu cette expérience de n'en pouvoir plus et de s'effondrer sue les derniers mètres d'un pénible chemin. Nous avons vu des amis tomber d'épuisement, de désespoir. Il y en a qui ne pouvaient plus se relever... qui ne se sont jamais relevés.
Reçois, Seigneur, dans ta lumière et dans ta paix, tous ceux qui sont tombés là-bas, loin du pays, tous ceux qui sont tombés depuis notre retour. Nous avons la chance de prendre part à ce pèlerinage fraternel, n'oublions pas ceux des nôtres qui sont écrasés par diverses épreuves. Aide, Seigneur, tous les découragés, tous ceux qui n'en peuvent plus. Donne-nous de savoir les comprendre, les soutenir et les aimer encore davantage.

10ème station : Jésus est dépouillé de ses vêtements

Beaucoup moins que toi, Jésus, nous avons été dépouillé de bien des choses : pas de liberté, peu de nourriture, mal vêtus, mal chaussés, logés dans des baraques, le grand froid, les longues heures de travail. Nos corps ont connu un dur dépouillement et nos cœurs une grande solitude... Aujourd'hui, avec l'âge, nous voici diminués dans nos forces, dans notre puissance de travail, nous voici écartés de bien des activités, dépassés par les nouvelles générations. Détachés, contre notre gré peut-être, de ce que nous avions, de ce que nous étions, il faut maintenant accepter nos limites, notre faiblesse. Mais, le jour où nous aurons tout perdu, Seigneur, nous en sommes sûrs, c'est Toi que nous trouverons.

11ème station : Jésus est cloué sur la croix

La croix, devenue décoration, fut pour Jésus l'instrument de supplice réservé aux esclaves.
Seigneur, tu as voulu devenir tellement homme et tellement du côté des pauvres, des innocents, des victimes, que tu as connu la colère injuste des foules, le sadisme des bourreaux, la haine des uns et le silence complice des autres.
Dans le domaine de la barbarie, nous ne valons pas mieux que nos ancêtres. Notre siècle, soi-disant civilisé, n'a pas de quoi être fier, et pourtant, on n'a jamais tant parlé de faire respecter le Droits de l'Homme.
Vierge Marie, Mère de Miséricorde, mets en nos cœurs la douceur et la paix.

Dans ce parc fleuri, difficile de résister à la tentation ! Les fleurs seront pour le pied de la croix.

12ème station : Jésus meurt sur la croix

La mort qui nous fait peur, Jésus l'a regardée en face. « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime » disait-il, et c'est ce qu'il a fait librement pour nous.
Seigneur, apprends-nous à mourir à notre orgueil, à notre égoïsme, et pardonne-nous de ne pas assez aimer notre prochain. Nous te prions aussi pour ceux qui meurent seuls, sans un ami à leur côté. Nous te prions enfin pour qu'à l'heure de mort, éclairés intérieurement par ta grâce, nous sachions avec confiance nous tourner vers Toi.

13ème station : Jésus est descendu de la croix et remis à sa Mère

Tant que Jésus était vivant, Marie était restée debout au pied de la croix. Comme toutes les mères auprès de leur enfant mourant, elle l'avait accompagné jusqu'au bout. Elle avait beau savoir qu'un glaive transpercerait son âme, sa peine maintenant est immense, mais parce que sa foi est forte,  elle ne pleure pas comme ceux qui n'ont pas d'espérance. Participant à la rédemption du monde, elle a donné son Fils pour le salut des hommes.
Par notre présence près de ceux qui sont marqué par les deuils, sachons apporter le témoignage de notre sympathie profonde. Unissons-nous aux souffrances des maman qui ont perdu ou perdent un enfant.
Seigneur, nous te prions pour que tous ceux qui gouvernent le monde et décident de la guerre, soient arrêtés par les larmes des mères.

14ème station : Jésus est mis au tombeau

A mesure que les années passent, s'allonge la liste de ceux que nous avons aimés et qu'avec tristesse, nous avons conduits au cimetière... Parfois, nous avons pensé que tout était fini « On ne peut rien contre la mort ». Notre tour viendra ; passagers sur cette terre, il ne faut pas trop s'attacher aux choses d''ici-bas. Par contre, déposons dans le tombeau de l'oubli tout ce qu'il y a de mauvais en nous... nos péchés contre Dieu et contre nos frères, nos lâchetés, nos peurs, nos égoïsmes, nos mépris, nos dureté de cœur... Tout ce noir de nos vies, déposons-le dans le tombeau pour en faire jaillir le pardon et l'amour !
Les amis, comme les ennemis de Jésus, pensaient qu'avec la mise au tombeau tout était fini ; en réalité, tout allait commencer !

  

15ème station : Jésus est ressuscité. Alléluia !

Au terme de ce chemin de croix, devant le tombeau vide, nous te saluons Jésus, comme le vaiqueur de la mort ! Nous affirmons ici notre foi : tu est sorti vivant du tombeau au matin de Pâques, et tu demeures pour nous : le Vivant ! Ce Vivant qui nous accompagne, sans que parfois nous le reconnaissions sur nos routes humaines. Ce Vivant dont la parole amicale et fraternelle éclaire pour nous les Écritures et nous réchauffe le cœur.
Seigneur Jésus, nous voulons t’accueillir dans toute notre vie. Répands en nous ton Esprit, afin que ceux qui cherchent Dieu, puissent trouver en nous les signes de ta présence, de la lumière et ton amour.

Nous avons eu la joie d'accueillir pour ce chemin de croix un petit groupe de l'Arche,
et nous serons heureux de les accueillir dans d'autres occasions.