Ce jeudi après-midi 15 septembre, que de joie et d'espérance lors de la bénédiction de la première pierre de la future Maison Sainte Marie.

Joie et espérance devant ce nouvel avenir qui s'ouvrira en 2018, et qui accueillera davantage de personnes âgées dans des conditions bien adaptées à chaque résident, mais en gardant toujours les valeurs des « Filles de la Croix » qui sont l'âme de cette maison depuis sa création en 1964, et que l'association Saint Joseph continue de porter.

Une belle fête pour les résidents, le personnel, les amis,
les acteurs de ce nouveau projet et toutes les personnalités présentes.

 

Devant les résidents, le chantier et la pierre évidée afin de recevoir les reliques de fondateurs :
« Le Bon Père » Saint André Hubert Fournet (1732-1834)
« La Bonne Sœur » Sainte Jeanne Élisabeth Bichier des Âges (1773-1838),
un morceau de sa robe et une copie de l'Acte de filiation, écrit par elle,
par lequel la Vierge Marie a été prise pour Mère.

Ambiance détendue à l'arrivée des personnalités de la ville et de la région accueillies par
M. Michel Roger, vice-président de l'association Saint Joseph,
et la Sœur Eulalie Arhancet, provinciale de la Congrégation des Filles de la Croix.

 

 

Présentation de ce qui va se passer par M. Philippe Duboé, directeur général de l'association Saint Joseph, et du tube dans lequel seront insérées reliques et écrits, avant d'être scellé dans la pierre.

 

M. Alain Guinaudeau, président de l'association Saint Joseph invite la Mère supérieure
à lire et à signer le parchemin mémorial

 

Sainte Jeanne Elisabeth, fondatrice
de la Congrégation des Filles de la Croix
écrivait vers 1810 :

« Je crois que l'on peut embrasser toute espèces de bonnes oeuvres.
Nos vraies fêtes à nous sont d'aller le plus vite possible
au secours des pauvres et des malades »

En 2016, le Pape François écrit : « La joie de l'Amour »
« Nous devons réveiller le sentiment collectif de gratitude,
d'appréciation, d'hospitalité qui a pour effet que la personne âgée
se sente une partie vivante de sa communauté.
Les personnes âgées sont des hommes et des femmes
des pères et des mères qui sont passés avant nous sur notre route
dans notre même maison, dans notre bataille quotidienne pour une vie digne »

Ensemble,
Associés par le service, laïcs et religieuses,
nous contribuons à faire de nos Établissements sanitaires et sociaux
des lieux de vie, d'écoute, d'accueil
de respect, d'accompagnement
de chaque personne dans sa dimension humaine, spirituelle, familiale
et sociale, où chacun est reconnu et appelé par son nom
« Fils et Filles de Dieu »

Texte de référence pour les maisons de retraite des Filles de la Croix - 15 septembre 2016

Pour la Province Sœur Eulalie Arhancet

M. Michel Roger, qui supervise les travaux, se charge de mettre les précieux documents dans le tube.

 

Les reliques de Saint André Hubert Fournet

Les reliques de Sainte Élisabeth Bichier des Âges, mais difficile de déchiffrer l'Acte de filiation !

Un dernier texte raconte les débuts des sœurs à Pau en 1888 :

En 1825, le lieu de fondation en Béarn des Filles de la Croix fut à Igon, près de Bétharram. C'est Michel Garicoïts qui fut nommé Directeur Spirituel des Filles de la Croix. Il y rencontre Jeanne-Élisabeth Bichier des Ages, la fondatrice, dont il dira : « Je lui dois ma conversion... Je lui suis redevable de tout ce que j'ai fait de bien... Je n'ai été que l'exécuteur de ses conseils. »

En 1888, les sœurs BOUTILHE font construire à PAU, dans leur maison de famille un hospice dit « Asile Sainte Marie » pour accueillir et soigner des personnes malades et âgées des villages environnants. Les Filles de la Croix ont été appelées dans le dit hospice pour soigner les malades. L’œuvre a commencé le 23 avril 1889, jour où  deux personnes malades ont été accueillies. (Suite de l'histoire des Filles de la Croix)

« ... Les trois sœurs Broutilhe eurent à supporter un travail au-dessus de leurs forces car la propriété était presque en friche, ce qui veut dire que l’œuvre établie pour les femmes pauvres repose sur la souffrance et la croix. C'est ainsi que faisait la bonne sœur dans toutes ses conventions. Lorsque la pauvreté et la privation se faisaient sentir dans une oeuvre nouvelle, aussi avait-elle coutume de dire "Tout ira bien !". Pour Sainte Marie, également, tout a bien réussi, parce que les sœurs ont dû souffrir et se priver... » (texte complet à écouter)


2016-09-15 Bénédiction 1ère Pierre Ste Marie... par Chr-Sa-64

Difficile de tout mettre dans le tube...

 

Tout ceci en présence de trois résidents, dont une centenaire qui n'a pas tari d'éloges sur M. Duboé.

Être maire demande parfois de savoir tout faire, ce qui contribue à l'ambiance joyeuse...

Après la bénédiction de cette première pierre, des mercis, la joie qui éclate et des visages qui s'illuminent à l'arrivée des colombes. Les volontaires ne manquent pas, à commencer par les deux "résidents témoins", M. le curé, la provinciale et d'autres personnalités...

 

 

Cette colombe serait-elle comme les résidents qui n'ont pas envie de partir, parce qu'ils sont heureux dans cette maison, grâce au charisme des Filles de la Croix que perpétuent tout le personnel et l'association Saint Joseph qui gère ces établissements.

Le critère de base de tous ces établissements de la Congrégation :

« Des résidents heureux

et un personnel heureux »

C'est ce que les différents intervenants ont exprimé :

Projet associatif : « ... Les fondateurs, désireux de transmettre la foi, ont su reconnaître en toute personne l’image de Dieu. C’est dans cet esprit que les Sœurs accomplissent leur mission spécialement auprès des personnes âgées suivant le « Texte de Référence » de la Congrégation [...]
La mission de l’association est de gérer au mieux les moyens existants et de se doter, si nécessaire, de nouveaux moyens pour l’accueil des personnes âgées quelles que soient leurs origines, leurs croyances ou leurs degrés de dépendance, pour leur accompagnement, pour la réponse à leurs besoins et également pour l’accueil et le soutien de leurs familles.
Dans cette optique, le personnel salarié, composante essentielle de nos projets doit être managé et leur travail évalué avec le souci de l’équité, du respect, de la reconnaissance et de l’épanouissement de leur personne. Cette pratique doit se faire en référence à la doctrine sociale de l’Église... » (texte complet)

Les projets de la future résidence avaient été évoqués par M. Alain Guinaudeau dans son mot d'accueil :

« ... La construction dont nous célébrons le démarrage aujourd'hui permettra d'accueillir 115 personnes dépendantes, dont 18 dans une unité de vie protégée, dite "Alzheimer". Ce dimensionnement nous permettra de recevoir en plus des résidents actuels, la majorité des personnes aujourd'hui accueillies dans la Maison Saint Joseph Pau (anciennement Welcome), sachant que les autres (15) doivent s'installer dans la Maison Nouste-Soureilh en cours de construction.
De plus nous mettrons à disposition de personnes autonomes une dizaine d'appartements, dans le cadre d'une résidence autonomie Saint André.
Enfin nous espérons pouvoir également accueillir des personnes pour la journée (accueil de jour).
Nous avons voulu que cette « maison du futur » soit ouverte aux technologies naissantes pour offrir à ses résidents les nouvelles fonctionnalités disponibles, mais aussi permettre à tout le personnel salarié de bénéficier des moyens modernes pour améliorer qualité et efficacité du service... »

(Texte complet : de la fondation au XIXe siècle au projet en construction)

A été aussi signalé l'importance de pouvoir accueillir des personnes aux revenus modestes grâce à un loyer le plus bas possible et grâce à des aides précieuses, ces établissements de la Congrégation étant à but non lucratif.

Alors rendez-vous dans deux ans pour l'inauguration, et encore merci à tous ceux qui sont venus, car la reconnaissance des valeurs qui sont vécues ici est aussi un précieux soutien.