SteFamille-600x200
  • Un petit groupe de jeunes de CM2 de l'école Sainte Ursule ont réfléchi sur la Paix
    et sont ensuite allés au camp de Gürs.

Rien de tel que le froid pour essayer de comprendre ce que la vie a pu être dans ce camp et tous les morts de 1941 à 1943.

Un film explique les trois périodes du camp de Gürs. De nombreux dessins et photos de l'époque l'illustrent, des écrits l'alimentent, car la culture, avec la religion, étaient des moyens de tenir bon.
Période espagnole (1939-1940)
Période des "indésirables" (été 1940)
Période juive (1940-1944)

La solidarité a été aussi une aide précieuse.

« Beaucoup d'internés considèrent que le dévouement de ces Justes a constitué une de leurs rares raisons de garder leur foi en l'homme et en Dieu »

A l'entrée de la forêt qui a été plantée pour faire oublier le camp, l'îlot de représailles. et au milieu de la forêt, une allée de 2 km de long, la longueur du camp. Les 13 îlots d'habitation comprenaient 25 baraques en bois, chacune pouvait contenir 60 personnes.

Le collège de Gélos en a construit une sur le modèle de l'époque.

Les toilettes... sans intimité, car le bois a servi à se chauffer lors des terribles hivers.

Sur le parcours, des panneaux avec des explications et des questions d'enfants
et surtout avec des planches qui n'existaient pas avant et ont remplacé la boue de cet ancien marécage.

Extrait de l'histoire du camp par l'amicale du camp : « Le règne de la boue est total au camp de Gurs. Il rend redoutable tout sortie à l'extérieur des baraques et imprègne toutes les activités à l'intérieur des chambrées. La saleté est présente partout: sur le plancher humide, dans la paille des lits, à l'intérieur des habits, dans les valises, au milieu des ustensiles de cuisine, etc.  

Quels que soient les efforts des internés pour lutter contre elle, quelle que soit la discipline imposée par les chefs de baraque, rien n'a pu empêcher la boue d'imprégner tous les actes de la vie quotidienne. Sa présence obsédante est vécue comme une véritable torture. Elle est à l'origine de l'abattement et de la démoralisation des internés. »

Une petite course pour se réchauffer fait du bien !

 

Un rejeton de l'arbre de la Paix de Guernica (seul arbre qui avait résisté).

Le cimetière, un moment fort avec plus de 1000 tombes, dont plusieurs de bébés.
Mais il ne faut pas oublier tous ces juifs (plus de 4000) qui ont été envoyés
vers les camps d'extermination de Drancy et Auschwitz,
une valise et des rails rappellent ces départs à partir de la gare d'Oloron.

En 2000, des jeunes allemands, français et israéliens se sont retrouvés pour nettoyer les tombes
lors d'un rassemblement international, l'arbre qu'ils ont planté en est le témoin.

C'est avec la prière de Saint François que la visite s'achève.

Pour en savoir plus, voir la 3ème partie avec les conférences de l'Avent dans la paroisse, sur le thème de la Paix à partir du camp de GÛrs,
ou voir le reportage de l'année dernière qui contient des photos et des dessins de l'époque du camp.

  • L'Avent, période aussi de concerts.

Concert de louanges avec le groupe Exo :

Chris et Laura Christensen sont fondateurs du groupe de musique Exo qui a inondé le monde francophone d’une vague de louange joyeuse et d’adoration profonde par leurs chants et leurs concerts. Ils sont pionniers dans le développement de la louange pour l’Église et sont devenus un modèle et une inspiration pour beaucoup.

Cliquer sur leur photo pour accéder à leur site officiel.

Il y avait beaucoup d'évènements ce soir-là, mais ceux qui étaient présents en l'église Saint Jacques ont apprécié ce temps de partage, de louange, de prière.

Petit extrait

Stabat Mater :

C’est à un concert exceptionnel que nous a convié Foi et culture le 1er décembre. A été en effet donné en première paloise le STABAT MATER composé par LUIGI BOCCHERINI (1743-1805), dans sa version originale pour soprano solo et quintette à cordes de 1781.

Les 6 artistes sont palois :
Marie-Aimée Etchegorry, soprano
Gilles Rupert et Jean-Noël Berra, violons
Marie-José Zawartka Vera, Alto
Julianne Trémoulet et Pierre-Yves Ardoy, violoncelles.

Et deux fantaisies de Mozart pour orgue mécanique.

En l'église Notre Dame du Bout du Pont

 Petit extrait

Le chœur d'hommes Alexandre Nevsky de Saint Pétersbourg

en l'église Saint Jacques.

Le Chœur d'Hommes Alexandre Nevsky de Saint-Petersbourg (anciennement Le Chœur du Monastère de la Trinite Saint-Alexandre Nevsky de Saint-Petersbourg) a été fondé en 1996 lors de la restauration de la vie monastique dans l'enceinte de ce monastère fondé par Pierre Le Grand durant les premières années de la construction de Saint-Pétersbourg.
L'ensemble est constitué en majeure partie de chanteurs professionnels et également d'étudiants en technique vocale et en direction chorale du Conservatoire d'Etat Rimsky-Korsakoff de Saint-Pétersbourg. Le haut niveau de leur formation musicale leur permet l'exécution d'un répertoire très varié.
Ce répertoire est constitué de pièces religieuses de la tradition monastique et d'œuvres sacrées de compositeurs russes : Degtiarev, Kalinnikov, Tchesnokov, Tchaikovsky, Bortniansky, Arkhanguelsky, Rimsky-Korsakoff...

Extrait : 3 chants pour Noël