SteFamille-600x200
PAROISSE SAINTE FAMILLE de PAU


Chers amis,

"Mon calendrier de l'Avent spirituel" a pris fin hier mais la retraite continue dans l'application youPRAY !
Dans l'application youPRAY (à télécharger sur le Play Store ou l'AppStore de votre smartphone), vous pourrez retrouver chaque jour :

L'Evangile du jour lu suivi du commentaire audio d'Olivier Belleil et d'un chant

  • La playlist de louange du jour
  • La dizaine de chapelet méditée par un saint
  • La retraite complète du père Jacques Philippe pour accueillir la paix
  • Des vies de saints pour enfants

...et vous pourrez également découvrir de nombreux contenus pour nourrir votre vie spirituelle au quotidien !ne lecture suivie de la Bible, un chapitre par jour (version audio et texte)

  • Des programmes pour les couples et les familles (bénédicités, Vitamines Couple, histoires pour enfants...)

  • Des playlists à thème et des albums d'exception

  • Des enseignements de grands témoins (Nicolas Buttet, Jean Vanier...)

  • Des chapelets audios complets médités par des saints
  • Des retraites de 9 jours pour approfondir de grands thèmes de la vie spirituelle
  • Des méditations de saints pour prier en toutes circonstances
  • ...et bien d'autres surprises !

Mercredi 25 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 1, 1-18)

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.
Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.

Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.

Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. » Tous, nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.
Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.

Pour ma journée

Le verset à méditer : « Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. » (Jn 1, 14)
L'attitude spirituelle à cultiver : l'émerveillement et la reconnaissance pour le dessein d'amour de Dieu pour moi

Mardi 24 d&cembre

La louange du jour avec un chant de l'Emmanuel

(qui suit "Douce Nuit" et "Il est né le Divin Enfant")

(Les écouter en cliquant sur l'image)

Notre Dieu s'est fait homme

1- Notre Dieu s’est fait homme pour que l’homme soit Dieu
Mystère inépuisable, fontaine du Salut
Quand Dieu dresse la table, Il convie Ses amis
Pour que Sa vie divine soit aussi notre vie.

2- Le Seigneur nous convoque par le feu de l’Esprit
Au banquet de Ses noces célébrées dans la joie
Nous sommes Son Église, l’Épouse qu’Il choisit
Pour vivre Son alliance et partager Sa vie.

3- Merveille des merveilles, miracle de ce jour
Pour nous Dieu s’abandonne en cette Eucharistie
Chassons toute indolence, le Christ est parmi nous
Accueillons Sa présence et offrons-nous à Lui.

4- II frappe à notre porte le Seigneur Tout-Puissant
II attend humble et pauvre, mendiant de notre amour
Dénué d’arrogance, sous l’aspect de ce pain
II se donne en offrande pour demeurer en nous.

5- Que nos cœurs reconnaissent en ce pain et ce vin
L’Unique nécessaire qui surpasse tout bien
Ce que nos yeux contemplent, sans beauté ni éclat
C’est l’Amour qui s’abaisse et nous élève à Lui.

Lundi 23 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 1, 57-66)

Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils. Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle. Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. » On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! » On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler. Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné.

À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu. La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements. Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui.

Pour ma journée

Le verset à méditer : « À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu. » (Lc 1, 64)
L'exercice spirituel : pratiquer la joie en trouvant des petites occasions pour bénir Dieu au cours de ma journée.

Dimanche 22 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 1, 18-24)

Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».
Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.

Pour ma journée

Le verset à méditer : « Elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » (Mt 1, 21)
La résolution du jour : Aujourd'hui, je me répéterai plusieurs fois dans la journée : Jésus, Tu es mon sauveur.

Samedi 21 décembre

Vie de sainte Joséphine Bakhita

Bakhita, née vers 1869 au Darfour, a été arrachée à sa famille à l'âge de sept ans par des esclavagistes. Des années durant, elle connut la violence, l'exploitation, l'exil... Un parcours dont Dieu n'a jamais été absent, malgré les apparences, et qui l'a conduite à rencontrer Son Amour.

« Je n'ai jamais détesté personne. Qui sait, peut-être qu'ils ne se rendaient pas compte du mal qu'ils faisaient »

Une vie de saint inspirante pour enfants (et plus !)

Cliquez sur l'image :

Vendredi 20 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 1, 26-38)

Au sixième mois d’Élisabeth, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.

Pour ma journée

Le verset à méditer : « Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. » (Lc 1, 31)
La grâce à demander : pendant ce temps de Noël qui vient, faire une rencontre personnelle avec Jésus enfant

Jeudi 19 décembre

Prier le chapelet

Le mystère du jour : L'amour entre Joseph et Marie - Saint Paul VI
« Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint » (Mt 1,20)
Un fruit du Mystère : un amour renouvelé pour son conjoint
Une grâce à demander : apprendre à aimer
Intention de prière : pour les couples en difficulté.

Je ne regarde ni au loin ni près de moi
Mes yeux ne voient que l'Amour
Quand je contemple Celui que mon cœur aime
Tout en moi n'est plus qu'amour
Tout en moi n'est plus qu'amour

Dans la nuit, j'ai cherché Celui que mon cœur aime
Dans mon cœur, c'est certain, Il a fait Son domaine
Ma vie Lui appartient au milieu de mes peines
Tout près de moi Il aime
Jésus, Celui qui m'aime

Mercredi 18 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 1, 18-24)

Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».
Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.

Pour ma journée

Le verset à méditer : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint. » (Mt 1, 20)
La grâce à demander : "Prendre Joseph chez soi" et devenir son ami.

Mardi 17 décembre

La Louange du jour

De Noël viendra un enfant

1- Il est un Dieu qui voudrait un enfant
Il est une mère qui attend humblement
Et si du ciel descendait un Ange, pour annoncer :
Que d’une mère naîtrait cet enfant
Que de Dieu il viendrait pour les vivants
Et que l’Esprit, en lui régnerait, en annonçant

De Noël viendra un enfant
De Noël le monde attend
De Noël viendra un enfant
De Noël le monde attend

2- Il est un Dieu qui pour nous se donna
Il est un enfant qui sur Terre règnera
Et dans une crèche, le mystère est né pour révéler
Que dans le Père, nos vies seront ancrées
Que le Fils prendrait sur lui nos péchés
C’est le mystère que l’ange a porté en révélant

Si un enfant était choisi pour la Terre
Si cet enfant venait vivre pour toi
Si un enfant venait de Dieu pour la terre
Son nom serait : Emmanuel ! (x 3)

Lundi 16 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 21, 23-27)

En ce temps-là, Jésus était entré dans le Temple, et, pendant qu’il enseignait, les grands prêtres et les anciens du peuple s’approchèrent de lui et demandèrent : « Par quelle autorité fais-tu cela, et qui t’a donné cette autorité ? » Jésus leur répliqua : « À mon tour, je vais vous poser une question, une seule ; et si vous me répondez, je vous dirai, moi aussi, par quelle autorité je fais cela : Le baptême de Jean, d’où venait-il ? du ciel ou des hommes ? » Ils faisaient en eux-mêmes ce raisonnement : « Si nous disons : “Du ciel”, il va nous dire : “Pourquoi donc n’avez-vous pas cru à sa parole ?” Si nous disons : “Des hommes”, nous devons redouter la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète. » Ils répondirent donc à Jésus : « Nous ne savons pas ! » Il leur dit à son tour : « Moi, je ne vous dis pas non plus par quelle autorité je fais cela. »

Pour ma journée

Le verset à méditer : Les grands prêtres lui demandèrent : « Par quelle autorité fais-tu cela, et qui t’a donné cette autorité ? » (Mt 21, 23)
La grâce à demander : L'audace de témoigner

Dimanche 15 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 11, 2-11)

En ce temps-là, Jean le Baptiste entendit parler, dans sa prison, des œuvres réalisées par le Christ. Il lui envoya ses disciples et, par eux, lui demanda : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » Jésus leur répondit : « Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et voyez : Les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle. Heureux celui pour qui je ne suis pas une occasion de chute ! »

Tandis que les envoyés de Jean s’en allaient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu’êtes-vous allés regarder au désert ? un roseau agité par le vent ? Alors, qu’êtes-vous donc allés voir ? un homme habillé de façon raffinée ? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois. Alors, qu’êtes-vous allés voir ? un prophète ? Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète. C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer le chemin devant toi. Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui. »

Pour ma journée

Le verset à méditer : l'épreuve de la foi traversée par Jean le Baptiste : « Es-Tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » (Mt 11, 3)
La grâce à demander : la foi quand nous sommes plongés dans l'épreuve et que les doutes nous assaillent

Samedi 14 décembre

Méditation du père Jacques Philippe

Le Seigneur nous appelle à être en paix et à transmettre cette paix autour de nous ; c’est ainsi que nous serons vraiment Fils de Dieu. Cette paix qui doit habiter notre cœur, elle est surtout un don de Dieu. Bien sûr une part d’effort est nécessaire de notre part, il y a un travail à accomplir, c’est ce que nous verrons dans les jours suivants. Mais elle est surtout un don à accueillir, une grâce à demander et à recevoir. Seul Dieu peut véritablement nous communiquer la paix, nos efforts humains sont insuffisants.

Il est bon de méditer les textes de l’Écriture qui nous parlent de la paix comme d’un don de Dieu. Les passages les plus significatifs se trouvent dans l’évangile de saint Jean, dans le discours du Seigneur après la Cène.
Après avoir lavé les pieds de ses disciples, Jésus va leur parler longuement en ce dernier repas qu’il partage avec eux. Il va leur livrer en quelque sorte son testament spirituel, avant d’entrer dans sa Passion.

Au début du chapitre 14, on trouve ces mots : « Que votre cœur ne se trouble pas ! Vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi ! » Les disciples sont agités et inquiets à cause de tout ce qui se passe à Jérusalem, de l’hostilité contre Jésus qui devient de plus en plus forte. La première chose que Jésus leur demande donc c’est de se calmer, de ne pas se laisser bouleverser, de se mettre dans une attitude de foi. Et si Jésus leur demande cela, c’est pour qu’ils puissent ensuite écouter tout ce qu’il aura d’important à leur dire. Un cœur qui est agité est souvent incapable d’entendre la parole de Dieu, alors que dans un cœur paisible elle peut pénétrer en profondeur.
Un peu plus loin Jésus va parler de la venue du Saint-Esprit. Puis on trouve cette magnifique promesse : « Je vous laisse ma paix, c’est ma paix que je vous donne, je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Que votre cœur ne se trouble ni ne s’effraie. » (Jn 14, 27) Jésus va bientôt quitter ses disciples, mais il leur promet la grâce du Saint-Esprit, et il leur laisse ce don si précieux de la paix.

La paix promise par Jésus n’est pas celle du monde. Elle n’est pas la tranquillité de celui pour qui tout va bien, dont les problèmes sont résolus et les désirs satisfaits, ce qui serait une paix somme toute assez rare. La paix que Jésus nous promet, c’est une paix qui peut être reçue et expérimentée même dans les situations difficiles et incertaines, car elle a sa source et son fondement en Dieu.

Et à la conclusion de son long discours, à la fin du chapitre 16, juste avant la prière sacerdotale du chapitre 17 où Jésus cesse de parler aux disciples pour s’adresser au Père, les derniers mots de Jésus évoquent encore ce thème de la paix : « Je vous ai dit toutes ces choses pour que vous ayez la paix en moi. Dans le monde, vous aurez à souffrir, mais gardez courage. J’ai vaincu le monde. » (Jn 16, 33) Comme si le but ultime de toutes les paroles que Jésus a adressé à ses disciples, c’est de les établir dans la paix.
Ils doivent trouver la paix dans la certitude de la victoire du Christ sur toutes les forces du mal qui agitent le monde. « Gardez courage, j’ai vaincu le monde. » Jésus nous montre en même temps quel est le secret de la paix, la source véritable de la paix. Notre paix est la paix de Jésus. C’est l’union avec Jésus, l’écoute de sa parole, la foi, la confiance, la prière et l’amour qui nous permettent d’accueillir en nos cœurs la paix de Dieu.

Grâce à demande
Je comprends mieux que la véritable paix trouve sa source en Jésus. Je demande la grâce de vivre plus en union avec lui, de passer moins de temps à ruminer ce qui m’inquiète et me trouble et plus de temps à penser à Jésus, à accueillir ses paroles, à le prier.

Vendredi 13 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 11, 16-19)

En ce temps-là, Jésus déclarait aux foules : « À qui vais-je comparer cette génération ? Elle ressemble à des gamins assis sur les places, qui en interpellent d’autres en disant : “Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous avons chanté des lamentations, et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine.” Jean est venu, en effet ; il ne mange pas, il ne boit pas, et l’on dit : “C’est un possédé !” Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et l’on dit : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” Mais la sagesse de Dieu a été reconnue juste à travers ce qu’elle fait. »

Pour ma journée :

Le verset à méditer : « Jean Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas, il ne boit pas, et l’on dit : “C’est un possédé !” Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et l’on dit : “Voilà un glouton et un ivrogne [...]” Mais la sagesse de Dieu a été reconnue juste à travers ce qu’elle fait. » (Mt 11, 18)
La grâce à demander : la sagesse de Dieu, qui me permet de reconnaître, accueillir et rendre grâce pour la "saison" de ma vie que je traverse.

Jeudi 12 décembre

Prier le chapelet

Le mystère du jour : La naissance de Jésus - Saints Louis et Zélie Martin
« Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. »
Un fruit du Mystère : action de grâce et reconnaissance pour le don de la vie
Une grâce à demander : la Grâce de la paternité et de la maternité
Intention de prière : l’art de bien éduquer ses enfants et la fécondité pour les couples stériles.

Mercredi 11 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 11, 28-30)

En ce temps-là, Jésus prit la parole : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

Pour ma journée

Le verset à méditer : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. » (Mt 11, 28)
La grâce à demander : comme Jésus, devenir doux et humble de cœur

Mardi 10 décembre

Louanges pour aujourd'hui :

Hosanna

1- Un chant s’élève, les yeux se tournent vers Toi, se tournent vers Toi
L’espoir renaît, les cœurs soupirent après Toi, oui, après Toi
En Te voyant, nous retrouvons la force de vivre
Quand nous sommes en Ta présence, nos craintes fuient
Elles s’enfuient.

Hosanna, hosanna ! Tu es le Roi, le Sauveur,
À Toi la gloire et l’honneur Hosanna, hosanna !
Nous T’accueillons parmi nous, sois le bienvenu, ô Jésus.

2- Entends le son des cœurs qui reviennent à Toi, reviennent à Toi
Dans Ton royaume, les vies brisées sont restaurées, sont restaurées
En Te voyant, nous retrouvons la force de vivre
Quand nous sommes en Ta présence, nos craintes fuient
Elles s’enfuient.

C'est par Ta grâce

1- Tout mon être cherche d'où viendra le secours,
Mon secours est en Dieu qui a créé les cieux.
De toute détresse Il vient me libérer,
Lui le Dieu fidèle de toute éternité

C'est par Ta grâce que je peux m'approcher de Toi,
C'est par Ta grâce que je suis racheté,
Tu fais de moi une nouvelle création,
De la mort, Tu m'as sauvé par Ta résurrection.

2- Tu connais mes craintes, Tu connais mes pensées,
Avant que je naisse, Tu m'avais appelé.
Toujours Tu pardonnes d'un amour infini,
Ta miséricorde est un chemin de vie.

Relever le faible

1- Au-delà des océans, Tu es venu me chercher,
Au-delà de mes tourments, Ton amour a triomphé.
Montre-moi la splendeur et la beauté qu’il y a
A T’obéir de tout cœur, à se confier à Ta voix.

Tu viens relever le faible, Tu le prends dans tes bras,
Tu le conduis vers ton Père qui le console ici-bas.

Entends le cri de ma prière, sois mon secours et ma joie,
Passé de l’ombre à Ta lumière, j’ai mis mon espoir en Toi.

2- Puisque ma vie passera, en Toi je veux demeurer,
Puisque Tu triompheras, mon cœur en Toi veut s’ancrer
Montre-moi la splendeur et la beauté qu’il y a
A T’obéir de tout cœur, à se confier à Ta voix.

Lundi 9 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 1, 26-38)

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.

Pour ma journée

Le verset à méditer : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » (Lc 1, 38)
La grâce à demander : dire oui à Dieu, oui aux circonstances, oui aux imprévus, oui à tout ce qu'Il prépare pour moi aujourd'hui

Dimanche 8 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 3, 1-12)

En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. » Jean est celui que désignait la parole prononcée par le prophète Isaïe : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.

Lui, Jean, portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il avait pour nourriture des sauterelles et du miel sauvage. Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés. Voyant beaucoup de pharisiens et de sadducéens se présenter à son baptême, il leur dit : « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? Produisez donc un fruit digne de la conversion. N’allez pas dire en vous-mêmes : “Nous avons Abraham pour père” ; car, je vous le dis : des pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu.

Moi, je vous baptise dans l’eau, en vue de la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Il tient dans sa main la pelle à vanner, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera son grain dans le grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. »

Pour ma journée

Le verset à méditer : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. » (Mt 3, 2)
La grâce à demander : comme Jean le Baptiste, être saisi par l'urgence des temps, l'urgence de ma propre conversion et l'urgence de l'évangélisation

Samedi 7 décembre

Méditation du père Jacques Philippe

La grâce que nous allons demander pendant cette retraite, c’est de recevoir la paix de Dieu dans notre cœur, de manière plus profonde, plus abondante, et d’être capable de transmettre cette paix autour de nous. C’est la septième des Béatitudes dans l’évangile de Matthieu : « Heureux les artisans de Paix car ils seront appelés Fils de Dieu. »
Il est clair que nous ne pouvons transmettre la paix que si elle demeure en nous. Dans la lettre aux Colossiens, Paul s’exprime ainsi : « Que la paix du Christ règne dans vos cœurs : tel est bien le terme de l’appel qui vous a rassemblés en un même Corps. » (Col 3, 15) Selon Paul, c’est donc un véritable appel que Dieu nous adresse à accueillir sa paix. Être en paix est un élément essentiel de la vocation chrétienne.

Cet appel est spécialement fort aujourd’hui, dans un monde marqué par tant de peurs, d’agitation, d’inquiétudes. Il y a une véritable urgence spirituelle à accueillir et à transmettre la paix de Dieu. Le premier devoir d’un chrétien, ce n’est pas d’être parfait, ni de résoudre tous les problèmes, ni de tout réussir, c’est d’être en paix.

Je rejoins tout à fait Etty Hillesum, cette jeune femme juive qui vivait à Amsterdam pendant la seconde guerre mondiale et qui a vécu une belle rencontre avec Dieu. En 1942, alors que la persécution nazie sévissait à Amsterdam, voici comment elle s’exprime dans son journal : « Notre unique obligation morale, c’est de défricher en nous-mêmes de vastes clairières de paix et de les étendre de proche en proche, jusqu’à ce que cette paix irradie vers les autres. Et plus il y a de paix dans les êtres, plus il y en aura aussi dans ce monde en ébullition. »

Plus le monde est en crise, plus il est important que notre cœur soit en paix. Dans le livre d’Isaïe, à un moment où Jérusalem est menacée par des ennemis, le peuple s’inquiète et s’agite pour trouver des solutions politiques, et voici les paroles que lui adresse le prophète : « Le Seigneur, le Dieu saint d’Israël, avait parlé ainsi : Par la conversion et le calme, vous serez sauvés ; dans la tranquillité, dans la confiance sera votre force ; mais vous n’avez pas accepté ! » (Is 30, 15)
Si notre cœur est habité par la paix et la confiance, nous nous appuierons sur le Seigneur, et nous pourrons trouver de bonnes réponses à nos difficultés. Nous trouverons des réponses constructives, des décisions guidées par l’amour aux questions auxquelles nous sommes confrontés.

Par contre si nous laissons l’agitation et la peur envahir notre cœur, il y a un grand risque que nous réagissions mal aux événements auxquels nous faisons face : par la fermeture, la fuite, l’agressivité, la violence, ou encore des décisions précipitées qui ne résoudront rien, et parfois même augmenteront le mal au lieu de le diminuer.

Grâce à demander

Je me pose cette question : qu’est-ce que je diffuse autour de moi ? La paix, la confiance ? Ou bien l’agitation et l’inquiétude ? Je demande à Dieu la grâce que sa paix demeure en moi, et que je devienne un véritable artisan de paix.

Vendredi 6 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 9, 27-31)

En ce temps-là, Jésus était en route ; deux aveugles le suivirent, en criant : « Prends pitié de nous, fils de David ! »
Quand il fut entré dans la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Jésus leur dit : « Croyez-vous que je peux faire cela ? » Ils lui répondirent : « Oui, Seigneur. » Alors il leur toucha les yeux, en disant : « Que tout se passe pour vous selon votre foi ! »
Leurs yeux s’ouvrirent, et Jésus leur dit avec fermeté : « Attention ! que personne ne le sache ! » Mais, une fois sortis, ils parlèrent de lui dans toute la région.

Pour ma journée

Le verset à méditer : j'accueille cette question de Jésus aux deux aveugles comme si elle m'était adressée : « Croyez-vous que je peux faire cela ? » (Mt 9, 26)
La grâce à demander : transformer mes prières de demande en acte de foi

Jeudi 5 décembre

Alexia Gonzalez-Barros : laïque espagnole

Née le 7 mars 1971 à Madrid et morte le 5 décembre 1985 à Pampelune.
Issue d'une famille de l'Opus Dei, souffrant dès l'âge de 4 ans, elle supporte sa maladie avec un courage exemplaire, et meurt à 14 ans d'une tumeur cancéreuse.

Prier le chapelet (une dizaine) :

Le mystère du jour : L'Annonciation
« Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole »
Un fruit du Mystère : La docilité à la volonté de Dieu
Une grâce à demander : La découverte de son appel propre
Intention de prière : Pour tous ceux qui ont du mal à répondre à leur vocation

Mercredi 4 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 15, 29-37)

En ce temps-là, Jésus arriva près de la mer de Galilée. Il gravit la montagne et là, il s’assit. De grandes foules s’approchèrent de lui, avec des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets, et beaucoup d’autres encore ; on les déposa à ses pieds et il les guérit. Alors la foule était dans l’admiration en voyant des muets qui parlaient, des estropiés rétablis, des boiteux qui marchaient, des aveugles qui voyaient ; et ils rendirent gloire au Dieu d’Israël. Jésus appela ses disciples et leur dit : « Je suis saisi de compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, ils pourraient défaillir en chemin. » Les disciples lui disent : « Où trouverons-nous dans un désert assez de pain pour rassasier une telle foule ? » Jésus leur demanda : « Combien de pains avez-vous ? » Ils dirent : « Sept, et quelques petits poissons. » Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Il prit les sept pains et les poissons ; rendant grâce, il les rompit, et il les donnait aux disciples, et les disciples aux foules. Tous mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles pleines.

Pour ma journée

Le verset du jour : « Je suis saisi de compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. » (Lc 15, 32)
La grâce à demander : une compassion nouvelle pour tous ceux que je fréquente.

Mardi 3 décembre

Louanges pour aujourd’hui :

Louez

Louez le Dieu de Gloire
Louez le Roi des Rois
Louez, que le Fils de Dieu soit loué
Louez dans la victoire
Louez à pleine voix
Louez, que le Fils de Dieu soit loué

1- Célébrez sur les montagnes
Et chantez dans les vallées
Louez-le dans les campagnes
Exaltez son Saint nom
Jusqu’aux cieux

2- Proclamez dans sa présence
Ses faveurs et ses bontés
Annoncez avec les danses
Une année de grâce en notre Dieu

Jésus ! (Jésus !) Jésus ! Fils de Dieu ! (Fils de Dieu !)
Jésus ! (Jésus !)Jésus ! Roi des Cieux ! (Roi des Cieux !) (bis)

Je veux n'être qu'à Toi

1- Reçois de moi le parfum qui T'est dû
La beauté de Ton Nom en mon âme éperdue
Je veux n'être qu'à Toi, Jésus, je T'aime.
Reçois du peu que je trouve à donner
Tout l'amour que mes yeux n'ont pas su Te montrer
Je veux n'être qu'à Toi, Jésus, je T'aime.

Rien n'est plus beau que Ton Nom
Rien n'est plus Saint que le Sang du pardon
Je veux n'être qu'à Toi, Jésus mon Roi.

2- Je ne veux rien que vouloir Te louer
Adorer Ton saint Nom et Ta fidélité
Je veux n'être qu'à Toi, Jésus, je T'aime.
Je veux porter et laver à Ta Croix
Les pensées de mon cœur dans le cœur de Tes voies
Je veux n'être qu'à Toi, Jésus, je T'aime.

Rien n'est plus beau que Ton Nom
Rien n'est plus Saint que le Sang du pardon
Je veux n'être qu'à Toi (x3), Jésus mon Roi.

Lundi 2 décembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 8, 5-11)

En ce temps-là, comme Jésus était entré à Capharnaüm, un centurion s’approcha de lui et le supplia : « Seigneur, mon serviteur est couché, à la maison, paralysé, et il souffre terriblement. » Jésus lui dit : « Je vais aller moi-même le guérir. » Le centurion reprit : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. Moi-même qui suis soumis à une autorité, j’ai des soldats sous mes ordres ; à l’un, je dis : “Va”, et il va ; à un autre : “Viens”, et il vient, et à mon esclave : “Fais ceci”, et il le fait. » À ces mots, Jésus fut dans l’admiration et dit à ceux qui le suivaient : « Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi. Aussi je vous le dis : Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du royaume des Cieux. »

Pour ma journée
Le verset du jour : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. » (Mt 8, 8)
La grâce à demander : la foi en l'efficacité de la Parole de Dieu

Dimanche 1er décembre : 1er jour de l'Avent

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 24, 37-44)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme il en fut aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l’homme. En ces jours-là, avant le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis : telle sera aussi la venue du Fils de l’homme. Alors deux hommes seront aux champs : l’un sera pris, l’autre laissé. Deux femmes seront au moulin en train de moudre : l’une sera prise, l’autre laissée. Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »

Pour ma journée

Le verset du jour :
« Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. » Mt 24, 42
La grâce à demander : reconnaître les passages de Dieu dans ma vie