SteFamille-600x200
PAROISSE SAINTE FAMILLE de PAU

 

Textes ou vidéos :

- Le bonheur dans l'aventure : notre Vendée-Globe à nous
- Geneviève, danser la vie
- 4e Journée mondiale des pauvres : 3 témoignages
- Confinement et famille : comment en profiter pour resserrer les liens familiaux
- Trappes, chronique d'une paroisse au temps de la Covid 19
- Confinement : les paroissiens de Saint Ambroise se mobilisent pour les pauvres (vidéo)
- Et si Liberté rimait avec Fraternité et respect...
- Catéchèse sur la prière du pape François
- Choisis la vie par Timothy Radcliffe (vidéo)
- Des Béatitudes pour aujourd'hui

---------------------------------------------------------

♦ Le bonheur dans l'aventure : notre Vendée-Globe à nous !

Olivier Belleil (de YouPRAY) nous partage une petite parabole inspirée du tour du monde à la voile en solitaire qui a lieu actuellement, le Vendée-globe. Il nous rappelle qu'il n'y a pas d'un côté les aventuriers des mers à la vie trépidante, et de l'autre les confinés chez eux, condamnés à une vie banale et ordinaire, mais que notre vie spirituelle avec Jésus est une vraie aventure, où que nous soyons. Pour triompher des obstacles et embûches de cette aventure, il nous faut comme les marins être équipé convenablement et être bien coaché.

Environ 22 minutes, pour bien vivre notre aventure passionnante de la foi :

L'écouter

YouPRAY avait aussi proposé une autre réflexion sur :

Le bonheur dans les moments difficiles avec le Père Jacques Philippe

Geneviève, danser sa vie (4 minutes 22)

Geneviève, 92 ans, veuve, habite une petite ville du Maine et Loire. Dans une longue interview rythmée, elle nous décrit son passé et son quotidien avec sagesse, émotion et joie. Le film nous immerge dans le quotidien d’une téléspectatrice fidèle ne pouvant plus se déplacer et pour laquelle Le Jour du Seigneur, qui retransmet la messe dominicale, symbolise le dernier lien avec la spiritualité.
La messe à la télévision : « J'ai vraiment l'impression d'y être, je n'assiste pas, j'y participe... C'est vraiment un moment de paix et de joie parce qu'on est ensemble, loin mais très proche, je serai bien privée si je n'avais pas la messe le dimanche »

4e Journée mondiale des Pauvres

(Voir l'histoire de cette journée ci-dessous dans la partie "Messes et prières"
du 15 novembre, avec la messe à Rome)

Christian Delouche : « Il faut beaucoup d’amour à un SDF » (3 minutes)
15/11/2020 - A l’occasion de la Journée Mondiale des Pauvres, Christian Delouche, ancien sans-abri, Vice-président de l’association Lazare, nous livre son témoignage. Sorti de la rue grâce à l’association Lazare et marqué par sa rencontre avec le pape François, il nous invite à rentrer dans une logique d’amour particulièrement envers les plus pauvres.

Etienne Villemain : « Les pauvres nous ouvrent les portes du Ciel » (3 minutes)
15/11/2020 - A l’occasion de la Journée Mondiale des Pauvres, Etienne Villemain, fondateur de Lazare et du Village de François, témoigne de son service auprès des personnes les plus pauvres. Il explique combien la relation aux plus fragiles peut faire grandir en sainteté.

Maxence Leroy : (3 minutes)
15/11/2020 - A l’occasion de la Journée Mondiale des Pauvres, Maxence Leroy témoigne de sa vie fraternelle et solidaire en tant que colocataire à l’Association Pour l’Amitié (APA)

♦ Comment retrouver l'espérance ? ( Émission : Le Jour du Seigneur)

- Par les temps qui courent, l’espérance ne va pas de soi !
C’est pourquoi, toute l’équipe du Jour du Seigneur se mobilise pour vous en apporter un brin ce dimanche 15 novembre en la personne de Frédéric Boyer, l’invité de David Milliat.
Avec toutes les femmes et hommes de bonne volonté, laissons fleurir « cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout. Cette petite fille espérance, immortelle » décrite par Charles Péguy.

Comment retrouver l'espérance ?
Vidéo disponible jusqu'au au 15/12/2020 : cliquer sur la photo

- Dans Parole inattendue après la messe, à 10h50, Hugues Aufray nous confie sa recette « j’essaie de maintenir ma foi partout, tout le temps, et de voir dans chaque Homme l’image de Dieu ». 

« Parabole des talents. "Qu'as-tu fait de ton talent ?" demande le maître à son serviteur, il lui avait donné un talent, il lui en a rendu un... Je me suis rendu compte que si j'avais un talent quelconque, il fallait que je rende quelque chose. Je ne pouvais pas me contenter d'écrire des chansons, il fallait que ce soit quelque chose qui aille plus loin. Donc il fallait que j'écrive des choses plus utiles qui permettaient à des enfants de se construire, à des adultes de voir autrement. Je me suis prouvé que le "venin" va dire autre chose que ce que je ressentais, c'est-à-dire les choses qui ressemblaient un petit peu à ce que j'avais appris à travers la Parole du Christ. Je suis chrétien, c'est ce que je dis toujours, mais avec les années, évidemment les études, j'ai fait de la philo, et par la suite avec les horreurs de la guerre - les dérives politiques épouvantables, les mensonges historiques - j'ai changé un petit peu ma façon de voir les choses, j'avais gardé ma croyance mais je ne pratiquais plus. Je suis toujours brûlant de ferveur, mais pas vraiment pratiquant, il ne faut pas m'en vouloir. J'essaie de maintenir ma foi partout, tout le temps et de voir dans chaque homme l'image de Dieu. »

♦ Confinement et famille :

comment en profiter pour resserrer les liens familiaux ? (5 min)

École, travail, maison : c’est la nouvelle routine. Plus d’activités extrascolaires pour les enfants ou de cours de sport pour les parents. Alors comment occuper les soirs et les week-ends en famille ? En quoi ce confinement peut-il être l’occasion de se redécouvrir, de mieux s’écouter et de s’ouvrir aux réalités de chacun ? Comment gérer le rapport aux écrans et créer des occasions d’être ensemble ? Rencontre dans une famille qui réinvente son week-end et points de repères dans Vies de famille.

(pour l'une des familles : 9 personnes pour moins de 90 m2)

♦ Trappes, chronique d’une paroisse au temps de la Covid 19 (52 min)

A Trappes, une des communes les plus pauvres des Yvelines, la paroisse Saint-Georges rayonne par sa vitalité. La diversité est une «aventure de tous les dimanches». On recense plus de 45 nationalités (Portugal, Cap-Vert, Sénégal, Inde, Sri Lanka,...) qui viennent à l’église. Le Père Étienne Guillet, la quarantaine, est curé de la paroisse depuis septembre 2015. Il est épaulé par un jeune vicaire de 30 ans, le Père Olivier Rousseau. Pendant le confinement, ils font preuve de créativité pour garder un lien fort avec les paroissiens : le porte à porte quotidien, l’Évangile du jour dans un groupe WhatsApp pour ceux qui sont connectés, les bouquets de muguet qui ont mobilisées les plus jeunes et les moins jeunes,....mais aussi le panier du Ramadan offert à la communauté musulmane, largement majoritaire dans la ville. Aujourd’hui, le presbytère a retrouvé son fourmillement habituel. Toute l’équipe paroissiale ainsi que les plus jeunes sont heureux de se retrouver dans cette grande famille qui est l’église de Trappes. Même avec la distanciation obligatoire, la joie des retrouvailles se lit sur les visages. Trappes, Chronique d’une paroisse au temps de la Covid 19 - Les Films du Large 2020 - Réalisée par Aubin Hellot et Lizette Lemoine.

 

Extrait de ce film aux forts témoignages :
Une infirmière de réanimation : ce qui m'a fait tenir (entre autres), c'est la prière et le message de chaque matin par WhatsApp, toutes religions confondues et avant de partir au travail : « On prie pour vous »

♦ Confinement : les paroissiens de Saint-Ambroise

se mobilisent pour les plus pauvres (7 min)

Située au cœur de Paris, l'église Saint-Ambroise se mobilise pour aider les plus pauvres. Suite à l'appel du curé, de nombreux paroissiens se sont engagés à prendre du temps pour aider les personnes du quartier dans le besoin. Entre télétravail et café partagé, le confinement devient l'occasion d'une ouverture aux autres et d'un vrai partage. Reportage.

Extrait : Le curé de la paroisse avait fait un appel à des bénévoles : « On a eu un tsunami de réponses et je suis étonné de la beauté de ces réponses qui viennent de gens très différents, des vieux, des jeunes, c'est beau aussi de voir des pauvres aider des pauvres ou des très riches se mettre discrètement dans la foule de ceux qui servent... C'est une très belle réponse, les chrétiens se sont dits "On n'a plus la messe alors comment honorer le Corps du Christ ?" Et je vois qu'ils ont réagi en disant "on va servir le Corps du Christ dans les pauvres"... Pour moi, c'est une réponse au confinement car ça crée des liens au moment où on nous met des barrières, ça crée de la communion au moment où on nous isole, ça met des gens au service de leurs frères au moment où, par la force des choses, soit par l'angoisse, soit par les raisons sanitaires, les gens se repliaient sur eux-mêmes »

Et si Liberté rimait avec Fraternité et Respect...

Communiqué de la Conférence des Évêques de France (CEF)

Paris, le 7 novembre 2020

Après les attentats
« Pas de vraie liberté sans respect et sans fraternité »

Profondément meurtris par les attentats islamistes et plus particulièrement par celui d’un enseignant à Conflans-Sainte-Honorine puis de trois catholiques dans une église de Nice, les évêques de France réunis en Assemblée plénière condamnent sans réserve ces crimes.
Ils rappellent la forte déclaration du Pape François dans son encyclique Tous frères : « Le Grand Imam Ahmad Al-Tayyeb et moi-même avons déclaré fermement que les religions n’incitent jamais à la guerre et ne sollicitent pas des sentiments de haine, d’hostilité, d’extrémisme, ni n’invitent à la violence ou à l’effusion de sang. » (Fratelli Tutti, octobre 2020).

En s’associant à l’hommage national qui est rendu aujourd’hui à Simone, Nadine et Vincent, les évêques de France interpellent tous leurs compatriotes :
Et si nous commencions par le respect et la fraternité ?

La liberté doit être défendue, sans faiblesse. Est-ce à dire que la liberté d’expression ne doit connaitre aucune retenue vis-à-vis d’autrui et ignorer la nécessité du débat et du dialogue ?
Oui, les croyants, comme tous les citoyens, peuvent être blessés par des injures, des railleries et aussi par des caricatures offensantes.

Plus qu’à des lois supplémentaires, nous invitons chacun, en conscience, au respect.

« Liberté, égalité, fraternité » : la fraternité est une valeur républicaine. Notre exercice de la liberté ne peut pas l’ignorer. Nous devons en tenir compte dans nos comportements individuels et collectifs, personnels et institutionnels.
Nous vous partageons notre conviction profonde :  la liberté grandit quand elle va de pair avec la fraternité.

Comme le dit Saint-Paul : « "Tout est permis", dit-on, mais […] "tout n'est pas bon", "Tout est permis, mais tout n’est pas constructif". Que personne ne cherche son propre intérêt, mais celui d’autrui » (1 Cor 10, 23-24).

Il est temps de réfléchir à la manière dont nos institutions collectives et nos comportements individuels doivent promouvoir le respect et déployer la fraternité.
Cette réflexion urgente doit être engagée par les pouvoirs publics.
Elle concerne chacun d’entre nous. Elle nous concerne tous.

Les évêques de France, réunis en Assemblée plénière

Catéchèse sur la prière : Pape François (4 novembre 2020)

Texte complet

Résumé proposé par le Vatican :

Frères et sœurs, durant sa vie publique, Jésus fait constamment recours à la force de la prière.
Les Evangiles nous le montrent se retirant dans des lieux isolés pour prier. En effet, il ne néglige jamais son dialogue intime avec le Père, même dans les moments de grande sollicitude envers les pauvres et les malades. La prière de Jésus est une réalité mystérieuse qui permet de comprendre toute sa mission, puisque c’est elle qui guide sa vie et trace son chemin. En priant, Jésus s’immerge dans l’amour de Celui dont toute âme a soif. Ainsi, de son exemple, nous pouvons tirer quelques caractéristiques de la prière chrétienne.

La prière est, avant tout, le premier désir de la journée, quelque chose qui se pratique à l’aube, bien avant que le monde se réveille. Elle est également écoute et rencontre de Dieu qui nous appelle nous aussi à écouter et à rencontrer notre prochain, parce qu’elle a le pouvoir d’ouvrir l’esprit et d’élargir le cœur.

En second lieu, la prière est un art qu’il faut pratiquer avec insistance. Jésus nous éduque à en faire une discipline, un exercice et une règle de vie. Une autre caractéristique de la prière de Jésus est la solitude, car Dieu parle dans le silence.

Enfin, la prière de Jésus est le lieu où l’on perçoit que tout vient de Dieu et retourne à lui. Elle nous aide à trouver la juste mesure dans notre relation à Dieu notre Père et à toute la création.

Choisis la vie : Timothy Radcliffe (conférence du Rosaire 2020) (50 min)

Résumé de la conférence de donnée depuis son domicile en Angleterre et diffusée le vendredi 9 octobre 2020 à Lourdes :

Le défi de notre prédication n’est-il pas de parler à nos contemporains – notamment aux jeunes ? Voient-ils que ce nous croyons concerne la vie ? Reprenons conscience de la grâce de cette parole de Jésus : “Je suis venu pour qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance” (Jean 10,10). Alors que ces derniers mois furent violents : isolant socialement, conduisant à être exclu de la communion eucharistique (même à Pâques), isolant aussi les souffrants au moment de leur mort, nous sommes rejoints par le Maître de la Vie. Voyons comment !
Prêtre et religieux dominicain, Timothy Radcliffe est un prédicateur connu mondialement pour sa profondeur et son humour. Il a été maître général de l’Ordre des Prêcheurs entre 1992 et 2001. Il est l’auteur de best-sellers internationaux dont « Je vous appelle amis » (2000).

https://vodeus.tv/video/conference-timothy-radcliffe-choisis-la-vie-2559

ou

♦ Béatitudes pour aujourd'hui

Frégatte (MARTINIQUE), Église St-Joseph & Église St-Jacques (CARCASSONNE)       

Les heures que nous vivons semblent pour nombre d’entre nous des temps néfastes : malédiction, pandémie, violence aveugle, fanatisme, complotisme, communautarisme. Et maintenant ce tragique attentat dans une église à Nice, déjà si meurtrie, au 14 juillet 2016 et lors des inondations de la vallée de la Roya.         
Aussi, en cette fête de tous les Saints, je voudrais avec vous esquisser quelques Bénédictions, quelques Béatitudes pour aujourd’hui, que nous ont appris à goûter les Témoins de la foi qui nous ont précédés.  

Heureux êtes-vous, si vous ne restez pas enfermés dans votre peur ; elle vous enchaine. La peur est le contraire de la foi ; cette foi en Christ vous rend libres ! Ne vous coupez pas des autres, vous ne pourriez plus découvrir la face notre Dieu. Il s’est fait proche de nous en Jésus. Il nous révèle les nombreuses facettes de sa Sainte Face dans la multitude des visages d’hommes.        

Heureux êtes-vous si vous entendez les règles de conduite à tenir et les mettez en pratique, afin de mieux vous protéger et de faire attention à votre voisin comme à vous-mêmes. Que cela ne vous fasse pas oublier que « le sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat », dit Jésus à ses opposants dans les Évangiles. Si vous croyez être sensé et éclairé, rappelez-vous que « ce qui a été caché aux sages et aux savants a été révélé aux tout-petits. »

Heureux êtes-vous si vous savez rester en paix, conscients qu’un jour, il vous faudra quitter ce monde. Restez sereins avec Saint François proclamant : « Loué sois-tu, Seigneur, pour notre sœur la mort corporelle ». Que cela ne vous empêche pas de participer au combat nécessaire pour la vie, de sa conception à son achèvement. Avec l’abbé René BONHOURE (prêtre du diocèse de Carcassonne, "mon coach"), vous pourrez dire : « Il ne me tarde pas de mourir, il me tarde de ressusciter ! »  

Heureux êtes-vous si vous savez vous émerveiller devant ce monde immense et beau ! Ce sera bien sûr peut-être le signe, pour vos voisins, que votre télévision (aux informations si anxiogènes) doit être en panne ou du moins très souvent éteinte. Cela vous rend plus serein… Laissez-vous guider dans votre quête par Léonard de Vinci : « Regarde la lumière et admire sa beauté. Ferme l’œil et observe ; ce que tu as vu n’est plus et ce que tu verras n’est pas encore ».

Heureux êtes-vous si vous savez donner un sourire, qui ne vous coûte rien, même derrière un masque. Cet éclat dans vos yeux parlera pour vous, parlera de vous à votre interlocuteur, qui n’attend que votre regard limpide et bienveillant.

Heureux êtes-vous si vous avez décidé de ne pas abandonner vos chers anciens, prenant le temps de les visiter, de les appeler, de leur signifier votre amour et votre présence. Il vaut mieux pour eux mourir vivants un jour - c'est notre nature humaine - que vivre aujourd’hui comme s’ils étaient déjà morts !  

Heureux êtes-vous si vous savez vous arrêter de vous activer, si vous prenez le temps de vous retirer dans le fond de votre chambre pour prier et si vous acceptez de vivre des moments gratuits de vacances, de vacuité bénéfique. Vous apprendrez, avec Saint Bernard, que « ceux qui ne se reposent pas fatiguent les autres » !  

Heureux êtes-vous, si vous êtes sourds aux critiques inutiles et aux paroles malveillantes à votre égard. Vous pourrez entendre Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus vous susurrer à l’oreille : « Je ne suis que ce que Dieu pense de moi ! » En effet, vous n’êtes pas ce que les autres imaginent, ni même ce que vous croyez de vous, dans le dénigrement ou au contraire la suffisance. Vous êtes les fils et les filles bien-aimés du Père. 

Heureux êtes-vous si vous ne vous ne perdez pas votre temps sur les réseaux sociaux, si vous ne vous épuisez à véhiculer des théories de complots, fussent-elles fondées. Mettez votre foi dans le Seigneur ! Jésus a vaincu Satan, le Prince de ce monde. Lui seul vous sauvera. Souvenez-vous des mots de Mère Térésa de Calcutta : « Tu veux changer le monde. Commence par te changer toi-même ! »  

Heureux êtes-vous si vous ne devenez pas intolérants au nom de la tolérance et de la laïcité, irrespectueux au nom de la liberté individuelle, blessants au nom du « droit de tout dire et tout faire ». Apprenez à aimer l’autre, à l’écouter, à le regarder. Avec Antoine de Saint-Exupéry, vous pourrez dire : « Si tu es différent de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis ».   

Heureux êtes-vous si vous savez pleurer avec ceux qui pleurent, aujourd'hui à Nice, être présent à leurs côtés, respectant leur peine en silence. Regardez Marie debout, au pied de la croix. Elle se tait et prie…  Ceux qui souffrent n’attendent pas tant de vous un flot de paroles consolatrices qu’une présence amicale et discrète.      
Amen                                                 

Jean de SOOS, El Padrecito