SteFamille-600x200
PAROISSE SAINTE FAMILLE de PAU

 

♦ Dimanche 19 juin : Solennité du très Saint Sacrement, "Fête Dieu"

Cinq pains et deux poissons

Vidéo de la semaine :

Qui peut communier ?

Tout le monde ne peut pas communier ! Il faut que tous les fidèles qui s’avancent vers l’autel entrent dans un chemin de conversion. C’est difficile, voire impossible pour certains catholiques, comme par exemple les divorcés remariés. Le frère Philippe indique quelques chemins concrets que l’Église propose depuis l’exhortation Amoris Laetitia du pape François.

Melkisédek offre le pain et le vin

Live de la Genèse (14, 18-20)

En ces jours-là, Melkisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était prêtre du Dieu très-haut. Il bénit Abram en disant : « Béni soit Abram par le Dieu très-haut, qui a fait le ciel et la terre ; et béni soit le Dieu très-haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains. » Et Abram lui donna le dixième de tout ce qu’il avait pris.

Le tout premier dialogue inter-religieux

Sœur Marie Monnet Communauté de Bruxelles

« En ces jours-là, Melkisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin :
il était prêtre du Dieu très-haut » (Gn 14, 18)
 

Melchisédech est une figure mystérieuse de l’Ancien Testament. Il est roi de Salem, c’est-à-dire roi de paix. C’est lui qui bénit Abraham en offrant à Dieu du pain et du vin. Car il est prêtre et Abraham le reconnaît comme tel, lui donnant un dixième de tous ses biens.
Cette scène est représentée dans de nombreuses églises et je vous invite à y être attentif. Elle est souvent placée face à une autre offrande, un autre repas, le dernier que Jésus partage avec ses disciples, à quelques heures de sa mort.
Ainsi, ce geste ancestral, entre Abraham et Melchisédech, est nôtre aujourd’hui. À chaque fois que nous communions au pain et au vin, au corps et au sang de Jésus, nous aussi, nous vivons cette rencontre. Écoutons bien la prière eucharistique (n°1) : « Et comme il t’a plu d’accueillir les présents d’Abel le Juste, le sacrifice de notre père Abraham, et celui que t’offrit Melchisédech ton grand prêtre, en signe du sacrifice parfait, regarde cette offrande avec amour, et dans ta bienveillance, accepte-la. »
Ce geste de paix, entre le père des croyants et l’autre monde, celui du prêtre étranger, mystérieux et sans âge, c’est déjà le geste de paix que nous pouvons poser aujourd’hui entre nous, croyants, et tous ceux qui sont aux frontières de la foi, au-delà d’elle, dans un autre monde, un peu mystérieux, en d’autres lieux, selon d’autres cultures, avec des religions différentes.
Il n’est pas nécessaire d’être grand prêtre pour célébrer la communion. Il faut juste, sur son propre chemin, être attentif à celui qui vient. Tous ceux qui voyagent ainsi, parfois taxés d’un peu d’idéalisme, disent combien ils sont transformés par l’hospitalité qu’ils ont reçue. Pas seulement par le dépaysement, la splendeur de la nature, ou encore par la beauté des traditions rencontrées. Mais transformés par la force des rencontres inattendues, accueillies, célébrées, autour d’un verre d’eau, d’un coin de couverture partagée, de quelques confidences égrenées. Au-delà de toutes les différences, cette reconnaissance mutuelle est possible, elle est le religieux le plus authentique, là où Dieu est sensible au cœur.
Soyons de ceux-là, sur la route des grands voyages, comme sur celle de la vie quotidienne. Ouverts, attentifs, prêts à entrer en relation. Paix ! Shalom ! Salam !

Extrait de Marche dans la Bible (2016-2017)

Textes, méditation et chant du jour

Chant : Donne-nous aujourd'hui, Seigneur, le pain de vie !

Donne-nous aujourd’hui, Seigneur,
le pain de vie !


Notre Père qui es aux cieux,
Que ton nom soit sanctifié !
Dans la chair de ton Christ,
tu as glorifié ton nom
Qu’en recevant son Corps,
nous soyons saints comme Tu es Saint ! 

Notre Père qui es aux cieux,
Que ton Règne vienne
Car ton Royaume n’est pas de ce monde
Mais la chair de Jésus nous donne les prémices du monde nouveau. 

Notre Père qui es aux cieux,
Que ta Volonté soit faite
sur la terre comme au ciel,
Que notre nourriture soit de faire ta Volonté
Et que nous vivions du Christ, la parole éternelle qui est sortie de Dieu.

Notre Père qui es aux cieux,
Donne-nous aujourd’hui
notre pain de ce jour,
Tu as tellement aimé le monde,
Père très bon,
Que Tu lui as donné ton Fils
pour qu’Il soit notre Salut. 

Notre Père qui es aux cieux,
Pardonne-nous nos offenses
Ton Fils, l’Agneau de Dieu,
a porté nos péchés ;
Heureux les invités au festin de l’Agneau.

Notre Père qui es aux cieux,
Donne-nous de pardonner
à ceux qui nous ont offensés !
Tu nous as pardonnés
dans la Mort de ton Fils,
Dis seulement une Parole
et nous serons guéris.

Notre Père qui es aux cieux,
Ne permets pas que nous soyons
soumis à l’épreuve !
Jésus a combattu pour nous
l’épreuve au désert,
Et son corps livré nous libère de toute tentation. 

Notre Père qui es aux cieux,
Toi seul nous délivre du Mal !
Par le sang de ton Fils,
Tu as éloigné de nous la colère,
Et par sa Chair ressuscitée,
Tu as vaincu pour nous la Mort. 

Interprété par la Chorale du Pèlerinage du Rosaire
P : D. Bourgeois et JP. Revel
M : fr. A. Gouzes, op 

Pour les enfants

La multiplication des pains
Jésus ne fait pas que donner des paroles et des guérisons, il décide aussi de donner de la nourriture : un premier signe du corps de Jésus fait pain qui nous est donné pendant la messe.

Coloriages
https://www.theobule.org/video/la-multiplication-des-pains/225

♦ Dimanche 12 juin : Solennité de la Sainte Trinité

L'Esprit vous conduira dans la vérité

Vidéo de la semaine :

Sainte Élisabeth de la Trinité

« Ô mon Dieu, Trinité que j’adore… » la fameuse prière d’Elisabeth de la Trinité, carmélite française canonisée par le pape François en 2016, introduit notre contemplation au coeur du mystère de Dieu. Dans la prière, nous plongeons dans le feu de l’amour divin. 

L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître

Évangile de Jésus christ selon saint Jean (16, 12-15)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

La vérité de ma vie

Catherine Masson Laïque dominicaine

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire,
mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter » (Jn 16, 12)

Jésus vient de partager un dernier repas avec les disciples. Il leur a lavé les pieds et tandis que Judas part accomplir sa trahison, il s’adresse une dernière fois aux disciples rassemblés. Il les connaît, avec leurs forces et leurs faiblesses. Ils se souviendront de ces paroles fortes. Pour l’instant, ils ne sont pas encore prêts à en assumer la vérité, celle de leur prochaine fuite tandis que Jésus meurt sur la Croix et que tout espoir semble désormais vain. La vérité est celle de l’incommensurabilité du don que Jésus leur fait de sa vie. Il leur a dit : « je suis le chemin », mais désemparés, ils vont s’égarer du chemin. Cependant, lorsqu’à la Pentecôte ils recevront la plénitude de l’Esprit qu’il a promise, ils comprendront et à leur tour emprunteront ce chemin de vie dont la vérité passe par la mort.
Baptisés, confirmés, nous avons reçu cet esprit qui ouvre à chacun de nous le chemin de la vérité de sa vie en Christ. Sans doute sommes-nous encore souvent incapables de porter le message de Jésus. Rassurons-nous, nous ne sommes pas plus forts que les Apôtres qui, trois années durant, ont vécu quotidiennement avec lui et qui, lorsqu’il meurt sur la Croix, n’ont toujours rien compris. Mais comme eux, comme Saul sur le chemin de Damas, laissons la lumière surgir dans nos vies et les transformer. Comme « Marie » qui entend son nom prononcé par celui qu’elle croit être le jardinier, comme les disciples qui découvrent le tombeau vide, comme ceux d’Emmaüs qui le reconnaissent à la fraction du pain, Thomas aux cicatrices de ses blessures, ou d’autres enfin à la proclamation de la parole sous l’effet de l’Esprit, soyons de ceux qui accueillent en eux la vérité de leur vie toute reçue et toute donnée désormais.

Extrait de Lumières dans la Bible (2020-2021)

Textes, méditation et chant du jour

Chant : Très-Haut Seigneur, Trinité bienheureuse

Très Haut Seigneur, Trinité bienheureuse,
Nous t’adorons, nous te rendons grâce.

Trinité glorieuse, viens en nos cœurs,
Ô vie bienheureuse !

Père incréé, tu contiens toutes choses,
Par Jésus Christ, l’image de ta gloire.

Verbe éternel, splendeur du Père,
Source du pardon, tu répands toute lumière.

Saint-Esprit, toi le sceau de l’alliance,
Souffle d’amour, révèle ta puissance.

Que sur nos lèvres s’élève la louange
Et que nos coeurs s’éveillent à ta présence.

Interprété par la Chorale du Pèlerinage du Rosaire
M : Fr. André Gouzes, op

Pour les enfants

La Sainte Trinité, ça veut dire quoi ?
Le frère Emmanuel nous emmène dans une ronde pour nous expliquer la Sainte Trinité.

Coloriages
https://www.theobule.org/video/qu-est-ce-que-c-est-la-sainte-trinite/199

♦ Dimanche 5 juin : Solennité de la Pentecôte

L'Esprit avec nous pour toujours !

Vidéo de la semaine :

La colombe de Braque

La colombe est l’un des symboles de l’Esprit Saint. Il est bien difficile de représenter un esprit ! Les plus grands artistes y sont magnifiquement parvenus grâce à la colombe, présence douce, paisible et gracieuse de Dieu dans notre monde.

L’Esprit Saint vous enseignera tout

Évangile de Jésus christ selon saint Jean (14, 15-16. 23-26)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous. Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »

Se convertir à la vie de l'Esprit

Frère Pascal Marin Couvent de la Tourette à Eveux

« Le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, 
lui, vous enseignera tout » (Jn 14, 26)

Dans la scène originaire de la Pentecôte, l’Esprit Saint arrivant aux disciples leur fait le don des langues. Aussitôt ils annoncent « les merveilles de Dieu » aux gens des nations qui sont là et tous les entendent dans leur propre langue. Et si l’Esprit saint fait aux disciples ce don des langues, c’est justement pour que chacun puisse entendre dans sa langue les merveilles de Dieu et se voie appelé non seulement en des mots qu’il puisse comprendre mais de l’intérieur de sa propre culture « à la conversion qui fait entrer dans la vie ». Plus loin dans le récit, nous apprenons ainsi qu' »entendre dans sa langue », c’est en particulier continuer de se nourrir avec les aliments jugés purs, c’est-à-dire symboliquement comestibles, par sa propre culture. Pour le dire autrement, dans les termes de la vie de l’Église qui s’inaugure ici, le baptême d’eau et d’Esprit saint qui marque l’entrée dans la foi chrétienne, n’engage pas à quitter sa propre condition culturelle. Être chrétien ne consiste pas en une manière bien définie de manger, de s’habiller, de se divertir, de travailler, d’étudier, de consommer, de voter. Pas non plus dans une façon, la même pour tous, de prier, de célébrer, d’exprimer la foi. L’Esprit saint ne détruit pas les multiples formes de vie, où la vie du Christ vient se greffer par la foi, mais il opère néanmoins une brèche en elles. La brèche où la foi justement peut venir se greffer. Une identité culturelle, familiale, sociale et même religieuse, sans autre horizon qu’elle-même devient en effet pour l’homme une prison, où son désir de Dieu étouffe. L’Esprit saint qui met toujours en mouvement et pousse à franchir les frontières, ouvre sans cesse celui qu’Il conduit à des horizons de vie plus vastes, où son existence est au large et peut respirer en Dieu.

Extrait de Marche dans la Bible (2016-2017) 

Textes, méditation et chant du jour

Chant : La Parole et l'Esprit

Bénie sois-tu, Vierge Marie,
Par toi vient Le Seigneur !
Alléluia, alléluia !

La Parole et l’Esprit ont fécondé la terre
où germe la semence du Royaume ;
dans le silence et dans la paix
mûrit le fruit de la promesse.

L’Esprit te couvre de son ombre,
tu accueilles en toi la rosée du ciel.

Le Verbe s’est fait chair,
l’homme devient fils de Dieu.

Déjà les temps sont accomplis :
au loin blanchissent les moissons.

Interprété par la Chorale du Pèlerinage du Rosaire
P : J. Bihan et S. Kerrien
M : Thierry Escaich

Pour les enfants

La Pentecôte
Après la colombe dont nous parle l’Évangile, l’Esprit Saint prend la forme d’un violent coup de vent et de curieuses « langues de feu » qui flottent sur la tête des apôtres. L’Esprit Saint donne donc la joie aux apôtres et le don de la communion puisqu’ils parlent de Jésus avec le monde entier.

Coloriages
https://www.theobule.org/video/la-pentecote/296

♦ Dimanche 29 mai : 7e dimanche de Pâques

Que tous soient un !

Vidéo de la semaine :

Comment lire un psaume ?

Dans la liturgie de la Parole, le psaume est souvent le parent pauvre ! Le frère Pierre de Marolles nous éclaire sur l’origine, le style littéraire et la profondeur théologique de ce livre biblique. C’est le livre de l’Ancien Testament le plus souvent cité par le Christ !

Étienne voit Jésus à la droite de Dieu

Lecture du livre des Actes des Apôtres (7, 55-60)

En ces jours-là, Étienne était en face de ses accusateurs. Rempli de l’Esprit Saint, il fixait le ciel du regard : il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu. Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. » Alors ils poussèrent de grands cris et se bouchèrent les oreilles. Tous ensemble, ils se précipitèrent sur lui, l’entraînèrent hors de la ville et se mirent à le lapider. Les témoins avaient déposé leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme appelé Saul. Étienne, pendant qu’on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. »
Puis, se mettant à genoux, il s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort.

Témoin du pardon

Frère Pascal Marin Couvent de la Tourette à Eveux

« Puis, se mettant à genoux, Étienne s’écria d’une voix forte :
"Seigneur, ne leur compte pas ce péché."
Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort. »
(Ac 7, 60)

Saint Étienne est le premier martyr chrétien. Mais qu’est-ce qu’un martyr au sens de Jésus-Christ ? Un martyr est un témoin. Le mot grec martus se traduit d’ailleurs aussi bien par « martyr » que par « témoin ». Ce n’est pas la mort violente qui fait le martyr. Lui-même ne veut pas mourir, il ne cherche pas la mort. Il veut vivre, mais pas n’importe comment.
La fidélité dans le témoignage rendu au Christ le pousse à tout donner, jusqu’à sa propre vie, pour Lui. Mais qu’est-ce que témoigner du Christ jusqu’au bout sinon rester fermement uni à lui ? Voilà ce qu’atteste avec force la vision d’Étienne juste avant qu’il ne soit lapidé. Il voit, dit-il, Jésus dans la gloire. Et qu’est-ce que rester uni au Christ sinon communier aux sentiments du Christ en sa Passion ? Ainsi au « père pardonne leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » du Christ en Croix vient répondre le « Seigneur, ne leur compte pas ce péché » d’Étienne agonisant. Avec le pardon, nous tenons le cœur vivant de l’enseignement de Jésus.
Porter le désir du pardon au milieu de la plus extrême violence subie marque un refus de se laisser contaminer par cette violence et entraîner par elle dans les affres horribles du ressentiment. Un tel désir du pardon, né en réponse au mal subi, est un sentiment qui dépasse l’entendement humain. Il est un signe de la présence du Dieu faisant lever son soleil sur les bons et les méchants, les justes et les injustes, présence agissante en celui qui vit jusqu’au bout de l’espérance d’un au-delà des querelles fratricides.
Étienne manifeste en mourant la pureté de l’amour qui le fait vivre. « Seigneur, ne leur compte pas ce péché ». Et sa prière, nous savons aussitôt qu’elle va être exaucée. Se tient là en effet du côté des violents quelqu’un à qui ce péché ne sera pas compté. Saul, le futur Paul, l’apôtre des nations, est le plus beau fruit du pardon d’Étienne.

Extrait de Marche dans la Bible (2016-2017)

Textes, méditation et chant du jour

Chant : Qui croit en moi

Qui croit en moi a la vie éternelle.
Qui vient à moi n’aura plus jamais soif.
Je suis venu pour donner ma paix
Et sauver tous ceux qui étaient perdus.

Sur la croix, je suis monté. Cloué, injurié, j’ai pardonné,
Vous aimant de tout mon amour, ainsi que le Père toujours m’a aimé.

Aie confiance, ô mon enfant. Ta foi t’a sauvé, va dans la paix.
Par cette huile, sois guéri. Que vienne sur toi l’esprit de lumière.

Vous qui êtes dans la peine et dans l’affliction, venez à moi.
Je suis doux et humble de cœur. Mon joug est aisé, léger mon fardeau.

Interprété par la Chorale du Pèlerinage du Rosaire
P : Frère D. Perrin, M : Cl. Binachon

Pour les enfants

Devons-nous aimer aussi ceux qui nous font du mal ?
C’est difficile d’aimer ceux qui sont méchants avec nous ! Mais le frère Thierry nous aide à comprendre combien c’est important de faire grandir l’amour.

Coloriages
https://www.theobule.org/video/devons-nous-aimer-aussi-ceux-qui-nous-font-du-mal/106

♦ Dimanche 22 mai : 6e dimanche de Pâques

L'Esprit saint vous enseignera tout

Vidéo de la semaine :

Comment lire un récit biblique ?

Le frère Pierre de Marolles, dominicain, nous montre comment comprendre les textes de l’ancien Testament à la lumière du nouveau. A partir de l’épisode du buisson ardent du livre de l’Exode, nous voyons comment la bonne nouvelle éclaire d’une nouvelle lumière les vieux textes bibliques.

Que le Seigneur nous bénisse et nous garde

Psaume (66, 2-3. 5. 7-8)

Que le Seigneur nous bénisse et nous garde
Que le Seigneur nous découvre sa face
et nous donne sa paix.

Que son visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
sur la terre, tu conduis les nations.

Que Notre Dieu nous bénisse,
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l’adore !

Interprété par le Chœur Saint Ambroise, Paris

Méditation

Visage

Sœur Véronique Margron Communauté de Paris

« Que son visage s’illumine pour nous » (Ps 66, 2)

Rien de plus mystérieux, unique, qu’un visage.
Nous passons des heures à contempler le visage du nouveau-né, de l’enfant endormi, le visage de l’être aimé. Nous contemplons aussi le visage travaillé par les ans, ou creusé par la maladie et qui va mourir. Nous le contemplons, non qu’il soit esthétique. Mais parce qu’il est beau. Beauté de l’histoire partagée, de l’amour vécu, de la fidélité qui a traversé la violence des flots de l’existence. Beauté de son dénuement même. Lui qui est remis à notre responsabilité.
Le visage est ainsi unique. Nul ne lui ressemble. Non de par sa plasticité, mais par sa profondeur qui m’appelle, me convoque. C’est ce que déploie le philosophe Emmanuel Lévinas : Le visage est épiphanie, manifestation qui m’oblige à le secourir, à prendre soin de sa nudité, de sa vulnérabilité. Voilà sa véritable beauté, celle qui dit le cœur de l’humain. Ce ne sont ni la cupidité, l ‘avidité, la convoitise, qui caractérisent l’homme. Mais qu’il puisse, à tout moment, quitter la fascination de la puissance, au nom d’un seul visage véritablement rencontré.
Vocation véritable de l’humain. Vocation de Dieu. Lui qui se donne à rencontrer par son visage. « Que son visage s’illumine pour nous » invoque le psalmiste. Lui, le Dieu de l’Alliance, lui dont le visage fut bafoué, humilié, défiguré, qu’il vienne nous apprendre ce que nous sommes véritablement. Que son visage brille sur le nôtre, nous transforme. Épouser le visage de Dieu. Se laisser renouveler par le visage du Christ, icône du Père. 
Que notre Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse. Que son visage se grave sur nos traits.

Extrait de Psaumes dans la ville (2013-2014)

Textes, méditation et chant du jour

Chant : Christ est ressuscité, Alléluia !

Christ est ressuscité, Alleluia ! Christ est ressuscité, Alleluia !
Christ est ressuscité, Alleluia, Alleluia !

Je suis le vivant le premier né !
Je vous donne aujourd’hui la manne de la Vie
Servie au grand festin de Dieu.

Je suis l’Envoyé, nouvel Adam !
Je vous donne aujourd’hui de l’arbre du jardin,
Le fruit du paradis de Dieu.

Je suis le Messie, l’Agneau livré,
Je vous donne aujourd’hui l’eau vive qui jaillit
Au cœur de la cité de Dieu

Interprété par la Chorale du Pèlerinage du Rosaire
P : frère Didier- CNPL
M : Philippe Robert

Pour les enfants

Ascension et Pentecôte

Qu'est-ce que l'Esprit Saint ?
Le frère Thierry et Théobule expliquent l’action de l’Esprit Saint avec l’image du bateau à voile !

Coloriages
https://www.theobule.org/video/qu-est-ce-que-l-esprit-saint/30

♦ Dimanche 15 mai : 5e dimanche de Pâques

Aimez-vous les uns les autres

Vidéo de la semaine :

Comment lire un Évangile ?

Le frère Pierre de Marolles nous suggère de comprendre le sens de chaque Evangile dominical. Il doit être entendu en lien avec toute la Bible, et notamment avec les autres passages de l’Écriture proclamés dans la liturgie de la Parole.

La Jérusalem céleste

Lecture du livre de l’apocalypse (21, 1-5a)

Moi, Jean, j’ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre s’en étaient allés et, de mer, il n’y en a plus. Et la Ville sainte, la Jérusalem nouvelle, je l’ai vue qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu, prête pour les noces, comme une épouse parée pour son mari. Et j’entendis une voix forte qui venait du Trône. Elle disait : « Voici la demeure de Dieu avec les hommes ; il demeurera avec eux, et ils seront ses peuples, et lui-même, Dieu avec eux, sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur : ce qui était en premier s’en est allé. » Alors celui qui siégeait sur le Trône déclara : «Voici que je fais toutes choses nouvelles.»

Méditation

Quel paradis ?

Frère Jean-Pierre Brice Olivier, Couvent de l'Annonciation à Paris

« Et la Ville sainte, la Jérusalem nouvelle,
je l’ai vue qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu »
(Ap 21, 2)

Le ciel pour nous, ce qu’on appelle le paradis, n’est pas le jardin décrit dans le livre de la Genèse mais la ville représentée dans celui de l’Apocalypse. Si la bible s’ouvre sur l’éden, elle se referme sur la Jérusalem céleste, la cité sainte parée comme une fiancée.
Ne confondons pas les deux paradis. La bible passe du jardin donné par Dieu à la cité bâtie avec lui par les hommes. Entre ces deux royaumes, il y a toute l’histoire de l’humanité avec celle de chaque homme et chaque femme, donc aussi la nôtre.
Entre l’éden, paradis idéal et rêve nostalgique de l’harmonie parfaite avec Dieu et la Jérusalem céleste ville organisée et construite la création nous est donnée, soumise même. Ce don nous rend maître de l’histoire de cette création, c’est l’humanité qui en détient le sort. Chaque être humain coopère par ses actes, ses décisions, ses œuvres, à la construction de cette cité. 
La Jérusalem à laquelle je participe et collabore est faite de toute la peine des hommes, de toutes leurs découvertes, de tous leurs sacrifices, de leurs prières, de leurs bonheurs…
Tout ce que je fais, ce que j’acquiers, ce que je découvre, désire, réalise, tout compte, rien n’est perdu. Je construis ma propre demeure dans la cité de Dieu. Chaque lutte de mon corps, chaque bataille de mon âme, chaque victoire de mon cœur, tous mes combats, s’ils servent ma chair et le monde, sont appelés à être glorifiés, car Dieu fera toutes choses nouvelles, mais à partir de notre propre vie.

Extrait de Signes dans la Bible (2015-2016)

Textes, méditation et chant du jour

Chant : Ubi Caritas

Ubi Caritas et amor, Deus ibi est.
Congregavit nos in unum,
Christi amor.

Exsultemus et in ipso jucundemur.
Timeamus et amemus
Deum vivum
et ex corde diligamus nos sincero.

Là où sont amour et charité, Dieu est présent.
L’amour du Christ nous a rassemblé en un seul corps.
Exultons et réjouissons-nous en lui.
Craignons et aimons le Dieu vivant
et aimons-nous les uns les autres d’un cœur sincère.

Interprété par la Chorale du Pèlerinage du Rosaire
Liturgie Latine Olla GJeilo

Pour les enfants

Le commandement de Jésus
Comme le dit Saint Jean de la Croix, nous serons jugés sur l’amour. Même si nous faisons des péchés, « l’amour couvre une multitude de fautes ». C’est le cadeau de Jésus : il nous aime pour que nous aimions.

Coloriages
https://www.theobule.org/video/le-commandement-nouveau/490

♦ Dimanche 8 mai : 4e dimanche de Pâques

Mes brebis écoutent ma voix

Vidéo de la semaine :

Qu'est ce que l'Apocalypse ?

Le frère Pierre de Marolles éclaire pour nous le sens de l’Apocalypse, le dernier livre de la Bible dont est extrait la première lecture de ce dimanche.

Le Bon Pasteur donne la Vie à ses brebis

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (10, 27-30)

En ce temps-là, Jésus déclara : « Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut les arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes UN. »

Méditation

La voix du Berger

Frère Philippe Verdin Couvent Saint Thomas d'Aquin à Lille

« Jésus déclara : "Mes brebis écoutent ma voix." » (Jn 10, 27)

Vous l’avez noté dans l’évangile d’aujourd’hui, c’est un très court passage de cette parabole du Bon Berger, qui insiste sur la voix : « Les brebis écoutent ma voix ». Alors, qu’est-ce que c’est que cette voix de Dieu qui retentit et comment on peut l’entendre ?
La voix de Dieu, c’est ce qui nous guide, ce qui nous entraine, ce qui nous console, ce qui nous appelle. L’endroit idéal pour entendre la voix de Dieu, – il y a d’autre forme, on peut aussi entendre l’appel de Dieu ou le signe que Dieu nous fait, chez les autres, par des gestes, etc… mais par excellence – c’est quand même la Parole de Dieu, c’est-à-dire nous entendons Dieu qui nous parle par sa Parole, la Bible.
Le Concile Vatican II, il y a 60 ans, nous a exhortés à lire et à méditer la Parole de Dieu. De façon pressante, tous les chrétiens doivent apprendre, par la lecture fréquente des Écritures, la science de Jésus-Christ car comme l’écrit Saint Jérôme, « l’ignorance des Écritures, c’est l’ignorance du Christ ».
Mes brebis écoutent ma voix ! Et c’est vrai qu’il y a cette voix, très particulière de Jésus. Quand on a l’habitude de lire la Bible, tout d’un coup, on finit par reconnaître instinctivement le ton de voix inimitable de Dieu ou de Jésus-Christ qui nous parle, dans sa Parole, quand on lit la Bible ou peut-être même carrément dans notre cœur. Les mots du Christ qui sont uniques, à tel point que quand les gardes du Temple, qui avaient été envoyés pour arrêter le Christ, sont revenus tout penauds, on leur a dit : « Mais pourquoi vous n’avez pas arrêté Jésus ? », « Jamais un homme n’a parlé comme cet homme ! » Et nous le reconnaissons ce ton de voix inimitable, comme les bonnes grosses brebis reconnaissent le ton de voix de leur bon berger, le ton de Jésus-Christ.
Dieu nous parle aussi dans la prière : cette Parole du Christ que nous entendons comme un écho dans notre cœur. Et cette Parole du Christ que nous entendons quand nous prêtons l’oreille de notre cœur dans le silence, cette Parole du Christ que nous entendons dans la prière est vitale : comme le dit le Christ lui-même au diable : « l’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu. » Nous avons besoin pour notre vie, de cette Parole de Dieu.
Alors, ruminons comme les bonnes grosses brebis, ruminons, non pas simplement l’herbe fraiche mais la Parole de Dieu, digérons-la pour qu’elle puisse nourrir notre vie et que nous puissions reconnaître toujours le ton inimitable de la voix du Christ quand il veut nous parler. Et alors, nous connaitrons la vérité, et la vérité nous rendra libres. Rien que ça !

Textes, méditation et chant du jour

Chant : Jubilez, criez de joie !

Jubilez, criez de joie, par le Fils et dans l’Esprit,
Dieu nous ouvre un avenir !
Jubilez, criez de joie, Il nous donne par la foi
un amour qui fait grandir.

Rendons grâce à notre Père, car de lui vient toute vie,
pour ce temps de notre terre rayonnant de son Esprit.

Acclamons tous la victoire de Jésus ressuscité,
il s’élève dans la gloire où nous sommes appelés.

A l’Esprit qui nous éclaire, la louange des vivants,
il nous mène vers le Père qui nous prend pour ses enfants.

Pour l’Église des apôtres, pour l’Église des martyrs,
pour l’amour donné aux autres, seul chemin vers l’avenir.

Avec tous ceux qui rayonnent de la vie des baptisés,
Avec tous ceux qui pardonnent à ceux qui les ont blessés.

Interprété par la Chorale du Pèlerinage du Rosaire
A. Guillevic/C. Le Marec

Pour les enfants

Pour Jésus, qui sont les brebis ?
Sœur Claire rappelle aux enfants que les brebis du Seigneur sont ceux qui accueillent sa Parole et la mettent en pratique.

Coloriages
https://www.theobule.org/video/pour-jesus-qui-sont-les-brebis/144

♦ Dimanche 1er mai : 3e dimanche de Pâques

M'aimes-tu ?

Vidéo de la semaine :

Qu'est ce que l'anamnèse ?

« Nous célébrons ta résurrection ! » proclame l’anamnèse au cœur de la messe. Mais au fait, c’est quoi l’anamnèse ?

 Apparition au bord du lac : la pêche miraculeuse

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (21, 1-19)

En ce temps-là, Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment. Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre, avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), Nathanaël, de Cana de Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres de ses disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous aussi, nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, cette nuit-là, ils ne prirent rien.
Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. Jésus leur dit : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » Ils lui répondirent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau. Les autres disciples arrivèrent en barque, traînant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres.
Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. Jésus leur dit : « Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre. » Simon-Pierre remonta et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré. Jésus leur dit alors : « Venez manger. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur. Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson. C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.
Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »

Méditation

Point trop n'en faut

Frère Adrien Candiard, Couvent du Caire (Egypte)

« Simon-Pierre remonta et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons :
il y en avait cent cinquante-trois »
(Jn 21, 11)

Huit convives, cent cinquante-trois gros poissons. Je n’ai jamais été doué pour les proportions, mais ça me semble tout de même beaucoup. Comme à Cana, où Jésus, plutôt que de fournir les quelques bouteilles suffisantes pour finir le repas, s’était cru obligé de changer en vin des centaines de litres d’eau*. Alors certes, Jésus est un convive utile et plein de ressources, mais il est tout de même un peu excessif. On ne lui en demande pas tant. Ne pourrait-il pas se contenter du nécessaire ? Au fond, nos demandes à Dieu sont généralement assez modestes : la paix dans le monde, le bonheur de ses enfants, un peu de charité pour supporter sa belle-mère ou une place de parking. Et il s’obstine à nous donner bien plus que cela : à se donner lui-même. À nous donner son Esprit qui vient habiter en nous et faire de nous ses fils et ses filles, qui nous fait entrer dans la vie même de Dieu. Au fond, il n’a rien d’autre à nous donner que lui-même, parce qu’il veut nous donner le meilleur. Et ce don dépasse infiniment tout ce que nous demandons, tout ce que nous imagions, avec un excès à côté duquel cent cinquante-trois gros poissons pour huit convives paraissent finalement un arrangement assez raisonnable. Jésus donne avec excès pour nous apprendre à demander comme il faut, à prier selon le cœur de Dieu, à la mesure du cœur de Dieu : demander énormément, demander à la folie, quitte à oublier les politesses dont on ne s’embarrasse pas quand on aime. Demander toujours plus, toujours mieux. Alors nous nous préparerons à recevoir celui qui seul peut combler nos cœurs en quête d’infini.

Extrait de Signes dans la Bible (2014-2015)

Textes, méditation et chant du jour

Chant : Louange à Dieu, Très-Haut, Seigneur

Louange à Dieu, Très-Haut, Seigneur,
Pour la beauté de ses exploits !
Par la musique et par nos voix,
Louange à Lui, dans les hauteurs !

Louange à Lui, puissance, honneur,
Pour les actions de son amour !
Au son du cor et du tambour,
Louange à Lui pour sa grandeur !

Tout vient de lui, tout est pour lui :
Harpes, cithares, louez-le.
Cordes et flûtes, chantez-le :
Que tout vivant le glorifie !

Interprété par la Chorale du Pèlerinage du Rosaire
H. Schütz/D. Rimaud

Pour les enfants

Comment grandir dans la Foi ?
Grandir dans la foi, c’est apprendre à mieux connaître Jésus, à devenir proche de lui et à vivre avec lui chaque jour. Le frère Olivier donne les conseils essentiels pour grandir aux côtés de Jésus et être toujours son ami.

Coloriages
https://www.theobule.org/video/comment-grandir-dans-la-foi/218

------------------------------------------------------------------------------------------------

♦ Dimanche 24 avril : dimanche de la Divine Miséricorde

Heureux ceux qui croient sans avoir vu

Vidéo de la semaine :

L'incrédulité de Saint Thomas par le Caravage

« Mets ta main dans mon côté. » Le Caravage a saisi ce dialogue entre Jésus et Thomas. Catherine éclaire cette œuvre bouleversante.

Pour les enfants

La foi de Thomas
Thomas doute de la réalité de la résurrection de Jésus : il ne peut croire ce qu’il n’a pas vérifié. Mais Thomas est aussi le premier à confesser sa foi en Jésus et à Lui donner son véritable titre : « Mon Seigneur et mon Dieu ».

Coloriages
https://www.theobule.org/video/la-foi-de-thomas-jn20-19-29/331

♦ Dimanche 17 avril : Saint Jour de Pâques

Un tombeau vide

Vidéo de la semaine :

La foi en actes : Passer à l'acte (7/7)

La Bible n’est pas qu’un assemblage de livres antiques, juste bons pour les spécialistes. Elle est Parole de Dieu, c’est-à-dire qu’elle raconte le récit d’un Dieu qui entre en relation avec l’humanité. Cette histoire aux multiples facettes est là pour tous, elle a le pouvoir de nous éclairer aujourd’hui. Thomas se lance dans la lecture de la Bible, persévère et finit par récolter des fruits. Pourquoi pas nous ?

Pour les enfants

La Résurrection de Jésus
Fêtons Jésus, ressuscité, vivant pour toujours ! Accompagnons Marie-Madeleine, Simon-Pierre et l’autre disciple jusqu’au tombeau vide.

Coloriages
https://www.theobule.org/video/la-resurrection-de-jesus/192

♦ Dimanche 10 avril : dimanche des Rameaux

Le chemin de la gloire

Vidéo de la semaine :

La foi en actes : Passer à l'acte (6/7)

L’état de notre planète nous met face à un défi qui semble immense, bien trop lourd pour nous. Le risque est d’être paralysé par l’ampleur de la tâche. Dans la prière, Sophie trouve une force pour se lever et passer à l’acte. Et si nous nous y mettions tous ?

Pour les enfants

Jésus est fêté comme un roi
Theobule nous invite à une nouvelle étape dans notre chemin vers Pâques. Suivons Jésus qui entre dans Jérusalem, fêté comme un roi !

Coloriages
https://www.theobule.org/video/une-anesse-et-son-petit/12

♦ Dimanche 3 avril : 5e dimanche de Carême

Miséricorde

Vidéo de la semaine :

La foi en actes : Parler de Dieu (5/7)

Il est fini ce temps où la majorité de la population était chrétienne, une époque où tous connaissaient les bases de la foi. Aujourd’hui un chrétien ne peut plus se dispenser d’un témoignage personnel. Comme pour Thomas, cela vous paraît insurmontable ? Peut-être suffit-il de se lancer ? Partagez cette vidéo, ce sera un premier pas !

Pour les enfants

La femme infidèle

Regardons comment Jésus répond aux scribes et aux pharisiens qui lui posent une question à propos d’une femme !

Coloriages
https://www.theobule.org/video/la-femme-infidele/186

♦ Dimanche 27 mars : 4e dimanche de Carême

La joie de la réconciliation

Vidéo de la semaine :

La foi en actes : S'engager dans l'église (4/7)

Pourquoi s’engager dans une Église salie par les crimes de quelques uns ? Parce qu’elle est l’Église du Christ et qu’il compte sur nous pour la rendre belle et sainte, parce qu’elle est le porte-voix de Dieu pour annoncer son amour offert à tous, parce qu’il s’y vit aussi et surtout de grandes joies et enfin parce que unis, nous sommes plus forts pour vaincre le mal. Tout cela, Thomas le découvre et s’émerveille

Pour les enfants

Le fils prodigue

L’évangile du fils prodigue nous montre encore une fois combien la miséricorde et le pardon de Dieu sont immenses : laissons-nous envelopper par son amour !

Coloriages
https://www.theobule.org/video/le-fils-prodigue/183

♦ Dimanche 20 mars : 3e dimanche de Carême

Tous appelés

Vidéo de la semaine :

La foi en actes : Savoir donner (3/7)

Donner, oui, mais comment, jusqu’où ? Dans son quotidien confortable et insouciant, Sophie est prise sur le vif par une main qui se tend vers elle. Passée la surprise, elle réagit avec sa foi, son intelligence, son cœur et nous entraîne à sa suite.

Pour les enfants

Le buisson ardent

Avec Moïse
Dans cet extrait de la Bible, Dieu donne sa mission à Moïse et se présente à lui. Quelle rencontre !

Coloriages
https://www.theobule.org/video/que-ton-nom-soit-sanctifie-le-buisson-ardent-ex-3-1-14/788

♦ Dimanche 13 mars : 2e dimanche de Carême

Coutellerie

Vidéo de la semaine :

La foi en actes : Prier dans le secret (2/7)

Pour les enfants

Trois tentes

La transfiguration
Avec les trois disciples, Pierre, Jacques et Jean, accompagnons Jésus en haut de la montagne. Là, comme au bord du Jourdain, Dieu nous montre son Fils bien-aimé dans toute sa lumière.

Coloriages
https://www.theobule.org/video/trois-tentes/91

♦ Dimanche 6 mars : 1er dimanche de Carême

Plus fort

Vidéo de la semaine :

La foi en actes : Rester jeûne (1/7)

Le jeûne interroge. Et c’était déjà le cas au temps de Jésus. Dans ce court film de fiction, Sophie nous communique sa joie et son énergie pour nous encourager à oser l’expérience du jeûne.

Pour les Enfants

40 jours et 40 nuits
Jésus part au désert pendant 40 jours. Il est rejoint par le tentateur… Écoutons Jésus lui répondre et lui résister !

Coloriages
https://www.theobule.org/video/40-jours-et-40-nuits/2

♦ Dimanche 27 février : 8e dimanche du temps ordinaire

Fidèle au Christ

Vidéo de la semaine :

Une retraite pour le carême, ça vous dit ?

Dieu a mis en chaque homme le désir de le trouver. Pendant 40 jours, à la suite de l’apôtre Philippe qui demande à Jésus « Montre-nous le Père » (Jean 14, 8), entrons dans cette relation du Père au Fils unique, une relation remplie d’amour. Cette année, Carême dans la ville nous propose, à partir de la Parole de Dieu, de trouver le visage du Père dans notre vie. Inscrivez-vous gratuitement à la retraite du carême !

Pour les Enfants

Ne nous laisse pas entrer en tentation : La paille et la poutre - Lc 6, 39-45
Ecoutons cette histoire de Jésus pour comprendre qu’il faut se corriger d’abord avant de vouloir corriger les autres…

Coloriages
https://www.theobule.org/video/ne-nous-laisse-pas-entrer-en-tentation-la-paille-et-la-poutre-lc-6-39-45/798

♦ Dimanche 20 février : 7e dimanche du temps ordinaire

Artisan de paix

Vidéo de la semaine :

Quelle est la part du culte juif dans la liturgie chrétienne ?

Le frère Olivier, chercheur à Jérusalem, nous fait découvrir combien la messe est héritière de la liturgie juive. Quelle surprise ! Il y a bien continuité étonnante et révélatrice avec les usages de la première communauté chrétienne.

Pour les Enfants

Pour qui faut-il prier ?
Le frère Jean-Baptiste nous donne une technique simple pour se souvenir pour qui il faut prier ! (Avec les doigts de la main)

Coloriages
https://www.theobule.org/video/pour-qui-faut-il-prier/439

♦ Dimanche 13 février : 6e dimanche du temps ordinaire

Heureux

Vidéo de la semaine :

Agneau de Dieu

Un agneau ? Pourquoi pas une poule ou un lapin, tant qu’on y est ! Mais c’est qu’il s’agit de l’Agneau de Dieu, le Seigneur innocent en son sacrifice. Le frère Philippe nous déroule la bouleversante symbolique de cette prière au cœur de la messe.

Pour les Enfants

Pourquoi Dieu veut-il sauver le monde ?
On voit bien que dans le monde, il y a beaucoup de violence et de méchanceté. Le frère Benoit nous montre que malgré le comportement des hommes, Dieu nous aime et a confiance en notre capacité à changer.

Coloriages
https://www.theobule.org/video/pourquoi-dieu-veut-il-sauver-le-monde-malgre-la-mechancete-des-hommes/382

♦ Dimanche 6 février : 5e dimanche du temps ordinaire

Avance au large

Vidéo de la semaine :

La pèche miraculeuse de Konrad Witz

En représentant la pêche miraculeuse sur un panneau de bois, Konrad Witz invente le style réaliste ; mais surtout, il illustre avec cet épisode, la confiance à laquelle le Seigneur nous invite dans la foi. Catherine nous aide à méditer avec ce magnifique tableau.

Pour les Enfants

Pécheurs d'hommes
Au bord de la mer de Galilée, Jésus invite des hommes à le suivre : ce sont les 12 apôtres.

Coloriages
https://www.theobule.org/video/pecheurs-d-hommes/42

♦ Dimanche 30 janvier : 4e dimanche du temps ordinaire

Dieu aime aussi les païens

Vidéo de la semaine :

Céline a lu... 7 petits mots
de l’Évangile du Frère Jean-Michel Poffet

Certains petits mots de la Bible semblent anodins. Le frère Jean-Michel Poffet dans son livre 7 petits mots de l’Évangile les utilise pourtant comme une clé originale pour entrer dans le mystère des Écritures. Ainsi le mot Amen en dit long sur le rapport de l’homme à Dieu, sur la foi, sur la confiance.

Pour les Enfants

Le bon Samaritain

Évangile selon saint Luc chapitre 10, versets 29 à 37

Un docteur de la loi demande à Jésus : « Et qui est mon prochain ? » Jésus reprend la parole : « Un homme descend de Jérusalem à Jéricho et il tombe sur des bandits. Ceux-ci lui volent toutes ses affaires, lui donnent des coups et partent, le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descend par ce chemin. Il le voit et passe de l’autre côté. De même, un lévite arrive à cet endroit. Il le voit et passe de l’autre côté. Mais un Samaritain qui était en route le voit et le prend en pitié. Il s’approche et soigne ses blessures en y versant de l’huile et du vin. Puis, il le charge sur son propre cheval, le conduit dans une auberge et prend soin de lui. Le lendemain, il sort deux pièces d’argent et les donne à l’aubergiste en lui disant : “Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.” »
Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ? » Le docteur de la loi répond : « Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même. »

Question de Théobule : Qu'est-ce que ça veut dire aimer son prochain comme soi-même ?
Notre prochain, ce sont toutes les personnes que Dieu met sur notre chemin, et Jésus nous invite à les aimer d'une façon toute particulière : comme nous-même. Quand tu rencontres quelqu'un, tu préfères qu'il regarde les bons côtés de ta personnalité, qu'il ne se moque pas de toi. Donc aimer son prochain comme soi-même, c'est vouloir pour les autres ce que l'on voudrait pour nous...

Coloriage et vidéo
https://www.theobule.org/video/qu-est-ce-que-ca-veut-dire-aimer-son-prochain-comme-soi-meme/180

♦ Dimanche 23 janvier : 3e dimanche du temps ordinaire

Dieu parle à son peuple

Vidéo de la semaine :

Pourquoi lit-on l'Ancien Testament à la messe ?

On ne comprend pas toujours ce que viennent faire les extraits de l’Ancien Testament dans les lectures de la messe. Textes bizarres, exotiques, décalés… Le frère Olivier Catel nous montre comment l’Ancien Testament éclaire le Nouveau puisque Jésus est venu réaliser les promesses de l’ancienne Alliance.

Pour les Enfants

La maison de mon père

Assistons à la rencontre de Jean-Baptiste et de Jésus lors de son baptême dans le fleuve. Quand Jésus est plongé dans l’eau, il se passe un évènement extraordinaire…

Évangile selon saint Luc, chapitre 2, versets 41 à 52

A douze ans, Jésus part avec ses parents en pèlerinage à Jérusalem en suivant une caravane. A la fin de la semaine, le jeune Jésus reste dans la ville sans que ses parents s'en aperçoivent. Ne le trouvant pas après une journée de marche, ils reviennent à Jérusalem et continuent à le chercher. C'est au bout de trois jours qu'enfin ils le trouvent dans le temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoute et leur pose des questions, et tous s’émerveillent de son intelligence et de ses réponses. En le voyant, ses parents sont stupéfaits, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme nous avons été angoissés en te cherchant, ton père et moi ! »
Il leur dit : « Pourquoi m’avez-vous cherché ? Ne savez-vous pas que je dois m’occuper des affaires de mon Père ! »
Marie et Joseph ne comprennent pas cette réponse. Jésus rentre alors avec eux à Nazareth. Là, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, sous le regard de Dieu et des gens de Nazareth. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements mystérieux.

Question de Théobule : Qui est le père de Jésus, Dieu ou Joseph ?
La réponse est Dieu, c'est Dieu qui a donné Jésus à Marie... Mais Jésus a besoin d'une famille, de parents pour grandir ; Joseph était un homme humble et modeste, il s'est effacé devant Dieu pour lui laisser la place, et petit à petit il a appelé Dieu papa, abba, pour qu'à notre tour nous l'appelions "Notre Père"

Coloriage et vidéo
https://www.theobule.org/video/qui-est-le-pere-de-jesus/84

♦ Dimanche 16 janvier : 2e dimanche du temps ordinaire

Premier signe

Vidéo de la semaine :

Est-ce que Dieu nous envoie toujours des signes ?

Dieu pratique avec nous le langage des signes. En effet, les signes disent souvent plus que le message. Le frère Xavier Loppinet nous donne des exemples du savoir-faire divin, comment Dieu s’y prend pour essayer de nous faire comprendre son amour.

Pour les Enfants

Un mariage en Galilée
Viens assister à un mariage en Galilée et regarde ce que fait Jésus d’incroyable ! Et admire aussi la confiance de Marie…

Coloriage et vidéo
https://www.theobule.org/video/un-mariage-en-galilee/39

♦ Dimanche 9 janvier, Baptême de Jésus

Dieu se manifeste

Vidéo de la semaine :

Relevés par le baptême

Comme Jésus, les premiers chrétiens étaient entièrement plongés dans l’eau à leur baptême. Cette tradition continue dans certaines paroisses.  Ici, Louise, Hélène et Laurence  témoignent de la grâce du premier des sacrements.

Pour les Enfants

Au bord du Fleuve

Assistons à la rencontre de Jean-Baptiste et de Jésus lors de son baptême dans le fleuve. Quand Jésus est plongé dans l’eau, il se passe un évènement extraordinaire…

Évangile selon saint Matthieu, chapitre 3, versets 13 à 17

Vers 30 ans, Jésus quitte Nazareth et arrive sur les bords d’un fleuve, le Jourdain. Il souhaite se faire baptiser par Jean. Jean voulait l'en empêcher et lui dit : « C'est moi qui ai besoin de me faire baptiser par toi, et c'est toi qui viens à moi ! » Mais Jésus lui répond : « Pour le moment, laisse-moi faire. »
Alors Jean le laisse faire. Une fois baptisé, Jésus sort du Jourdain ; voici que les cieux s'ouvrent, et il voit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et des cieux, une voix dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j'ai mis tout mon amour. »

Coloriage et vidéo
https://www.theobule.org/video/au-bord-du-fleuve/88