L’Église Sainte Thérèse a été inaugurée et bénie le 27 avril 1974
A l’occasion de son cinquantenaire,

21 avril 2024 – 10h30
Dimanche des vocations
Messe solennelle célébrée par Mgr François Bisch

vicaire général,
entouré des prêtres en mission ou qui ont été en mission dans la paroisse

(Pas messe à 9h, ni à 10h30 à Ste Bernadette ce jour là)

Construite en 1974 par l’architecte Brunis, elle représente « un Évangile ouvert sur le monde »

d’où cet aspect « pages » entourant le bâtiment à l’extérieur et à l’intérieur.

L’architecte érigera cet impressionnant crucifix sur le parvis de l’église.

Un peu d’histoire et d’anecdotes…

En 1852, les Ursulines achetèrent une maison de campagne, la propriété Vigne, pour ainsi profiter du bon air des champs : ce lieu constituait une énorme ferme, localement appelée “Sainte Ursule des champs“. A cette époque leur couvent était au centre de Pau, à l’emplacement de l’actuel “palais des Pyrénées“.

Couvent des Ursulines au centre de Pau

Elle furent expulsées en 1905, à la séparation de l’église et de l’état, et le domaine fut acquis par la ville : tristes années des congrégations… pendant lesquels elles s’étaient installées à San Sebastian, et elles se réinstallèrent définitivement au milieu de leurs champs en septembre 1920.
En 1911, un pensionnat de jeunes filles avait cependant vu le jour dans leur local des champs et elle créent l’école Saint Angèle (la vieille maison Vigne) dont les Ursulines, ses enseignantes, allaient être affiliées à l’Union romaine de Sainte-Ursule en 1946.
En 1974 elles créaient la maison de retraite Mérici, nom de la fondatrice de l’ordre, et l’église Sainte Thérèse voit le jour cette même année, construite par l’architecte Pierre Brunis, sur une partie de leur terrain qu’elle avait cédé au diocèse en 1961, dans la mesure où sa vocation resterait vouée à la vie paroissiale.

L’église fut inaugurée le 27 avril 1974 par Mgr Favreau (Évêque auxiliaire de Bayonne de janvier 1973 à octobre 1977) et l’abbé Roger Beuste fut le premier curé de Sainte Thérèse.
 

Et si nous là visitions…

En entrant, nous admirons le vitrail de la Croix de Jésus Ressuscité sur un fond de galets du gave : Symbole du Ressuscité faisant rouler la pierre du tombeau et de tous les baptisés appelés à devenir “pierres vivantes de l’Église“, nouveau temple de Dieu.

    

Le mobilier actuel, rempli de symboles, n’est pas d’origine, remplacé alors que les grands autels étaient “passés de mode“ (fin des années 90).

Au cœur, sur l’autel, le symbole du Christ est représenté par un “chrisme“, monogramme du Christ
composé des deux premières lettres majuscules de son nom en grec, “X“ (khi) et “P“ (rho)
et de l’alpha “A“ et l’oméga “O“, symboles du commencement et de la fin,
le titre divin attribué à Jésus christ dans le livre de l’apocalypse (Ap 1,8)

A droite de l’autel, le tabernacle avec un poisson : Icthus en grec
et initiales des mots Iesous Christo Theou Uios Soter, Jésus Christ, fils de Dieu Sauveur.

Son Chemin de croix 🎚, dont voici l’histoire 📄 racontée, a été offert par M. Roger Laüt le 8 mai 2013

Sainte Thérèse de l’enfant Jésus est vénérée par le Carmel, dont la résidence est toute proche de l’église, dans le même quartier.

La vie de la Sainte Patronne de l’église, dont 2023 fut une année jubilaire, avec les 150 ans de sa naissance et le centenaire de sa béatification, en avril aussi ! Sainte Thérèse de l’enfant Jésus

 

Quelques dates importantes

Rentrée de l’année 2009-2010 : la chapelle, à l’entrée de l’église, devient chapelle de l’adoration perpétuelle de Pau

21 octobre 2010 : un moment qui a marqué la communauté paroissiale : l’accueil et la vénération des reliques de Sainte Thérèse

Ils sont venus nombreux pour accueillir et vénérer les reliques de la Sainte Patronne de l’Eglise.

Cette statue est l’œuvre de Mme de la Serve, 1974.

« Je résolu de me tenir au pied de la croix pour recevoir la divine rosée »

Les enfants ont découvert l’histoire de la « Petite Thérèse » qui déjà, à leur âge, avait un amour immense pour Jésus.
Ils lui ont écrit et offert leur prière et lui ont confié leur famille, leurs amis, leurs soucis et leurs joies…

Au pied de l’autel, la ceinture brodée par Sainte Thérèse


Juillet 2011 : l’église commence sa rénovation

Peinture, plafond, éclairage et mise aux normes offrant un meilleur accueil et accès pour toutes les personnes.
Professionnels et paroissiens se sont complétés pour accomplir cette œuvre.


Voici l’histoire de la création de la statue
de la Vierge du « Me voici » par Sœur Mercédès

D’une masse d’argile travaillée à main nue, apparait peu à peu une femme.

Commentaires de l’artiste, que vous pouvez retrouver au fond de l’église