La fĂȘte des Rameaux a rassemblĂ© beaucoup de monde

En l’église Sainte ThĂ©rĂšse, aprĂšs la bĂ©nĂ©diction des Rameaux, qui rappelle l’entrĂ©e triomphale de JĂ©sus dans JĂ©rusalem, la chorale de la Sainte Famille d’Afrique et des Ăźles a animĂ© la cĂ©lĂ©bration avec sobriĂ©tĂ© car, ce jour-lĂ , est repris le long rĂ©cit de la Passion du Christ.

« Tout est fini sur la Croix, le Christ a offert sa vie ; son corps repose dĂ©sormais dans la tombe en vue de la rĂ©surrection Ă  PĂąques. VoilĂ  chers frĂšres et sƓurs la bouleversante histoire qui vient de tomber dans nos oreilles
 Il y a deux maniĂšres de lire le rĂ©cit de la Passion du Christ, celle qui consiste Ă  ne voir en elle que douleur, souffrance, chagrin, mĂ©chancetĂ© humaine ou au contraire celle qui au-delĂ  de cela et la considĂšre comme la plus belle histoire d’Amour jamais vĂ©cue par un homme sur notre terre ; une histoire d’amour entre Dieu et l’humanitĂ©. Ces deux lectures en rĂ©alitĂ© ne s’opposent pas mais se complĂštent. En effet, si les horreurs de la Passion du Christ nous plongent dans l’abĂźme de la souffrance la plus cruelle, le souvenir de l’amour qui a conduit le Christ au don total de sa vie sur la croix nous remplit d’une grande reconnaissance [
] Aujourd’hui encore, ils sont nombreux ceux et celles qui acceptent, au risque de leur vie, d’aimer sans condition.  […] Demandons au Seigneur de susciter dans son Église et dans le monde, encore plus d’Ăąmes gĂ©nĂ©reuses prĂȘtes Ă  se donner pour la joie, la paix et l’Ă©panouissement des autres. Â»

Homélie du pÚre Amédée (extrait)

Jeudi Saint, Christ sauveur

« â€Š JĂ©sus, sachant que le PĂšre a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu, se lĂšve de table, dĂ©pose son vĂȘtement, et prend un linge qu’il se noue Ă  la ceinture ;
puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit Ă  laver les pieds des disciples et Ă  les essuyer avec le linge qu’il avait Ă  la ceinture […] ‘’
Si donc moi, le Seigneur et le MaĂźtre, je vous ai lavĂ© les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donnĂ© afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous.’’ Â»

(Jean 13, 1-15)

Toutes gĂ©nĂ©rations et horizons confondus, appelĂ©s Ă  ĂȘtre les apĂŽtres d’aujourd’hui, ils ont portĂ© le message du Christ.
L’institution de l’Eucharistie et du sacerdoce a accompagnĂ© la premiĂšre communion de Maeva.

Entre le repas de la CĂšne avec ses disciples et sa Passion, c’est le grand silence de la solitude et de la priĂšre du Christ Ă  GethsĂ©mani.

Les Hosties consacrĂ©es ont Ă©tĂ© amenĂ©es solennellement au reposoir devant lequel le temps de priĂšre jusqu’à 4h du matin, heure oĂč la prĂ©sence rĂ©elle du Christ a disparu des deux Ă©glises, pour y revenir aprĂšs la Vigile pascale.
Jusqu’au vendredi matin, l’autel est dĂ©pouillĂ©, le tabernacle vide.

Vendredi Saint, chemin de croix

DouziĂšme station : JĂ©sus meurt sur la croix

Extrait d’un des Chemins de Croix que les PĂšres de BĂ©tharram ont priĂ© chaque vendredi du CarĂȘme

Le cĂ©lĂ©brant : Nous t’adorons, ĂŽ Christ, et nous te bĂ©nissons !

Les fidĂšles : « Parce que Tu as rachetĂ© le monde par Ta sainte Croix ! Â»

Parole de Dieu : « C’était dĂ©jĂ  environ la sixiĂšme heure (c’est-Ă -dire midi) ; l’obscuritĂ© se fit sur toute la terre jusqu’à la neuviĂšme heure, car le soleil s’était cachĂ©. Le rideau du sanctuaire se dĂ©chira par le milieu. Alors, JĂ©sus poussa un grand cri : ‘’PĂšre, entre tes mains, je remets mon esprit.’’ Et aprĂšs avoir dit cela, il expira. Â» (Luc 23, 43-46)

MĂ©ditation : L’Ɠuvre de la RĂ©demption est accomplie. ‘’PĂšre, entre tes mains, je remets mon esprit.’’ Tels furent les derniers mots de JĂ©sus notre Sauveur. Le Christ a donnĂ© sa vie pour nos pĂ©chĂ©s et nous a obtenu la Vie Ă©ternellement bienheureuse dans le Ciel.

Prions : Seigneur JĂ©sus, que Ton sacrifice pour moi ne soit pas vain. Des liens du mal, dĂ©livre-moi, et conduis-moi sur la route de la lumiĂšre, pour que je puisse, quand viendra l’heure, remettre en paix mon Ăąme entre tes mains. Amen

Notre Pùre


Le cĂ©lĂ©brant : Que par la misĂ©ricorde de Dieu, les Ăąmes de nos fidĂšles dĂ©funts reposent en paix. Amen.

Vendredi Saint, célébration

Le vendredi Saint s’ouvre en silence. Le silence de la nuit de veille fait le lien entre les deux cĂ©lĂ©brations. L’entrĂ©e est marquĂ©e par un geste unique dans l’annĂ©e : la prostration des prĂȘtres qui exprime leur humble adoration devant le MystĂšre de la RĂ©demption par la Croix, tel que la liturgie va le cĂ©lĂ©brer.

L’autel reste dĂ©pouillĂ© car, aprĂšs la lecture de la Passion du Christ, il n’y a pas de consĂ©cration, le Christ est mort et pour les apĂŽtres, tout s’est Ă©croulĂ© pour eux
 La communion se fait donc avec les hosties consacrĂ©es la veille, aprĂšs la VĂ©nĂ©ration de la Croix qui a Ă©tĂ© portĂ©e jusqu’à l’autel.

« Voici le bois de la Croix qui a porté le salut du monde »